Accueil | dMute

Chat Pile

: God's Country



sortie : 2022
label : Flenser
style : Noise / Metal

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Slaughterhouse 2/ Why 3/ Pamela 4/ Wicked Puppet Dance 5/ Anywhere 6/ Tropical Beaches, Inc.7/ The Mask 8/ I Don't Care If I Burn 9/ grimace_smoking_weed.jpeg

Contrairement à ce que son logo illisible assez typique du death-metal (dans le genre, celui de Blood Incantation bat tous les records) laisse à penser, ce quator originaire d'Oklahoma City s'est plutôt fait remarqué dans le milieu du noise-rock avec deux EP autoproduits en 2019 (ici et ). Ces deux claques assénées l'une après l'autre donnaient forcément envie de tendre l'autre joue pour ce premier long format que l'on attendait fermement et en cela, God's Country ne déçoit pas. Il explose même les compteurs dans le respect et la mauvaise humeur en nous offrant une collection de neuf morceaux assomants et redoutables. Pour le dire plus simplement : God's Country fait très mal.

Rageur autant que ravageur, l'album n'est rien d'autre qu'un miroir peu reluisant tendu à la face de leur propre pays, celui de Dieu certes mais aussi celui des fusillades de masse etc. Dès son ouverture sludge et éructante Slaughterhouse ("abattoir"), l'album de Chat Pile reste traversé par ce constat et par l'effroi qui l'accompagne. Musicalement, les américains se situent à mi-chemin entre la violence concise de la noise et la lourdeur graisseuse du métal, une fusion détonnante consolidée par une batterie électronique évoquant autant le post-hardcore des années 80 (Big Black ou l'EP Pure de The Jesus Lizard) que le metal-indus de Godflesh. Le chant torturé et contortionné de Raygun Busch peut quant à lui faire penser à une sorte de David Yow (The Jesus Lizard encore) aux vociférations parfois gutturales.

Entre la froideur de Pamela, l'acapella terrassant I Don't Care If I Burn, les explosives Tropical Beaches, Inc et Why ou encore l'un des sommets de l'album (Anywhere), God's Country sait varier les armes qu'il utilise et, dans ses excès, réussit à en extraire un brûlot d'une puissance mémorable. Du sang, de la sueur et des larmes, en somme.



Chroniqué par Romain
le 29/07/2022

Tags : Chat Pile | Noise | Metal

Partager cet article :







0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 07/10 - Chronique
Th Da Freak - Coyote
sam. 01/10 - Blog
#29 : Mermonte
mer. 28/09 - Chronique
Panda Bear & Sonic Boom - Reset
mar. 27/09 - Blog
The Soft Moon - Exister
sam. 24/09 - Chronique
Lawrence English - Approach
lun. 19/09 - Chronique
No Age - People Helping People
dim. 21/08 - Blog
Cass McCombs - Heartmind
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters