Accueil | dMute

The Notwist

: Vertigo Days



sortie : 2021
label : Morr Music
style : indie-pop / Electro Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Al Norte 02/ Into Love / Stars 03/ Exit Strategy To Myself 04/ Where You Find Me 05/ Ship 06/ Loose Ends 07/ Into The Ice Age 08/ Oh Sweet Fire 09/ Ghost 10/ Sans Soleil 11/ Night's Too Dark 12/ * Stars * 13/ Al Sur 14/ Into Love Again

Il y a des albums qui savent franchement se livrer au moment opportun. Vertigo Days, ou les jours de vertige (plus que jamais les nôtres aujourd'hui) retentit au cœur d'un hiver pandémique à l'avenir toujours aussi incertain et marque par ailleurs le grand retour d'un groupe allemand qui connut autrefois son quart d'heure de gloire avec le génial album rouge Neon Golden en 2002, sommet d'electro-pop soigneusement arrangé succédant au non moins génial album bleu Shrink quatre ans auparavant. Avant cela, l'identité musicale des bavarois n'était pas spécialement définie et retranscrivait pêle-mêle une multitude d'influences de jeunesse curieusement violentes au regard de ce qui suivra, allant du grunge au noisy rock de Dinosaur Jr à travers des premiers disques assez foutraques au début des 90's. C'est à partir de l'excellent 12 en 1995 que The Notwist prend une direction plus réfléchie, commençant à privilégier l'esthétique de l'ensemble via des atmosphères spleenétiques finement assaisonnées rappelant parfois les anglais de Hood, puis des éléments électroniques parfois névrotiques avec l'arrivée dans le groupe du bidouilleur Martin Gretschmann (remplacé ici par un certain Cico Beck). Toute la suite sera un sans faute de haute volée.

Vertigo Days arrive après sept ans d'absence, un temps d'attente correspondant au rythme de croisière que nous impose ce groupe protéïforme depuis que la plupart de ses membres s'éparpillent dans divers projets parallèles (13 & God, Lali Puna pour ne citer que ces deux-là). Mais notre patience est toujours récompensée car The Notwist reste une formation exigeante mettant beaucoup de cœur à l'ouvrage. Les premières écoutes sont déroutantes, donnant l'impression de retrouver un vieil ami que nous n'aurions pas vu depuis trop longtemps, à la fois légèrement méconnaissable et forcément familier. Il faut dire que l'album est plutôt décousu, perdant en cohérence ce qu'il gagne certainement en générosité. Et que l'on se rassure, Vertigo Days est très généreux. Généreux tout d'abord en collaborations provenant de divers horizons musicaux et géographiques comme en témoigne la participation de la japonaise Saya (Tenniscoat) sur Ship et sa kraut-pop louchant vers Can, de la chanteuse argentine Juana Molina sur l'explosive Al Sur ou encore du jazzman américain Ben LaMar Gay sur la fluctuante Oh Sweet Fire. En faisant ainsi sa melting popote, The Notwist fait entrer quelques rayons de soleil dans sa musique ombrageuse.

Ce nouvel album est également généreux dans ses arrangements aux petits oignons, ce qui n'est pas une surprise lorsque l'on sait à quel point le groupe peaufine ses œuvres dans les moindres recoins. Mais il faut tout de même le souligner car Vertigo Days est un vrai plaisir esthétique qui nous balade dans une myriade d'idées sonores sachant toujours trouver un bel équilibre entre l'aspect tantôt électronique, tantôt acoustique, tantôt électrique (la puissante Exit Strategy To Myself que n'aurait pas renié Windsor For The Derby) de ses compositions. Parlons de compositions plutôt que de chansons car The Notwist a principalement travaillé ici les constrastes voire les mouvements qui opèrent dans leurs morceaux. L'album est ainsi un long dédale rempli d'interludes à part (Ghost, *Stars*), d'introductions étranges (celle de la sublime et sadcore Loose Ends ci-dessous), de compositions brusquement coupées en deux (Into Love / Stars) ou encore de longs passages de flottement (la fin d'Into The Ice Age). Quelques belles chansons dans la pure tradition du groupe s'offrent toutefois à nous comme autant de respirations bienvenues dans ce labrinthe de sons : Where You Find Me et Sans Soleil ci-dessous ou encore la mélancolique Night's Too Dark. Palette d'émotions fortes et disparates, Vertigo Days est assurément un grand album de pop moderne, et un de plus à rajouter à la magnifique discographie de The Notwist,



Chroniqué par Romain
le 30/01/2021

Partager cet article :








A lire également sur dMute :
Neon Golden
(2002)
City Slang
Rock / Electro
Shrink
(1998)
Big store
Pop/rock/électro/jazz



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 08/05 - Chronique
Squid - Bright Green Field
ven. 07/05 - Blog
Supachill - Chesterfield
jeu. 06/05 - Blog
#27 : Les Marquises
sam. 10/04 - Chronique
Christine Ott - Time to Die
mer. 31/03 - Blog
Special Friend - Ennemi Commun
dim. 28/03 - Blog
Tomaga - Intimate Immensity
ven. 26/03 - Blog
Slint - Spiderland (1991)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters