Accueil | dMute

Watine

: Géométries Sous-Cutanées



sortie : 2019
label : Catgang
style : Modern Classical / Avant Garde / Electronica / Experimental

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Over Freeways 2/ Sheer Power 3/ Undying Pizzicato 4/ Verrophone 5/ Erratic Soul 6/ Melancholia My Love 7/ Lovesick 8/ Raining Bees 9/ Hearth Walking 10/ Jetlag

Pendant longtemps on a cru que Catherine Watine n'était avant tout qu'une voix : soumise à ses propres expérimentations, suffisament souple et forte pour accepter tous les étirements verbaux.
Et quelle voix : autoritaire et sensible dans le même souffle, aussi sensuelle qu'impalpable.

On sait depuis que la voix possède plus qu'une âme, un cerveau sacrément ambitieux et ingénieux. En atteste ce nouveau disque - Géométries Sous-Cutanées - qui voit Watine reprendre tout par le menu, remettre à nouveau l'ouvrage sur le métier, méthode souvent efficace pour repartir du bon pied quand la vie a tenté de vous secouer, de vous désarçonner.

Si, comme l'affirme le titre, des choses se trament sous la peau, alors le vocabulaire sonore riche et avisé de Watine en dessine , sans hausser le ton, les contours. En dix titres, cette impressionnante faiseuse d'histoires impose sa poésie mélancolique et attendrissante, accidentée et parfois même un brin inquiétante.
Elle invente sous nos oreilles ébahies, avec une malice non feinte, tant d'endroits qu'on y perd la boussole, ivre et encerclé d'aurores boréales, de nature sauvage, de rocailles et d'embruns.

Des nappes de mélodies en dentelle, des ritournelles en brume symphonique, du click'n'cut caressant, des bips de caroussels poptronica tressent à l'infini mille bouquets évanescents et quelques ponts intimes aussi. Vers de doux et intenses rêves éveillés, de ceux dont sont restés friands d'autres grands architectes avant-gardistes : de Danny Elfman à John Cage en passant par Stravinsky ou Björk.

Voici donc un disque qui parle sans (presque) aucuns mots, peut-être quelques murmures dans les travées ; un disque qui interpelle nos mondes intérieurs avec force et volupté, nous laissant "jetlagué", décroché, loin, très loin de notre peau, de nos os...Sans voix !



Chroniqué par Yvan
le 01/05/2019

Partager cet article :











0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 06/07 - Chronique
Thom Yorke - ANIMA
sam. 29/06 - Blog
NUMéROBé - Velvet EP
jeu. 27/06 - Chronique
black midi - Schlagenheim
sam. 22/06 - Chronique
Tchewsky & Wood - Live Bullet Song
lun. 17/06 - Chronique
Enablers - Zones
jeu. 13/06 - Chronique
Avey Tare - Cows On Hourglass Pond
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters