Accueil | dMute

31Knots

: The Curse of the Longest Day



sortie : 2004
label : Own Records
style : Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Welcome To Stop
02/ The Corpse and The Carcass
03/ The Story of Ivan Normal
04/ Coward with Claws

Au sud de Seattle — Portland, Oregon. Un trio. Une musique d’une rare ingéniosité qui parvient tout aussi bien à faire résonner les riffs d’un rock implacable (Welcome to Stop) qu’à déployer les méandres d’une chanson complexe et imprévisible (Coward with Claws).

En quatre titres, explorant des univers très différents, 31 KNOTS impose un style : une manière d’écrire des chansons tout en rupture et des paroles en prose d’une intelligence nettement supérieure à la moyenne servies par une voix tendue. Formant une unité solide, la rythmique qui alterne les rythmes ternaires et binaires, sait pourtant s’effacer au profit du jeu de guitare étonnant de virtuosité maîtrisée de Joe Haege (Coward with Claws). Le même (à la fois, guitariste, chanteur, sampleur, pianiste), pour donner plus de poids à une chanson, n’hésite pas, lorsqu’il le faut, à s’y reprendre à deux fois, afin de l’armer d’une force dramatique que des riffs seuls ne parviendraient pas à faire entendre pleinement. Ainsi de The Corpse and the Carcass qui commence sur des machines et un piano avant d’être reprise du début et continuée par le trio batterie/basse/guitare, cette dernière s’offrant un solo tout en fusion rock-jazz assez inouï.
Aussi, lorsque l’atmosphère devient plus pop, ce n’est jamais au mépris des exigences qui font la qualité de la musique. The Story of Ivan Normal, dont le couple pont/refrain est une pure merveille de musicalité, n’en demeure pas moins une chanson complexe et riche, au cours de laquelle se côtoient sans choquer un seul instant des tendances pop, jazz et rock. Toutefois, la musicalité manifeste de la chanson ne doit pas masquer l’intention qui y préside. En dépit des ses atours accrocheurs, elle porte des paroles qui en disent long sur la normalité d’Ivan : « There’s no love inside this mood, but a lust to fuck that’s ringing true that I am only what I subdue. Yes it’s ugly but it’s the truth. Stop stop running away from what is ugliest. No I never said it was oh so beautiful, you’re beautiful, we’re pitiful ».

Le EP The Curse of the longest day frôle à ce point la perfection que l’on peut, sans que cela soit un mal, s’y méprendre. Ainsi, en prenant soin de se tenir à l’écart des débats sur la sempiternelle relève du rock, on affirmera plus simplement que 31 KNOTS est un groupe avec lequel il faut d’ores et déjà compter.


Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 08/05/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Trump Harm
(2011)
Polyvinyl Record Company
Rock
Reportage
(20/02/2009)
@ Café de la Danse
Worried Well
(2008)
Polyvinyl Record Company
Rock
Reportage
(17/04/2007)
@ Nouveau Casino
The days and nights of everything anywhere
(2007)
Polyvinyl Record Company
Rock
ep:Polemics
(2006)
Polyvinyl Record Company
Rock
Talk Like Blood
(2005)
Own Records
Rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 17/08 - Blog
Brimstone - Record in Peace
mar. 13/08 - Blog
#15 : Labyrinthe
sam. 10/08 - Blog
Lil Fish - Organic
sam. 06/07 - Chronique
Thom Yorke - ANIMA
sam. 29/06 - Blog
NUMéROBé - Velvet EP
jeu. 27/06 - Chronique
black midi - Schlagenheim
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters