Accueil | dMute

Psykick Lyrikah

: Des Lumieres sous la Pluie



sortie : 2004
label : Idwet
style : Hip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Fractions (feat. Robert le Magnifique)
02/ Le Dernier Chapitre (feat. Abstrackt Keal Agram et Robert le Magnifique)
03/ Vois
04/ Descente
05/ Ma Ville
06/ L’Homme Errant (feat. Olivier Mellano)
07/ La Sphère (feat. Robert le Magnifique)
08/ Tro

Il est des albums attendus par toute une scène avec une rare impatience. Conséquence d’un buzz médiatique issu d’une habile opération marketing, attente et interrogation suite à un premier opus dévastateur, première expérience d’un long format après plusieurs apparitions remarquées sur des courts et autres featurings ou somme des trois, autant de raison de guetter certaines sorties plus que d’autres. Cet album est de ceux-ci.

Après une street tape (Lyrikal Teknik) très remarquée en 2002, où l’on retrouvait quelques activistes de la scène hip-hop française (Simba, Super Micro, Iraka 20001, Kroniker, Sept...) et le live sorti cette année (où officiait déjà Robert le Magnifique, en charge des scratches), le Psykick sort ainsi son premier long format, toujours fidèle à un hip-hop où les productions signées Teddy Bear brillent par leur éclectisme et leur propension à alimenter les rêveries âpres déclamées par un Arm manifestement toujours aussi inspiré. Intimiste, personnel, fouillé et épuré, l’univers du Psykick n’a manifestement pas changé : une poésie urbaine où les bruits de la ville se noient dans des textures sombres et minimales, une volonté de chuchoter au public, à la manière du slammeur, des contes aux héros sans avenir.

Des Lumières sous la Pluie résonne comme un disque de hip-hop teinté de quelques effluves d’ambient, d’electronica ou de post-rock qui confère à cet album une autre dimension et renforce son aspect atmosphérique et évanescent (à l’image du titre Vois). Les nombreuses plages instrumentales (Fractions, Descentes, L’Homme Errant, La Tête à Effacer) et le choix d’Olivier Mellano sur deux pistes (dont l’excellent Trois lettres rouge sang) comme unique featuring (hormis les indétrônables AKA sur Le Dernier Chapitre) ne font qu’appuyer ces références assumées. Les lourdes et sourdes atmosphères s’affirment comme les pendants indissociables des lyrics torturées d’Arm, achevant ainsi d’imprimer la marque d’un opus noir et habité.

Certains regretteront cette amertume pressante comme "marque de fabrique" du Psykick Lyrikah, d’autres y verront une identité clairement affichée et énoncée, en marge des ego trips récurrents et des délires "rapologiques" fumeux. Un album taillé dans le brut où le hip-hop s’écrit en lettres vives et indélébiles : imparable.

Chroniqué par Oropher
le 14/10/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Vu d'ici
(2008)
Idwet
Hip-hop/Post-rock
Acte
(2007)
Idwet
Rock Hip-hop
Live
(2004)
Idwet
Hip-hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 11/12 - Blog
Les oubliés de 2018
sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters