Accueil | dMute

Grails

: The burden of hope



sortie : 2003
label : Neurot Recordings
style : Post-Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ The burden of hope
02/ Lord I hate your day
03/ The deed
04/ In the beginning
05/ Invocation
06/ Space prophet dogon
07/ The march
08/ Broken Ballad
09/ White flag
10/ Canyon Hymn

C'est surprenant, les choses artistiques. On pense en avoir fait le tour. On pense avoir faire le tour d'un groupe. On pense qu'on n'a plus grand-chose à en dire. Un disque surgit du passé. Pas si lointain dans le temps. Mais dans le passé du groupe, ça a l'air d'une éternité. On croit qu'il n'apprendra rien, mais on l'écoute quand même. On l'écoute. Et, dès son commencement, s'il ne remet pas tout en question, il interroge quand même.

Ce disque surgit de 2003, il éclate d'emblée. Il interroge aussi : 1. comment a-t-on pu passer tout ce temps sans l'écouter ? Mais 1. est contingent. C'est sa faute à soi. Pas à lui. Lui, depuis 2003, il a toujours été là et, depuis 2003, il sera toujours là. Il interroge : 2. comment peut-on toujours faire la même chose sans jamais faire la même chose ? Comment peut-on passer de ce post-rock sincère à cette forme de rock psychédélique qui se dépasse soi-même sans, en fait, jamais réellement cesser de faire la même chose ?

Entre The burden of hope et Doomsdayer's holiday, il y a un monde — il y a cinq ans au moins —, mais il y a une proximité aussi, une tension, une intention commune. La déconstruction de l'un est plus évidente que celle de l'autre (cette déconstruction sera parfaitement audible dans Redlight qui appartient comme The burden of hope à la période pré-psychédélique de Grails), ses digressions sont moins bruyantes, plus polies, plus propres. Mais, il y a quelque chose qui résonne très libre et qui passe d'un disque à l'autre, et de ce disque à l'autre, du premier jusqu'au dernier en date. Disons, pour résumer : du violon à Satan.

Du violon à Satan, il n'y a qu'un pas. Même si le disque est loin d'être parfait (Broken ballad en est un bon exemple, qui entraîne par pur plaisir, mais manque de poigne), c'est clair dès le début : Burden of hope, mélodie articulée, lentement et avec distinction. Pas de changement de tempo, mais des variations d'intensité en mesure avec la percussion d'Emil Amos.Tout est là, en somme, le violon à place des larsens, et tout laisse présager ce meilleur qui ne manquera pas de venir.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 14/07/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Deep Politics
(2011)
Temporary Residence
Rock Psychédélique
Black tar prophecies, vol. 4
(2010)
Important
Rock Psychédélique
Acid Rain
(2009)
Temporary Residence
Rock Psychédélique
Doomsdayer's Holiday
(2008)
Temporary Residence
Post-rock psychédélique
Take Refuge in Clean Living
(2008)
Important
Post-rock psychédélique
Burning off impurities
(2007)
Temporary Residence
Post-Rock
Black Tar Prophecies Vol's 1, 2 & 3
(2006)
Important Records
Rock Instumental
Interpretations Of Three Psychedelic Rock Songs From Around The World
(2005)
Latitudes
Rock Psycherméneutique
Redlight
(2004)
Neurot Recordings
Post-rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters