Accueil | dMute

Nôze

: Interview avec Nôze



A l'occasion de la sortie à venir - courant Avril - du prochain Lp des Nôze, Dring, compte rendu d'une rencontre virtuelle, où il sera question, entre autres choses, de Nana Mouskouri, de pâté, de la mort des disquaires, de vin blanc, de H1n1, de mélancolie, de bonne bouffe.

A boire et à manger donc.

Juste de quoi patienter avant leur concert par chez nous en Avril.

Salut, Peut-être pour démarrer, une petite présentation ? Succintement, Nôze, c'est qui ? D'où vous sortez ce nom ? Comment s'est faite votre rencontre ?

Nôze c’est nous Nicolas Sfintescu et Ezechiel Pailhes, ce nom Nôze ça vient de nulle part. On s’est rencontré y a dix ans, car je vis avec la sœur de Nicolas

Vous êtes au cœur d'une tournée énorme. A l'heure actuelle - je veux dire à l'heure de répondre à ces quelques questions - vous en êtes où de votre périple ?

On est un peu tout le temps en tournée car la fréquence des concerts dans la musique électronique est mensuelle et n’a lieu que les week-end, quand les gens peuvent se permettre un peu plus aisément de sortir et de se coucher au petit matin, ce qui rend les tournées perpétuelles…ouaaahhhhhh

Déjà de bons souvenirs à raconter ? De belles galères aussi j'imagine ? On aimerait bien quelques anecdotes croustillantes !!!

Alors là faudrait écrire un livre pour ne rien oublier, mais on n’a pas encore trouver de biographe, Paul-loup si tu nous écoute ?

A voir votre roster, il n'y a qu'une seule date en France pour l'instant. Comment l'expliquer vous ? C'est un choix de votre part ? Un pur hasard ? Des réticences à jouer en France ?

En fait il y en une deuxième le 29 avril pour Les Nuits Zébrées à Boulogne-sur-Mer, nous n’avons aucune réticence à jouer en France, au contraire, mais nul n’est prophète en son pays ...re-ouahhhhhhh !!

Cette date française tombe en même temps que la sortie de l'album Dring. Vous comptez marquer le coup pour la circonstance ? Vous prévoyez quoi de spécial, sans vouloir déflorer de trop la surprise ?

Bah la surprise c’est « qu’on joue en France » sinon on prévoit de bien manger et de faire un bon concert.

Cette tournée dure depuis janvier. Vous y jouez certainement déjà des titres de Dring. L'accueil est-il bon ?

EXCELLENTISSIME, les gens sautent de la scène quand ils arrivent à y accéder, et les filles se tirent les cheveux pour espérer pénétrer dans nos backstage, la dernier fois on a été obliger d’arrêter de jouer puisque les gens faisaient trop de bruit on a dû comme souvent citer E. Balladur : « Je vous demande de vous arrêter ! »

Je vous pose toutes ces questions sur la tournée parce que ce qui saute aux oreilles dès la première écoute de Dring c'est qu'il semble avoir été conçu dans cet état d'esprit : pour le live. Très instrumental, organique, avec à bloc de musiciens, un petit côté "Big Band" qui pousse carrément au cul si je puis dire ! Comment avez vous appréhendé la préparation de ce disque ? Était- ce vraiment dans cette direction ? Qu'est-ce qui a dirigé vos choix ?

Oui nous voulions résolument travailler avec nos musiciens dés les premiers morceaux, nous avons invités chaque musicien a venir travailler dans notre studio et partager leurs idées.

Pour aller plus dans le détail, parlez nous du morceau Exodus, avec Wareika. Comment s'est passée votre collaboration ? Qui s'est occupé de quoi, de votre côté comme du leur ?

Le morceaux était terminé mais il nous manquait la voix, le chanteur. Nicolas était en Italie et jouer avec Wareika , il lui a soumis d’écrire un texte et de chanter sur ce morceau. La semaine d’après c’était boucler, voilà c’est la magie du cinéma !!!!

Comment vous vient l'idée d'un titre comme Nubian Beauty ? Quel est son sens, je veux dire de qui, de quoi nous parle-t-il ? Pourriez vous là aussi en décrire le processus créatif ?

Aucun sens ni priorité, encore moins de principe de précaution, ni de h1n1, de Christine Boutin et de régime Dukan, de processus, sans précédent,de canicule, de réchauffement de la planète, crise financière, j’en passe et des meilleurs …

On pressent un changement de braquet dans votre façon de travailler, non ? Pour quelle raison ? Qu'est-ce qui vous a amené à bosser de la sorte ? D'où vous vient cette idée d'amener avec vous tous ces musiciens ?

C’est une idée que nous avions depuis notre rencontre , Nicolas travaillait sur ces premiers morceaux house et m’a inviter a venir poser des pianos et des solos dessus, nous avons ensuite vraiment commencer des morceaux ensemble et ainsi de suite. Les premiers concerts nous étions jusque 8 musiciens sur scène, nous imaginions des morceaux au gré de nos rencontres musicales .

En terme d'ambiance dégagée, je trouve cet album plus mélancolique que de coutume. Vous en pensez quoi ?

C’EST A CAUSE DE LA CRISE C’EST LA SINISTROSE(-lyne si tu nous …)

D'ailleurs comment vous le décririez ce disque ? Genre vous êtes responsable de rayon chez un disquaire, vous le classeriez comment (vous pouvez innover, le patron est cool)?

Nous ne somme pas responsable d’un rayon chez un disquaire vu que y’en a plus de disquaires et encore moins de patron, sinon on peut le décrire comme un album déjà culte.

Pour finir avec Dring, il est signé chez Get Physical comme votre précédent opus. Vous les avez rencontré comment ? Comment se passe la relation avec eux ? Ils interviennent à quel niveau ? Globalement qu'est-ce qu'un tel label vous apporte artistiquement parlant ?

On s’est rencontré autour d’un bon pâté et d’une bonne de bouteille de blanc ou rouge ou les deux, la relation avec eux se passe très bien, il nous donne beaucoup d’argent pour qu’on puisse acheter des appareils électromenagers type lave vaisselle ou centrifugeuse. Un label comme Get Physical nous apporte beaucoup de chaleur et nous nous réjouissons de cette collaboration.

Qu'en est-il de Circus Company ? Nicolas, vous êtes toujours investi dedans ?

Oui.

Vos projets à venir ?

La sortie de Dring avec notre NOZE BAND (6 musiciens sur scène ) A Berlin le 26 Mars et dans toute la France très bientôt.

Pour terminer enfin, cette ITW, les questions bateaux qui font le petit plus : - Votre playlist du moment ?

Ses Baisers me grisaient (Nana Mouskouri)

Un coup de cœur musical ?

Timber Timbre

Votre bouquin de chevet ?

Cash ! de Paul-loup Sulitzer (Denoël, 1981)

Un film à recommander ?

Pas un film mais Breaking Bad, une bonne série qui fait bien passer le temps de nos voyages.

Et la question branquignole : Si vous vous retrouviez tous les deux paumés dans le désert du Mojave - bah oui pourquoi pas ? - avec un sound system monumental, quel(s) morceau(x) joueriez-vous dans cette immensité pour mettre définitivement fin au silence ?

Franchement le silence ça me va bien surtout dans le désert. Plus inquiet parce que nous pourrions y trouver à manger et à boire.

Au revoir les gars, merci pour tout !! Bon courage sur la route !



Interview par Yvan
le 15/03/2011

Tags : Nôze

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Craft sounds and voices
(2005)
Circus Company
Kitchen house



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 23/01 - Chronique
OOIOO - Nijimusi
sam. 18/01 - Chronique
Oval - Scis
jeu. 09/01 - Blog
Amelia Tabeï - Donna Sol
mer. 25/12 - Blog
#17 : Grand Huit
lun. 23/12 - Interview
Interview avec Akira Kosemura
sam. 21/12 - Blog
Hip-Hop 2019
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters