Accueil | dMute

dDamage

: Brother in Death



sortie : 2011
label : Tsunami-addiction
style : Electro

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Distrust to You (dDamage VS Black Devil Disco Club, feat. Faris Badwan from The Horrors)
02/ Ice Swann (dDamage VS Mondkopf)
03/ Sign Yer Name (dDamage VS Miss Hawaii)
04/ Boris Eltsine's Rap
05/ Shut The Fuck Up Ponk
06/ Fred Savage
07/ Icedaw

C'est tambours battants que débarque le nouveau dDamage. Depuis quelques semaines les "trublions de la scène électronique" – comme j'imaginerais bien la meuf de Trax les présenter – lâchent des teasers douteux sur Internet. On nous donne en pâture des exercices pratiques pour apprentis psychologues : distinguer la démence de l'emprise de psychotropes. Un clip aussi, dans lequel le message s'affiche sans ambiguïté : "on est des guedins, on pisse sur les hipsters et on vous emmerde". On imagine bien ce qu'ils ont dû se coltiner au grès des soirées et la furieuse envie de trancher de la tête à frange qui en découla. Surtout quand on partage plus de gènes avec un punk qu'avec quelconque DJ.

Les dDamage ont donc envie d'en découdre avec le monde entier, et rien ne leur fait froid au yeux. Pas même la perspective de frotter leur son déjanté à celui bien plus sombre de Mondkopf : Ice Swann. Le problème, c'est qu'au lieu d'une collaboration nous avons deux artistes qui s'auto-pastichent dans l'espoir de marquer une chouette partouze de leur touche respective. D'un côté, les nappes "clarkiennes" de Mondkopf. De l'autre, une pauvre onde carrée incarnant le chant d'un dDamage étrangement sage et respectueux – quand on connaît leurs habitudes. Forcément, une fois posé sur les synthés grandiloquents de Mondkopf, le gimmick ressemble à un pauvre moustique tentant d'aspirer le sang d'un morse à travers la graisse de son cul.

La collaboration avec le frontman de The Horrors est à peine plus convaincante – et pourtant l'invitation était bien trouvée ! La folie niaise des dDamage s'est-elle éclipsée ? Au moins pour ces deux premiers titres. Au profit d'un registre plus sérieux. La tentative est louable, mais tombe un peu à plat.

De ces collaborations le match dDamage VS Leonard de Leonard serait sans doute celui qui s'en tire le mieux... si la collaboration avait bien eu lieu. Car l'écoute d'un autre titre de Leonard de Leonard sorti en 2005 : Coup de Foudre, m'en fait sérieusement douter. Hé les frères Hanak, ce ne serait pas un remix, plutôt, votre truc ? Ou alors l'apport original (car c'est bien cela que sous-entend un "VS", non ?) de Leonard de Leonard a consisté à ressortir de son back catalogue de quoi occuper les frangins et aller se toucher la nouille pendant ce temps. Remix, collaboration... Il faudrait sans doute s'en foutre. Mais quand j'en viens à élire meilleur titre d'un album le remix d'un autre artiste auquel il n'apporte pas grand chose, je me demande si je ne ferais pas mieux de me replonger dans la version originale.

Heureusement, ce qui reste de Brother in Death renoue avec les bonnes vieilles habitudes. Celles-ci peuvent aller du joyeux bordel au dancefloor gameboyesque : l'espiègle Sign Yer Name, le foutraque Boris Eltsine's Rap, l'incisif Fred Savage, l'excité Wafflez... Les bons titres ne manquent pas, mais sentent un peu le réchauffé. Tenez Shut The Fuck Up Ponk : les frangins n'ont pas cherché très loin leur ligne de basse ; ils ont régurgité celle d'Aeroplanes. Brother In Death oscille ainsi sans cesse entre un Radio Ape reconstruit et un Shimmy Shimmy Blade amputé de sa touche hip hop. La fougue est là, mais ça manque de souffle, d'inspiration, de folie, de ce je ne sais quoi qui avait fait la grandeur des deux premiers LP.

Les dDamage restent, comme moi, attachés au format album. Mais l'absence d'idée porteuse dans Brother In Death m'enlève tout scrupule à le dépecer pour n'en garder que les meilleures pièces. Je n'avais pas trop suivi le duo depuis Shimmy Shimmy Blade. J'ai raté The Truth, Aeroplanes, survolé 100% Hate. Aujourd'hui, en écoutant Brother in Death, j'ai l'impression d'avoir loupé une marche. Celle à partir de laquelle les frères Hanak ont cessé d'être de géniaux prodiges pour ne devenir qu'un produit de la scène électronique jouissant d'un bon capital sympathie. C'est toujours mieux que rien.

Chroniqué par Tehanor
le 15/11/2011

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Mash-up
#4 dAesop Darock - 11:35 S.I.N (90:06 B.P.M)
100% HATE
(2008)
Tigerbass
Electro
Shimmy shimmy blade
(2006)
Tsunami-addiction
Rap / dance / noisy rock
Pressure EP
(2005)
Planet Mu
Electronica
Interview avec dDamage
(Avril 2004)

Radio Ape
(2004)
Planet Mu
Electro Expérimentale



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters