Accueil | dMute

Širom

: The Liquified Throne of Simplicity



sortie : 2022
label : Tak:til
style : post folk

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Wilted Superstition Engaged in Copulation
2/ Grazes, Wrinkles, Drifts into Sleep
3/ A Bluish Flickering
4/ Prods the Fire with a Bone, Rolls over with a Snake
5/ I Unveil a Peppercorn to See It Vanish

On les attendait impatiemment après leur excellent album A Universe that Roasts Blossoms for a Horse de 2019, les trois multi-instrumentistes slovènes de Širom reviennent avec cette fois-ci une double ration de leur "imaginary folk". Ce double-album s'ajoute ainsi à la liste de ceux déjà sortis cette année : la masterclass de Big Thief mais également Beach House, le songwriter norvégien Sondre Lerche ou bientôt King Gizzard & the Lizard Wizard... Il semblerait que le contrecoup du confinement ait poussé certains artistes à se surpasser et à rattraper cette longue privation de scènes en donnant deux fois plus d'eux-même dans la gestation de leurs prochaines œuvres.

La musique instrumentale de Širom était quant à elle prédestinée à déborder du cadre car, en puisant dans les improvisations du jazz et les instrumentations ancestrales d'un folk bien ancré dans ses traditions, le trio cherche principalement un effet de transe qui se situerait quelque part entre l'harassement et l'enivrement, un effet ne pouvant s'exprimer que par des compositions amples et étendues dans le temps. Quatre morceaux sur cinq de ce The Liquified Throne of Simplicity avoisinent donc les 20 minutes, laissant mieux éclater la maîtrise hors pair de ces trois touche-à-tout, le goût prononcé pour l'expérimentation qui les stimule et la merveilleuse symbiose de jeu qui les unit.

Comme son prédécesseur, The Liquified Throne of Simplicity retourne à la source et pioche dans un amas d'instruments provenant de toutes origines et de tout âge, les faisant magnifiquement cohabiter au sein de mêmes mouvements immersifs, flirtant parfois avec le post-rock lorsqu'ils se font ascensionnels et plus crépusculaires (Prods the Fire with a Bone, Rolls over with a Snake). Le balafon (sorte de xylophone du Mali) rencontre alors l'ocarina, une flûte globulaire qui aurait environ 12 000 ans (!) et poursuit sa route avec le ribab Perse et la vielle à roue avant de déboucher sur un banjo ou tout simplement une voix, premier instrument du monde. Le plaisir d'entendre toute cette instrumentation parfaitement exécutée ne serait évidemment rien si Širom n'y ajoutait pas un supplément d'âme et une sensibilité particulièrement intense.



Chroniqué par Romain
le 09/04/2022

Tags : Širom | post folk

Partager cet article :




A lire également sur dMute :
Blog
Actualité
Širom - A Universe that Roasts Blossoms for a Horse



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 03/05 - Chronique
ENSEMBLE NIST-NAH - ELDERS
lun. 02/05 - Blog
LOONS - Cold Flames
sam. 30/04 - Blog
Dälek - Precipice
jeu. 21/04 - Blog
Bahía Mansa - Grietas
mer. 06/04 - Chronique
Duster - Together
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters