Accueil | dMute

Themselves

: Them



sortie : 1999
label : anticon.
style : Hip-hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ I
02/ Directions To My Special
03/ Joyful Toy Of A 1001 Faces
04/ Revenge Of The Fern
05/ Eating Homework
06/ Lyrical Cougel feat. Sole, The Pedestrian
07/ Grass Skirt & Fruit Hat
08/ Crayon Sharpener
09/ John Brown's Vaporizer
10/

A peine remarqué lors de sa sortie en 1999, le premier album de Themselves est désormais reconnu comme une pièce majeure de la nouvelle scène hip-hop, gravitant essentiellement autour de labels comme Mush, Anticon et Lex Records. Défiant toute idée reçue, Them s’est même confortablement installé dans la discothèque idéale de nombreux artistes affiliés à l’electronica, Aphex Twin et Björk en tête, sans pour autant venir toucher en masse les amateurs de bidouillages en tout genre. Pourtant, ce disque regorge d’idées qui ne cessent de surprendre et de ravir ses adeptes, et ce en dépit du poids relatif des années qu’il commence à supporter.

Une fois de plus, l’histoire débute autour d’un duo, formé dans les couloirs d’une université de l’Ohio par le producteur Jel et le MC déjanté répondant au nom de Dose One. Après plusieurs projets épars et hautement révélateurs de leur goût pour l’expérimentation, les deux compères rejoignent Sole et Alias pour l’enregistrement de l’album de Deep Puddles Dynamics, où Jel se forge une solide réputation de beatmaker accro à la SP1200. Une impression qui se confirme dès l’ouverture de Them, caractérisée par un set de batteries irrégulier et saccadé, qui ne cessera de rythmer la majorité des autres titres de l’album. Et le résultat est réellement impressionnant, tant la richesse et la complexité des productions de Jel ne semble pas pouvoir sortir de cette seule machine. En vrac et dans le désordre, les principales montées d’adrénaline surviennent au milieu de l’excellent John Brown’s Vaporizer, où un beat oppressant cède sans transition aucune sa place à de subtiles notes de clavier, ou encore avec les breaks industriels de Revenge for Fern, et surtout sur l’ultra-destructuré It’s Them, titre phare de la compilation Music for the Advancement of Hip-Hop. En grand seigneur, Jel laisse même une petite place à J-Rawls, qui signe un Directions To My Special Place fort agréable, ainsi qu’à Moodswing 9, dont la performance sur Death of a Thespian ne restera pas gravée dans les esprits.

Par contre, il va sans dire que la voix nasillarde de Dose One ne laissera personne indifférent, tant ce dernier ne cesse de faire évoluer son flow à chaque changement de pattern de Jel, passant ainsi d’un répertoire semi-chanté à un débit ultra-rapide, canalisé de temps à autre par une avalanche de chuchotements. Dérangé sur la forme, ce rappeur atypique poursuit son effort de démarcation sur le fond, en récitant de longs poèmes abstraits et pour le moins difficiles à saisir. Fort heureusement, Anticon a eu la bonne idée d’inclure les paroles dans le livret qui accompagne l’album, facilitant ainsi la tâche de l’auditeur, qui aura le loisir de trouver un sens à des phrases du genre : «a drip bore a crack and a trickle, soon the hull gathered its body and they all drownto meet with agrin stick and hankerchief amid the flowering dust of the crossroads». En guise d'indice, les textes de Dose semblent osciller entre l’exorcisation de ses frustrations (Directions to My Special Place), sa frayeur chronique pour les clowns (Another Part of the Clown’s Brain) et les conséquences de son décalage artistique dans le milieu rappologique (It’s Them), mais rien n’est moins sûr…

Si Dose One ne semble pas rechercher le dialogue avec son auditeur, sa complémentarité avec Jel ne cesse de faire des merveilles, rendant un disque qui s’annonce difficile d’accès étonnament agréable pour quiconque ne fuit pas devant sa propre incompréhension. Ainsi, quelques morceaux font légèrement retomber la pression, comme en témoigne le son plus organique et posé de Canyon Sharpener, où Dose fait défiler ses rimes dans un exercice de spoken word d’une incroyable apesanteur. Malgré tout, la tonalité de l’album reste toujours fidèle à la pochette, à savoir noire, torturée et définitivement cérébrale. Un aspect que Dose One cultive jusqu’aux dernières notes de l’échappatoire It’s Them, en scandant son désormais célèbre «I’m afraid we’ll have to innovate».

Avec le recul, il semble impossible de nier que cet ultime objectif sera atteint sans aucune réserve, comme le prouveront par la suite The No Music, les albums de cLOUDDEAD et le magnifique Circle, réalisé avec l’aide précieuse de Boom Bip. Pourtant, bien plus qu’un simple point de départ, Them reste un des véritables sommets de la carrière de deux artistes qui ne cessent de tirer profit de leurs hésitations pour pousser toujours plus loin leur spontanéité, leur réflexion et par là-même notre plaisir.


Chroniqué par David Lamon
le 28/04/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The No Music
(2002)
anticon.
Hip-hop electro décalé



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
jeu. 19/07 - Blog
Dezordr Session : la dixième
lun. 09/07 - Blog
#13 : Jeunesse Sonique
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters