Accueil | dMute

Obake

: Interview avec Obake




Salut Pat. Tu fais partie du groupe Obake qui se compose de ... Non, explique nous plutôt ça toi même !


Salut on est trois, Al s'occupe des machines et moi des guitares, quant à Gé, il est le créateur des clips en Flash du DVD.
Obake existe depuis un an, et se veut un groupe total qui intègre son et image. Le nom a été trouvé par une petite fille japonaise qui trouvait qu’Oriental Garden, c’était la chanson des obake, des fantômes ...


Quand et comment vous êtes vous rencontrés ?


Nous nous côtoyons depuis plusieurs années. Nous nous sommes rencontrés dans une fiesta parisienne, nous jouons d'ailleurs régulièrement des standards rock dans des clubs ou ce genre d'endroit.
Gé connaissait Al depuis également très longtemps. Avant d'être graphiste, il a joué de la guitare avec lui ...


Comment s'est fait la rencontre avec Daruma Prod ?


Daruma Prod s'est bâti sur l'idée que la musique sans image n'existe pas et quand Jean-Marie Migeot, le coordinateur artistique de Jacques Dutronc a lancé le projet, nous sommes arrivés avec trois titres dont les clips étaient déjà réalisés, et ils nous ont suivis ...


Comment définiriez-vous votre musique car, dieu sait si c'est compliqué de nos jours, avec tous ces mélanges ...


On appelle ça de l’electro-grunge, plus ça va, plus on rajoute des guitares saturées.


Et côté visuel ?


Pour le visuel on mélange le Flash et la vidéo. Gé vient de l’animation pure (il a bossé pour des boites françaises de dessins animés) et a découvert le Flash. Il intègre du dessin classique comme dans Street Of Marseille et les lignes plus barrées comme dans Pump. La vidéo est travaillée avec Simon,, notre réalisateur, qui est un peu le quatrième membre du groupe ! C’est lui qui a trouvé le logo Obake et a conçu toutes les vidéos dont l’expérimentale Oriental Garden (celle-ci a été d’ailleurs sélectionnée au festival «Images d’Asie» de Lyon en novembre dernier).


Pourriez-vous nous donner vos influences musicales (Pink Floyd ? Brian Eno ? Gorillaz pour la volonté de rester anonyme ?)


Tu as raison, les Pink Floyd sont proches (bien vu, le rapprochement avec Ease Your Mind – la guitare peut être ?) par l’utilisation qu’ils ont fait de bruits et de sons expérimentaux «cuisine», mais Brian Eno est un de nos maîtres – sa «Music For Airport» et son approche très «musique d’ambiance» nous a vraiment inspiré. Les Beatles et leurs soif de découvertes font partie de notre paysage.
Plus récemment, il y a Radiohead qui est pour nous LE groupe de référence, authentique et profond. Gorillaz est aussi proche à cause de l’intégration de l’image voire même de la mise en avant de l’image avant le son peut être – c’est drôle, non ?
L’univers d’Obake vit en dehors de nous. Nous sommes juste là pour être sur la scène, le vrai projet il est sur le Net, dans les sillons du DVD et du CD et dans nos têtes …
Avec Obake l’accroche c’est : «everybody can be»; toi aussi tu peux en être si tu met un bob et un pull bleu ou orange et balance des conneries ...


Et côté visuel (Ez3kiel ? The Light Surgeons ?) ? Des instruments de prédilection (After Effect ? Flash ?) ...


Flash bien sûr pour Pump, Street Of Marseille , Ease Your Mind. After + Flash pour le Tonite Show, No Pop, et les habillages vidéos – c’est la vidéo moderne celle qu’on peut travailler avec les mains ! Mais comme je te l’ai dit, Gé utilise le crayon pour les personnages dans Money Is Time ou Street Of Marseille ...


Le DVD évoque par certains côté l'aspect visuel et l'humour de South Park. Est-ce une influence réelle ? Que pensez-vous de cette série américaine ?


South Park, on aime bien sûr ! Mais en fait, c’est juste que pour produire 5 minutes de dessin animé, faut être simple et aller à une animation très basique et pour ça le Flash est particulièrement adapté – bon il se trouve que Bupla qui à créé les persos a un trait comme ça. C'est peut être influencé par South Park mais cela s’arrête là. Quand on a créé les dialogues on avait le magnéto qui tournait et on a déconné pendant des heures ...


Comment réalisez vous l'alchimie musique-image ?


C’est la musique qui est à la base, c’est notre source d’inspiration, même pour Street Of Marseille où Gé a su créer une histoire en totale adéquation avec les sons – il se met en lévitation dans son appart et se met à bosser 50 h non-stop !


Quelle est la part d'improvisation sur scène ?


Les structures des chansons restent les même mais on varie les thèmes (guitares) et les rythmiques – Al utilise beaucoup de percus.


Et notamment côté visuel ? Jouez-vous les VJs ou bien préférez-vous un résultat très abouti mais "peu" joué en live ?


C’est vrai que pour l’instant on construit sur scène un empilement d’écrans de télés, de projection mais que l’on a pas encore exploré le V-JAY pur.
Ceci étant, on teste ça dans les semaines à venir – tu sais notre truc c’est du spectacle performance où tout se mélange.


Ce genre de CDVD n'aurait pas été possible il y a 7 ou 8 ans (et notamment le côté VJying sur scène) : que pensez-vous de la technologie ? Comment peut-elle être utile ... ou inutile voire destructive ?


La technologie doit être ludique; au-delà, elle est inutile car elle prend le pas sur la création. En plus rien ne se démode plus qu’un travail de studio très technique sans âme – passer des heures à régler un son de grosse caisse pour finalement un titre inintéressant, c’est du temps perdu et pas marrant !
C’est vrai que sur Internet, les softs de VJaying permettent de créer "off line" et ensuite de remettre tout ça sur scène ... Même s'il y a deux ans, on ne pouvait pas, je me dis qu’en fait c’est l’image qui débarque partout qui envahit tout …


No Pop est le titre phare de l´album : pourquoi ? (c'est d´ailleurs notre préféré ...)


Justement parce que c’est ton préféré !
En fait No Pop préfigure le prochain opus d’Obake sur lequel on travaille déjà ! C’est pour ça qu’il est à la fin du CD. On a d’ailleurs produit un nouveau titre et une vidéo qu’on joue sur scène qui n’est pas sur le CDVD, de plus en plus rock de plus en plus dingue et expérimental !


Avez-vous des featuring en tête pour un prochain album ?


Un mec qui fait des titres protest-rock intervient déjà dans nos soirées. Il s’appelle Phil Pace : on devrait poursuivre la collaboration.
Par contre on intègre des DJs et des artistes proche de nous pour ouvrir le plus possible lors de nos concerts.


Pensez-vous inviter des graphistes pour vos prochaines vidéos ?


Nous pensons peu en général ! On va intégrer une équipe de VJay avec nous, pour rendre le projet énorme !


Et de facon générale, où se situe l'avenir du groupe ?


Dans les bacs des disquaires à partir du 2 mars prochain; et on travaille sur une série de performance au Japon – un projet est en train de se monter – on est très implanté d’ailleurs dans la communauté jap’ de Paris…


Le 17 février, il y a eu un évènement a l'OPA : comment cela s'est passé ?


C’était plus une soirée pour présenter l’univers Obake. C’est d’ailleurs ce genre de choses qui nous intéresse … Les concerts rock nous fatiguent ou alors en acoustique …
Dans nos soirées, il y a des DJs, des vidéos, des galeries photos, l’expo de la BD de Street Of Marseille, des gogo-girls qui dansent ….


Etait-ce votre première apparition sur scène ?


Oui, le projet Obake, on y travaille depuis 18 mois et on a passé 1 an en studio, son et vidéo. Maintenant on va prendre l’air et montrer aux gens ce monde merveilleux d’Obake !


Que pensez-vous des goodies à votre effigie (figurines, posters, cartoons, ...) ?


En fait, ils ne sont pas à notre effigie : c’est à l’effigie des persos du dessin animé. C’est vraiment fun, on adore le marketing créatif comme ça.
C ’est aussi Obake ce truc.


Et de la propagation de MP3/DivX sur le Net ? Ou bien de l'expansion démesurée que connait la musique/video grâce aux Netlabels ?


Ce qui compte, c’est ce que l’on diffuse et pas les moyens avec lesquels on diffuse. C’est en tout cas vraiment très excitant de recevoir dans notre label des titres d’Italie de Serbie ou des USA par mail ou de découvrir des sites créatifs et délirants à St Flour ou Osaka. Et ça nous intéresse de voir les vieilles majors comme des dinosaures, justifier les licenciements et les regroupements par la perte de contrôle des moyens de diffusion ! Tu sais dans les années 20, les éditeurs papiers en ont pris plein les dents lorsque le phonogramme est arrivé; c’est un peu ça qui se rejoue non ?
Pas facile d’arrêter la propagation, nous on essaie juste de vivre avec notre art et voilà, on délire à fond avec les ringtones (il y en aura sur www.obake.fr mi-mars) et tous les dérivés parce que c’est d’abord marrant à faire, pas parce que ça rapporte du pognon – le contraire de ces majors !


Vivez-vous de votre musique ?


Oui, nous en vivons, nous bossons sur des tas d’autres projets très différents mais toujours dans la musique.


Une petite playlist pour finir ?


- Beatles - Strawberry field (Blue Album)
- T. Rex - Get it on
- Radiohead - There there
- Damien Rice - Cannonball (O)
- Jet - Are you gonna be my girl (Get Born)
- Brian Reitzell & Roger Manning Jr - Shibuya (extrait de “Lost in Translation”)


Ca vous dirait de chroniquer un disque que vous avez aimé pour Infratunes ?


Avec plaisir ! Mais attention : on est difficile !


Merci à tous ! Et bonne chance ...



Interview par Anome
le 23/02/2005

Tags : Obake

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Le Tonite Show
(2005)
Daruma Productions
Electro-rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 06/08 - Chronique
Protomartyr - Ultimate Success Today
dim. 19/07 - Chronique
Bing & Ruth - Species
mar. 14/07 - Blog
Emocore : Itinéraire bis
lun. 01/06 - Blog
#25 : Marisa Anderson
mar. 26/05 - Chronique
Ben Lukas Boysen - Mirage
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters