Accueil | dMute

Cathedrale

: Words/Silence



sortie : 2023
label : Howlin Banana Records
style : Post-punk

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Shallow 2/ Maybe Tomorrow 3/ Manipulate 4/ Ha Ha Ha 5/ Glitters 6/ Days In The Overground 7/ Hostage Taking 8/ An Alibi 9/ Blah Blah Blah 10/ Blood On My Knees 11/ Innit 12/ Silent Castle

"Le rock français c'est comme le vin anglais" disait John Lennon dans les années 60 pour nous taquiner. Les temps ont heureusement changé et on peut aujourd'hui affirmer sans rougir que l'un des meilleurs albums rock – punk rock en l'occurence – anglophones de cette année déjà bien entamée nous vient... de Toulouse. Mais on n'entrera pas dans ce genre de petites guéguerres puériles et chauvines car cela fait longtemps que le punk appartient à tout le monde et surtout à celles et ceux qui l'ont parfaitement digéré, tant et si bien qu'il semble naturellement couler dans leur sang.

Après deux premiers disques flirtant avec la power pop et le garage rock (Total Rift en 2017 et Facing Death l'année suivante), Cathedrale avait resserré la vis en 2020 avec un troisième album remarquablement percutant. House Are Built The Same posait alors les bases de ce Words/Silence que l'on tient certainement comme le sommet d'une discographie sans la moindre faille. Pareillement à ce précédent album, le groupe est allé enregistrer au HaHa Sounds, studio londonien tirant son nom d'un des chefs d'œuvre des regrettés Broadcast et tenu par Syd Kemp du groupe Ulrika Spacek dont le dernier disque ne nous a que moyennement convaincu. Quoiqu'il en soit, l'anglais a su retranscrire admirablement la fraîcheur et l'énergie qui animent Cathedrale jusqu'aux influences early post-punk qui les stimulent. Qui plus est, Words/Silence a été mis en boîte en une semaine seulement comme tout bon album punk qui se respecte.

Plus scandé dans ses invectives, plus teigneux dans ses sonorités, parfois plus dissonant mais sans délaisser les mélodies accrocheuses de ses prédécesseurs, Words/Silence est une boule de nerfs lancée dans un flipper. Et on ne peut être qu'admiratif devant un tel enchaînement de tubes cinglants nous ramenant plus ou moins quarante ans en arrière soit à l'époque de Wire période Pink Flag ou encore des premiers albums de Magazine et de Mission Of Burma. L'arrivée du guitariste et claviériste Thomas Pradier semble avoir donné à ce quator devenu quintet un nouveau souffle et quelques subtiles variations à cet album oscillant entre moments de tension et de relâchement; nous bousculant entre riffs ciselés, rythmiques endiablées et éruptions électriques. Words/Silence marque en tout cas au fer rouge la scène punk hexagonale et son onde de choc devrait on l'espère se ressentir bien au-delà.



Chroniqué par Romain
le 21/04/2023

Partager cet article :









0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 22/07 - Blog
Nadja - Jumper
sam. 20/07 - Chronique
Zelienople - Everything Is Simple
dim. 14/07 - Blog
Chris Cohen - Paint a Room
sam. 13/07 - Chronique
Mabe Fratti - Sentir que no sabes
mer. 10/07 - Chronique
Dirty Three - Love Changes Everything
dim. 30/06 - Chronique
Eiko Ishibashi - Evil Does Not Exist
sam. 22/06 - Blog
King Krule - SHHHHHHH!
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters