Accueil | dMute

31Knots

: Trump Harm



sortie : 2011
label : Polyvinyl Record Company
style : Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Onanist's Vacation
02/ Candles On Open Water
03/ Middles Ages
04/ Egg On My Face
05/ A Lot Can Tell
06/ Love In The Mean of Heat
07/ Stand Up
08/ Dark Control
09/ Get Gone
10/ One Tongue Room

Je ne compte plus les albums de 31Knots. Il y en a un tous les ans, ou presque. Celui-ci est différent des autres, mais tout aussi mortel.

Mortel parce qu'il est long, ce disque, à se mettre en place. On frôle la déception, devant la forme molle sous laquelle il se présente tout d'abord. Chansons ambiguës, qui hésitent à exister vraiment, traînent un peu alors qu'elles pourraient être plus efficaces (Candles on Open Water). Belles, mais un peu vaines (Egg On My Face). C'est parce qu'on ne savait pas, en l'écoutant pour la première fois, qu'il allait être : mortel parce qu'il finit par être trop court, ce disque.

Mortellement long, mais mortellement bon, surtout.

Quarante-cinq minutes, c'est en fait le bon temps entre l'attente, la déception et la satisfaction finale — la jouissance, en fait. Comme 31Knots sur scène : une fois que c'est en place, tu ne veux plus que ça s'arrête. Il y a toujours un moment quand la musique bascule d'une sensation bancale à la sensation de l'évidence, comme s'il ne s'était jamais agi que de ça : chercher le point de basculement. Ici, c'est Love In The Mean of Heat, qui marque un second temps dans l'album, la voix en tête enfin, et jusqu'à cet instant précis quand elle se mêle totalement et sans réserve, complètement et sans distance à la guitare, ne criant plus qu'une chose : l'amour, à l'évidence. Alors, tout s'éclaire. C'est, en effet, un voyage. Il fallait prendre son temps. Pour une fois. 31Knots ne nous y avait pas habitués. Mais elle est là pourtant, la longue énumération vocale qui précède la répétition d'une seule injonction : "Lève-toi !". À nouveau, l'évidence, enfin (Stand up).

Et, il est là aussi le titre qui rabat toutes les prétentions : Get Gone, qui commence par être une ritournelle 8-bits pour finir en un hymne rock parfait, parfaitement binaire, absolu, peut-être le meilleur titre jamais signé par le groupe. Comme une succession de refrains, de breaks, de riffs, qui s'entretiennent sans la moindre faute (de goût). La perfection faite chanson, enfin. Le moins qu'on pouvait attendre de 31Knots. C'est-à-dire : cet ajustement impeccable entre trois accords et une manière de les faire sonner qui leur donne une profondeur inouïe. À son meilleur, d'ailleurs, 31Knots, c'est toujours ça : synthétique et syncrétique, n'excluant rien, ne refusant rien, cherchant toujours le point ultime où tout se rejoint dans une vocalise, dans un riff, dans un rythme, et une affirmation réitérée : "We'll be back again". Évidemment.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 01/07/2011

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Reportage
(20/02/2009)
@ Café de la Danse
Worried Well
(2008)
Polyvinyl Record Company
Rock
Reportage
(17/04/2007)
@ Nouveau Casino
The days and nights of everything anywhere
(2007)
Polyvinyl Record Company
Rock
ep:Polemics
(2006)
Polyvinyl Record Company
Rock
Talk Like Blood
(2005)
Own Records
Rock
The Curse of the Longest Day
(2004)
Own Records
Rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters