Accueil | dMute

Le Triste Sire

: Effusions ...



sortie : 2003
label : Dysphorie records
style : Neo-classique / Downtempo

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Deliverance
02/ Ubris
03/ Innocence perdue
04/ Fatum
05/ Outrages
06/ Air
07/ L'adieu rêvé
08/ Gravité cendrée
09/ La nuit d'un autre temps
10/ Passage
11/ Deliverance (vocal)

La musique et l'image font bon ménage. L'aptitude que chacun a à se forger une imagination fertile et généreuse en émotions, se trouve souvent sublimée par la musique. Telle une bande-son, elle se sert de son pouvoir de suggestion pour faire naître une nouvelle dimension connue de tous et en même temps propre à chaque individu. Toutes les musiques, ou presque disposent de ce pouvoir. Mais certaines se veulent tout spécialement axées vers ce genre de liberté créative. C'est d'ailleurs le but du jeu pour Effusions.... Provoquer la rêverie, la réflexion. Deliverance opte pour la dualité. Entre force contenue et harmonie emplie de sincérité, le ton est donné. Ici c'est la grandeur qui est recherchée. Très souvent construit autour des claviers et violons, l'univers sonore de tout l'album tourne autour d'un thème récurrent : La pureté. Lorsqu'elle n'est pas entière et étendue comme sur Innocence perdue, on la retrouve plus évasive, presque interrogative et défiante pendant Ubris, jouant avec talent sur les montées et descentes incessantes, comme pour briser le cours du temps et ses certitudes. Fatum, plus solennel, demeure dans les tonalités graves parmi lesquelles se croisent violoncelles et piano, propageant une douce mélancolie qui n'est pas sans rappeler les travaux de Arcana. "Outrages", quand à lui, cherche la réaction. Les envolées classiques semblent marteler les minutes et attendre la confrontation. Plus moderne, Air propose une nouvelle vision accaparante, un nouveau souffle invitant au voyage. Basse, piano, rythme lent en soutien et ensemble de cordes rappellent au bon souvenir, Craig Armstrong ou Remanence. Puis, il est question de départ, sans retour. Les notes de piano s'égrènent comme les gouttes d'une pluie d'automne, s'écrasant sur le silence et l'impuissance. Tristesse, désespoir, mais aussi clairvoyance et combat, combat pour la lumière. Enmené par un downtempo sourd et imperturbable, L'adieu rêvé s'oppose en tout point à la chatoyance grandiose d'un Gravitée cendrée scintillant comme le cristal. Enfin, La nuit d'un autre temps offre à l'auditeur un hâvre de paix intérieure. Mélodie douce et beauté suggérée, malheureusement d'une durée trop courte pour se laisser approcher. En conclusion, Deliverance et sa sombre introduction Passage, achèvent d'envahir le subconscient. On retrouve alors le premier morceau de Effusions..., ici agrémenté d'une partie vocale en forme de diction, traitant de nuit puis de jour, de renaissance et de libération.

En conclusion, un remarquable travail de composition, qui tire ses racines dans le classique, mais aussi les B.O de films, visant à créer une sensation de profondeur et de relief et jouant sans cesse avec les sentiments.
Très franchement digne d'interêt en tout cas.

Chroniqué par Yragael
le 16/01/2004

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 17/12 - Chronique
Saba - CARE FOR ME
mar. 11/12 - Blog
Les oubliés de 2018
sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters