Accueil | dMute

Anthony Braxton

: Solo (Milano) 1979, vol. 2



sortie : 2004
label : Leo records
style : Jazz

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Composition 99b
02/ On Green Dolphin Street
03/ Composition 77e
04/ Composition 77g
05/ Composition 77d
06/ They Say That Falling In Love Is Wonderful
07/ Composition 118m
08/ Composition 118g
09/ Composition 106g
10/ Half Nelson
11/ ‘Rou

20 janvier 1979. Comme la veille, Anthony Braxton donne à Milan un concert solo d’essence rare : à contrario de ses habitudes, il y interprète, mélangés, compositions personnelles et standards de jazz. Comme celui de la veille (Solo (Milano) 1979 vol. 1), ce concert est maintenant disponible sur cd (Solo (Milano) 1979 vol. 2) chez Léo records.

Des postures permises par l’exercice en solo, Braxton explore d’abord l’évolution dans un cadre donné (Composition 99b, Composition 118m). Respectant toujours une forme qu’il s’est imposé, le saxophoniste progresse, concentré, élaborant des figures libres ou savantes. Ici, quelques trouvailles éclosent, encouragées par une fluidité sereine – rives soudanaises du Nil sur Composition 77e – ou déchaînée (Composition 77g).

Ailleurs, l’instrument devenant la cible principale des expériences en cours, l’accès à un nouveau champ des possibles est permis. Comme un aquarelliste jauge la quantité d’eau souhaitable, Anthony Braxton, pour estimer comme il faut, entame une étude des dosages (du souffle, du volume ou de l’implication des bruits) sur Composition 188g. Surveillant sans relâche ses préparations hétéroclites, il n’hésite pas à morceler sa Composition 77d, pour mieux proposer, toujours à l’affût, de nouvelles combinaisons musicales.

De cette manière, comme souvent chez Braxton, le jazz côtoie la musique contemporaine. Or, l’éloignent ici l’interprétation d’une bluette (They say that falling in love is wonderful), ou là les références que sont les standards du jour : un hommage ramassé à Dolphy (On Green Dolphin Street), la confection du voile qui sied instantanément au fantôme de Thelonious Monk (‘Round midnight), ou l’évocation introvertie d’un souvenir mettant en scène Coltrane (Lush life). C’est avec ce souvenir que se termine l’enregistrement. Après lui on peut entendre les seuls applaudissements du disque.


Chroniqué par Grisli
le 03/01/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
(Yoshi’s) 1997 Vol. 4
(2007)
Leo records
Jazz
Performance (Quartet) 1979
( 1994 / 2007)
Hat Hut Records
Jazz
Solo Willisau
(2007)
Intakt records
Jazz
Solo (Pisa) 1982
(2007)
Leo records
Jazz
Four Compositions (GTM) 2000
(2003)
Delmark
Jazz
Live at the Royal Festival Hall
(2005)
Leo records
Jazz
Charlie Parker Project
(2005)
Hat Hut Records
Jazz
Shadow Company
(2005)
Emanem
Jazz



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters