Accueil | dMute

Th Da Freak

: Coyote



sortie : 2022
label : Howlin Banana Records
style : Pop-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Killing Bleach 2/ Magaly Should Run 3/ Come Rescue Me In The Forest 4/ Pretty Cool 5/ Notorious Man 6/ Please Don't Cry In My Arms 7/ No Future 8/ My Queen (Ola) 9/ Coyote 10/ The Call 11/ Sail Away

Actif depuis près d'une décennie sur la scène indie rock française via son projet Th Da Freak, le bordelais Thoineau bricole une œuvre en mode DIY qui force le respect, dissimulant sous ses faux airs de glandeur (ou slacker comme ils disent au pays de Mac DeMarco) un songwriting soigné, percutant et attachant principalement marqué par une certaine Amérique des années 90. En effet, en quelques EPs et albums dont le fameux Freakenstein qui nous avait complètement conquis en 2019, le petit monde intérieur de Th Da Freak ressemble à une chambre d'adolescent mal rangée, pouvant à la fois évoquer la puissance dévastatrice du grunge de Nirvana, l'esprit lo-fi de Pavement ou encore l'aspect plus crasseux et sauvage du garage rock.

Ce nouvel album représente certainement un point de bascule pour son auteur (ou du moins une parenthèse) tant ce dernier a visiblement souhaité faire les choses en grand, sollicitant même pour la première fois l'aide d'un producteur (Stéphane Gillet) afin de mieux affiner les arrangements de ce qui semble être un disque pop longuement mûri et peaufiné jusque dans ses moindres recoins. Et autant le dire d'emblée, Coyote est un grand disque pop, de ceux que l'on qualifie parfois de "classique instantané" sur le moment, lorsque l'on est à peine remis du flot d'émotions contrastées – de la nostalgie au plaisir simple – qui nous ont submergé lors des premières écoutes.

Th Da Freak abandonne ici les influences 90's sus-citées et calme le jeu au profit d'une nouvelle création que l'on pourrait voir comme un patchwork en trois actes d'une autre Amérique fantasmée. D'abord celle d'un beautiful loser de la pop tel que le grand Elliott Smith dans sa forme disons la plus "feel good", imprégrant les vocalises de certains morceaux de la première partie du disque (les magnifiques Killing Bleach, Magaly Should Run voire Pretty Cool ci-dessous). Thoineau évite ensuite le fameux ventre creux que peuvent hélas avoir certains albums pop en s'amusant dans un second temps à expérimenter des chansons bizarroïdes (Notorious Man que l'on croirait sortir du Face The Truth de Stephen Malkmus), insolites pour ne pas dire incongrues, renouant ainsi avec l'esprit foutraque et touche à tout du bonhomme (No Future qui prend à rebrousse poil le fameux slogan punk en une sorte d'electro-pop jubilatoire).

Enfin, Coyote puise dans les racines terreuses d'un folk rock americana enveloppant et enlevé, offrant ainsi dans sa dernière partie l'occasion à notre Thoineau de jouer cette fois-ci avec l'élasticité de sa voix, aiguë sur My Queen (Ola) puis grave sur Coyote. C'est certainement l'Amérique de Kurt Vile voire Cass McCombs (The Call) qui est convoqué ici à travers un songwriting d'une maîtrise plutôt exemplaire servi par des arrangements aux petits oignons. L'album se termine par la géniale Sail Away, pur rollercoaster synthétisant magnifiquement ce disque tout bonnement remarquable en une dernière envolée céleste quelque part entre folk, pop et noisy rock, concluant alors Coyote par ce qui semble être une définition idéale de l'identité plurielle mais si singulière de Th Da Freak.



Chroniqué par Romain
le 07/10/2022

Partager cet article :






A lire également sur dMute :
Blog
Actualité
TH da Freak - Freakenstein



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 13/11 - Blog
#28 : Virée nocturne
sam. 12/11 - Blog
Codeine - Dessau
ven. 28/10 - Chronique
Claire days - Emotional territory
mer. 26/10 - Blog
Goat - Oh Death
sam. 22/10 - Chronique
Palm - Nicks and Grazes
mer. 19/10 - Blog
Adolina - Imago
jeu. 13/10 - Blog
Oh No Noh - Kanzi
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters