Accueil | dMute

Saycet

: Interview avec Saycet



Pierre Lefeuvre, tête pensante du projet sayCet, publie le 22 mars prochain son deuxième album intitulé Through the Window, moment d'électronica délicat, qui privilégie l'hypnose, la mélodie et un certain sens de la mélancolie. L'occasion de revenir sur la genèse du disque en compagnie de Pierre Lefeuvre, pour une mail-interview instructive.


Pierre, peux-tu te présenter, ainsi que ton parcours, à nos lecteurs qui ne connaîtraient pas SayCet ?

Bonjour, je m'appelle Pierre et je suis membre fondateur, compositeur et producteur du groupe sayCet qui compte aussi Phoene Somsavath au chant, à la guitare et au programming et Zita Cochet qui est vidéaste en amont et sur scène. sayCet est un univers basé sur l'évasion et l'intime.J'ai commencé sayCet seul en 2004 avec mon premier album "One Day At Home" puis j'ai fait successivement deux rencontres : celle de Zita en premier avec qui on a élaboré un travail vidéo puis avec Phoene qui nous donnait un coup de main au début pour nos lives et qui avec le temps a pris sa place dans le projet. Aujourd'hui, nous sommes trois pour sortir notre nouvel album le 22 Mars intitulé Through The Window.

On sent dans ta musique la volonté de mêler un sound design précis à des compositions soignées dont prime la dimension émotionnelle. Comment concilies-tu ces deux aspects ?

Pour moi, le sound design ou des notes de musique se font et s'imaginent en même temps ; je ne les distingue pas. C'est peut être dû à mon cursus : je suis musicien depuis tout petit et mon métier premier est ingénieur du son. J'imagine la musique comme une source sonore globale avant de distinguer ce qu'il y a à l'intérieur.

Quelles influences ont nourri le projet SayCet et surtout, comment y es-tu venu et comment en as-tu intégré l'héritage à ta musique ?

Ce sont d'abord des compositeurs de musique de film comme Joe Hisaichi ou Cliff Martinez qui m'ont donné envie de faire cette musique bien précise. Après, dans mes influences, on peut trouver le label Warp, Steve Reich, Radiohead, Portishead, Brian Eno, Pink Floyd, ou encore Mogwai.

La voix de Phoene Somsavath est très présente dans cet album. Comment s'est passée ta rencontre avec elle ? Peux-tu nous parler de votre relation musicale ?

La rencontre avec Phoene s'est faite sur Myspace : j'ai aimé sa page (Oto Efekt qui est devenu Hoorah!Hello), elle a aimé la mienne. Nous avions un univers assez proche et une sensibilité commune. J'ai eu à un moment besoin d'une personne pour m'aider en live suite au départ de mon DJ de l'époque (Benjamin ! Big up si tu nous lis !). Je lui ai demandé, elle a répondu positivement et de fil en aiguille elle s'est mise à improviser sur mes instrus. Notre relation musicale est très profonde : je la considère un peu comme ma sœur, on a énormément de respect "musical" l'un envers l'autre. Pour les compositions, la plupart du temps (en tout cas au début), je faisais des instrus et Phoene chantait sur les morceaux qui lui parlaient le plus. Par la suite on a composé deux titres vraiment ensemble (Easy et Bruyère). Je reste seul après pour la phase de production mais son avis est très important.

Ta musique est très lyrique et personnelle, contemplative aussi, mais à l'évidence travaillée par un désir de collaborations, y compris hors du simple cadre de la musique. D'où te vient ce désir ? Peux-tu évoquer à ce titre ta collaboration avec la vidéaste Zita Cochet ? Hors la vidéo et l'image, quels domaines artistiques voudrais-tu faire participer au projet sayCet ?

Le désir d'élargir le projet à l'image y est inconsciemment depuis le début. C'est une évidence quand on écoute sayCet de se dire qu'il y a un univers imagé qui va avec. Ma rencontre avec Zita s'est faite juste après la sortie de mon premier album et en discutant souvent de ça avec elle, ce fut une évidence qu'elle intègre ce projet pour y amener son imaginaire (au début, il y avait aussi deux autres vidéastes Nolwenn Daniel et Amael Réchin Lê Ky Huong). Je pense qu'aujourd'hui nous sommes bien tous les trois et je ne voudrais pas ajouter quoi que ce soit. Sinon, avec Phoene, pourquoi pas composer pour le cinéma sous le nom de sayCet ?

Ta musique est électronique mais mobilise une certain nombre de sonorités acoustiques ou électriques. Ce désir d'un son organique, c'est une façon d'éviter une musique trop directement synthétique ?

Exactement. J'aime le procédé de composition de la musique électronique mais pas forcément toutes ses sonorités ou en tous cas pas toutes ses sonorités logiques. Pour moi la musique électronique ne doit pas forcément rimer avec synthétiseur...

On connaît un certain nombre de tes remixes pour des musiciens dont la musique est plus (AIR) ou moins (Phoenix, Bloc Party) proche de la tienne. Comment abordes-tu l'exercice difficile du remix ? Est-ce différent de remixer un duo électronique comme AIR et un groupe rock post-punk comme Bloc Party ?

Pour moi les remix sont des jeux ! J'aborde ça avec beaucoup de joie, ça me détend et m'amuse beaucoup de pouvoir coller mon univers sur des "grands noms" de la musique actuelle. Après, c'est plus facile de remixer des morceaux qui sont loin de moi artistiquement : par exemple, il a été beaucoup plus simple pour moi de remixer Phoenix et AIR (même si ce dernier est proche au niveau du public et du genre) que Signs de Bloc Party qui a des sonorités et une intention très voisines.

Comment composes-tu et avec quel matériel ? Quelles sont tes habitudes d'écriture en tant que musicien ? Peux-tu nous éclairer un peu sur la genèse de tes morceaux ?

Je compose avec un ordinateur portable et un logiciel qui s'appelle Logic Pro.
Je compose au quotidien (enfin j'ai fait ça de 2004 àa 2009) donc des habitudes, je n'en ai pas ou j'en ai plein, ça dépend. La composition accompagne mes journées et les ponctue du réveil au coucher. Je n'ai pas d'endroit de prédilection : je compose un peu comme un enfant joue à la DS. Pour ce qui est de la genèse, ça part souvent d'une suite de trois, quatre notes qui tournent pendant des heures et qui me guident au fur et à mesure.
J'écoute en boucle tous mes débuts de morceaux (les fameuses trois quatre notes), je peux faire ça une journée entière... Je passe plus de temps devant mon ordinateur à écouter qu'à composer.

Et la question subsidiaire : quels sont tes derniers grands coups de cœur en matière de musique ?

Les dernier albums d'Animal Collective, EfterKlang, Azeda Booth...



Interview par Mathias
le 18/03/2010

Tags : Saycet

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Reportage
(18/03/2011)
@ 104
Through the Window
(2010)
Electron'y'pop
Electronica
One Day at Home
(2006)
Electron'y'pop
Electro-IDM



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
mar. 11/09 - Chronique
Animal Collective - Tangerine Reef
mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
jeu. 19/07 - Blog
Dezordr Session : la dixième
lun. 09/07 - Blog
#13 : Jeunesse Sonique
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters