Accueil | dMute

King Krule

: Space Heavy



sortie : 2023
label : XL Recordings
style : Inclassable

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Flimsier 02/ Pink Shell 03/ Seaforth 04/ That Is My Life, That Is Yours 05/ Tortoise of Independency 06/ Empty Stomach Space Cadet 07/ Flimsy 08/ Hamburgerphobia 09/ From The Swamp 10/ Seagirl 11/ Our Vacuum 12/ Space Heavy 13/ When Vanishing 14/ If Only It Was Warmth 15/ Wednesday Overcast

Il y a des artistes que l’on découvre avec une identité propre, un quelque chose qui les définit et les suit souvent tout au long de leur carrière. Mais dans le cas d’Archy Marshall, on se surprend à ressentir des émotions presque fraternelles avec le garçon qui est aujourd’hui devenu homme. C’est qu’il en a parcouru du chemin : par le passé jeune ado torturé et talentueux, maintenant père de famille et homme accompli avec ce Space Heavy, quoique…

On ne change pas si facilement le King Krule ! L’artiste continue à avoir des monologues psychédéliques (Hamburgerphobia) et des phases de crooner mélancolique (Tortoise of Independency, Flimsier) ; le diagnostic est posé. Néanmoins, accompagné d’une équipe qui gagne (et donc qui ne change pas), les morceaux gagnent en maturité et atteignent le potentiel maximum de l’artiste comme en attestent From The Swamp et son gimmick rock et jazz sombre (« kudos » à la basse de James Wilson sur ce titre) et le pamphlet existentiel et émotionnel Wednesday Overcast.

La part sensible et chaleureuse de l’artiste est exacerbée sur Space Heavy, avec notamment des titres comme le lancinant et fragile Seagirl, en featuring avec la chanteuse Raveena, ou encore Seaforth, dont l’ambiance tendre, retranscrite en un nostalgique clip vidéo (ci-dessous), réussirait à faire pleurer un crocodile (pour de vrai). La mer et les océans, encore, toujours.

De la mer aux cieux, Space Heavy est donc un décollage stratosphérique d’Archy Marshall, plus loin même que ne l’ont porté les « chemtrails » de The OOZ. L’artiste étend davantage sur ce nouvel album son univers spatial (de tous les espaces) en poursuivant l’aventure de son avatar Space Cadet (Empty Stomach Space Cadet) … jusqu’à en devenir oppressant.

En effet, la tension spatiale qui règne sur l’album est le véritable fil rouge reliant les titres : espace géographique, certes avec un hommage à la station balnéaire britannique Seaforth, mais également émotionnel. On l’observe sur la lamentation If Only It Was Warmth, et à nouveau sur l’ambigu Our Vacuum, qui met en évidence la sensation d’un espace émotionnellement saturé mais néanmoins partagé avec l’être aimé, jusqu’à l’autodestruction. Le titre éponyme Space Heavy montre un homme sombrer sans préavis dans une relation torturée : « She held out her hand, outspoken ; I refused to be saved ; My plastic straw » (« Elle m’a tendu la main, franchement ; J’ai refusé de me laisser sauver ; Ma paille en plastique »).

Comme quoi, sur terre, dans la mer ou dans les cieux, King Krule continue à faire son introspection et à aimer l’amour, avec plus ou moins de succès pour lui, mais pour notre plus grand plaisir.



Chroniqué par Jonathan
le 15/06/2023

Partager cet article :






A lire également sur dMute :
Blog
Actualité
King Krule - SHHHHHHH!
Man Alive!
(2020)
Matador
Indie rock / Inclassable
The Ooz
(2017)
XL Recordings
Inclassable



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 14/07 - Blog
Chris Cohen - Paint a Room
sam. 13/07 - Chronique
Mabe Fratti - Sentir que no sabes
mer. 10/07 - Chronique
Dirty Three - Love Changes Everything
dim. 30/06 - Chronique
Eiko Ishibashi - Evil Does Not Exist
sam. 22/06 - Blog
King Krule - SHHHHHHH!
jeu. 20/06 - Blog
#32 : Cruel Summer
dim. 16/06 - Blog
Cola - The Gloss
sam. 15/06 - Blog
Otto A Totland - Exin
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters