Accueil | dMute

Hood

: Interview avec Hood



Retour sur notre sympathique rencontre avec l'un des deux frères Adams (Richard), co-leader de Hood, que nous avons rencontré en Janvier 2005 dans les locaux de PIAS à l'occasion de la sortie de Outside Closer.

Comment concevez-vous l'apport des éléments électroniques dans votre musique ?

On a commencé à utiliser l'électronique avec The Cycles of days and Seasons. On a poursuivi sur Cold House, puis l'Ep paru juste après. Je pense que c'était la bonne période pour le faire, et nous l'avons fait à un moment où nous souhaitions le faire. Mais aujourd'hui, quatre ans après, avoir le même usage de l'électronique aurait été une sorte de retour en arrière. On pense donc qu'on a été aussi loin qu'on le pouvait dans cette voie.
Pour ce nouvel album, nous avions envie de sonorités différentes, inédites, et des sons également plus organiques. Peut-être que cet album n'est pas de son temps, daté comme peut l'être Cold House. J'ai toujours eu ce léger regret que… tu sais… que quelques années après, les gens se disent " Oh, c'est un album de 2001 ", parce qu'un certain nombre de ses sons appartiennent à cette période. Mais bon, ça ne nous dérange pas car c'est ce qu'on voulait faire je pense, mais cette intention n'a sans doute pas vraiment été prise en considération.

As-tu le sentiment que vous faites une musique plus accessible aujourd'hui ?

Je crois que c'était effectivement une des idées qu'on avait. C'est-à-dire qu'on voulait que cet album soit légèrement plus accessible, mais heureusement, pas dans le sens de ces groupes qui se préoccupent de plus en plus d'être accessibles pour le public avant même d'être intéressants.. c'est fou !
Il n'y a rien de mal à avoir ces idées à condition que ce soit fait de façon intéressante. Donc je crois que c'était un défi pour nous parce que tu sais, ça aurait été facile de refaire un album sombre mais accessible, comme ce qu'on a fait auparavant, parce que c'est ce qu'on a fait quelques fois et je crois qu'on avait envie de faire ces albums. Mais là faire quelque chose de plus accessible avec ce nouvel album, c'était quelque chose d'assez dur à ce moment là. Ce n'est pas aussi simple que les gens se l'imaginent, tu sais, tu ne sais pas si tu vas le faire de la bonne façon. Donc je crois qu'on voulait le faire de façon intéressante, et essayer de créer quelque chose de différent avec bien sûr l'espoir de capter l'attention de quelques personnes.

Avec un groove différent? On peut entendre taper dans les mains pour faire une rythmique par exemple…

Ouais, c'était justement une de nos idées, c'est tout à fait ça. On a toujours été intéressé par la pop. La musique pop c'est un truc qu'on a exploré à un certain niveau, mais peut-être d'une façon un peu low-fi je suppose.

Des collaborations éventuelles en vue avec Why ? et Dose one, tel que ce fut le cas sur Cold House ?

Je ne pense pas. Pas pour le moment. Ils sont pas mal occupés avec leurs projets perso, ils ont pas mal de trucs sur le feu, mais ça me plairait assez qu'on travaille avec eux à nouveau, mais d'une autre manière. Peut-être former carrément un nouveau groupe, ou quelque chose qui se rapprocherait de la façon dont on fait notre musique ou de leur façon à eux de poser les voix quand on collabore. On est en encore en contact avec eux quoi qu'il en soit. D'ailleurs Dose one a été samplé sur notre E.P The lost you, qui vient de sortir.
On voulait que leur fantômes nous hantent toujours, même sur notre nouvel album, mais on pensait qu'il était nécessaire de ne pas refaire la même chose que sur Cold House. Mais comme j'ai dit on est toujours en très bon contact avec eux et c'est super. Mais tu sais, je pense qu'on avait vraiment envie de faire quelque chose de différent, pas refaire ce qu'on avait déjà fait avec eux.

Et cela ne vous dirait pas d'être impliqués dans leurs projets à eux ?

Pas vraiment. Ils font tellement de trucs. Nous on est plutôt vraiment du genre lents maintenant tu vois (rires). Ca nous prend des lustres pour faire le moindre truc. Et c'est marrant parce qu'on a tourné avec eux, et qu'ils parlaient sans cesse de toutes sortes de projets, et nous on est plutôt du genre travailleurs méthodiques, on peut pas balancer comme ça des morceaux faits hyper rapidement. Donc je pense qu'on est vraiment derrière eux. A mon avis il nous faudrait dix ans pour mener à bien tout ce qu'ils sortent.
Donc on en a parlé, mais ça s'est jamais réalisé tu vois. On a parlé de faire notre propre truc, à la maison, on travaille mieux à la maison dans notre environnement.

Difficile de s'intégrer à leur planning ?

Ils sont tout le temps en train de faire un truc. On arrive à peine à discuter cinq minutes.. Ils ont tellement de projets en cours !!

Pourquoi du rap sur l'album ?

C'est quelque chose qu'on avait envie de faire il y a quelques années, écrire des morceaux sur lesquels quelqu'un puisse rapper. Mais la chose la plus drôle en fait c'est que sur certaines tracks de Outside closer deux ou trois morceaux étaient des morceaux qu'on avait commencé avec à l'esprit " oh ben allez, faisons rapper quelqu'un sur celui-là ", mais finalement les choses se sont passées autrement. "

The Lost You Ep donne le sentiment d'une certaine diversité...

D'abord on pensait que certains morceaux ne collaient pas très bien à l'album qu'on avait en tête, c'était même je crois le cas pour toutes. Et ensuite on a pensé qu'il y avait un pont entre Cold House et Outside Closer. Deux des tracks avaient des éléments électro. C'était un peu…Je sais pas. Cela nous a semblé naturel que ces morceaux soient sur l'Ep en tout cas. Et je pense qu'une d'entre elles a fait partie du futur album pendant un jour, puis a été rayée, et a été réintégrée à l'EP. Cela semblait.. Je pense juste que c'était une sorte de décision collective, on pensait tous que ces morceaux avaient davantage leur place sur l'Ep… heureusement ça nous fait un joli petit album de 20 min. Donc on est content de ces morceaux. Il fallait que certaines pistes soient retirées, parce qu'il va y avoir un nouvel Ep en Mars, avec deux tracks supplémentaires pas présentes sur l'album donc…

En Mars ?

Ouais, je ne sais pas exactement… ce sera The Negatives Cd. Les deux morceaux en question étaient des trucs assez similaires qui ne fonctionnaient pas très bien sur l'album. Mais on aime bien faire des Eps donc ça pose pas de problème !

Les Eps sont une sorte de transition ?

Oui, c'est un peu l'esprit.

Certains membres du Forum de dMute pensent que The negatives est un morceau d'ouverture assez détonant, vraiment singulier par rapport au reste du disque.

Ah ? Je n'y avais pas particulièrement songé.

Rien de délibéré donc ?

Je ne voudrais pas que les gens se reposent sur l'idée qu'ils savent ce qui viendra ensuite. Tu as envie que les gens soient un peu surpris et je crois que c'est l'effet qu'on a obtenu avec Cold House. Quelqu'un nous avait mailé et on était ennuyés parce qu'il y avait ce morceau, Brittle Youth, première track, selon lui ça ruinait l'album. C'était carrément…Il aimait l'album hormis ce morceau qu'il aimait aussi mais qui n'était pas à la bonne place sur l'album. J'ai du mal à envisager que ce soit si dur pour certains. Pour moi cela fait sens, t'as envie de commencer l'album avec deux morceaux qui ouvrent avec quelque chose qui envoie pour ensuite ralentir. Tu as pas envie que ça soit un enchaînement monocorde. Tu vois, quelques tracks étaient vraiment gaies, et puis tu as un passage plus lent, une nouvelle petit montée et ça finit en un truc plus pastoral… C'est difficile à dire. Mais pour moi cet ordre semblait naturel, mais ça pourrait ne faire aucun sens pour d'autres.

Vous aviez envie de surprendre

Je crois qu'on avait envie que les deux premières tracks soient très vivantes. Afin de pas commencer avec longue piste toute lente. J'avais envie d'un début assez tonitruant (rires). Des morceaux qui soient un peu plus gais, et ensuite arrive la troisième piste qui te ramène sur un terrain plus… je sais pas comment dire. On pensait que les deux premières étaient les plus fortes, mais bon il se peut qu'on ait tort, je ne sais pas…

Quelques mots sur la genèse de l'album ?

Cela devait faire quatre ans qu'on bossait dessus. On a commencé en juin ou juillet 2002. On a commencé par écrire des morceaux. On a passé quelques mois à écrire, puis on a enregistré en partie à la maison avec Chris, et en partie chez Choque Hosein. Il avait fait le mixage de Cold House, donc on le connaissait depuis cette période là. Et on a enregistré quelques parties à son studio, et il a aimé. Il a tout supervisé, il a nous a fait jouer, nous a empêché d'être trop paresseux. Tu vois c'est ce qu'il a fait, il nous a poussé en quelques sortes plus loin, il nous a fait essayé des trucs qu'on aurait pas fait habituellement.

Tu peux redire son nom ?

CH.O.Q.U.E H.O.S.E.I.N C'est un producteur de Leeds. Il est renommé pour son travail avec quelques groupes. Je sais pas si on les connaît en France. L'un s'appelle the Hollow Men, l'autre Black Starliner. Ca a eu pas mal de succès en Grande-Bretagne, donc il s'est construit une vie confortable grâce à la musique. On avait mixé Cold House deux fois, mais on était toujours pas satisfaits du résultat. On nous a suggéré de travailler avec lui, donc on a collaboré avec lui sur le mixage de Cold House et on a alors décidé que l'on essaierait de rebosser avec lui pour le prochain. Mais il est doué. Il apporte un angle différent aux choses, car il a un bagage différent du nôtre. Il est plus âgé que nous, mais il déborde d'enthousiasme.

Quel est son bagage ?

Il a appartenu à plusieurs groupes. Il fait pas mal de musique commerciale également, enfin c'est tout ce que je sais à propos de lui. Il a fini deuxième au Mercury Music Prize, tu sais, le prix qu'a gagné Franz Ferdinand l'année dernière. C'était il y a cinq ans. Donc tu vois il a eu de jolis succès. Mais c'est vraiment quelqu'un d'enthousiaste à propos de sons très divers et de musiques originales.

Est-ce que ce nouvel album fut plus difficile à réaliser ?

Oui je crois bien. En fait je crois que les trois derniers Lps ont été très difficiles à faire. Je crois que chacun avait ses problèmes spécifiques. Cold House a été mixé deux fois et n'a jamais sonné totalement bien et avec celui-ci on a eu pas mal de soucis pendant l'enregistrement. On arrivait pas à obtenir le son qu'on souhaitait. Je crois qu'on a perdu confiance avec pas mal de morceaux à plusieurs reprises, on se demandait où on allait.
Je crois que ça stressait pas mal Chris parce que c'était le premier que Chris enregistrait réellement. Je dirais qu'on a enregistré pas mal de trucs différents chez Choque, mais Chris a fait beaucoup d'enregistrement à la maison, et il commençait à en avoir marre Il était un peu perdu. C'était vraiment dur pour lui. Il y a eu des moments vraiment difficiles. On en était au point de tout foutre en l'air. On a presque failli le faire, Chris disait : "Je le fais pas, j'arrête, on oublie ce truc et on va chercher du boulot. " (rires) C'était terrible et pourtant j'ai l'impression que c'est le genre de trucs qu'on oublie ensuite. Mais on a bien passé au moins deux mois sans y toucher, faire le vide, et ça a pris beaucoup de temps à Chris pour finir. Je sais pas, je crois que c'était une question d'assurance, et je crois que Chris a perdu de son assurance avec quelques morceaux. Mais bon on s'en est sorti. Je crois que cet album a été plus dur à faire que les précédents, enfin je sais pas. On a peut-être trop exigé de nous-mêmes. On l'a fait parce qu'on enregistre beaucoup - on a beaucoup de morceaux_ il y en a dix sur l'album et 5, euh 4 sur l'Ep et il y en a deux de plus qu'on a pas terminées. Donc ça fait une vingtaine de chansons sur lesquelles on a bossé, et je crois qu'on a vraiment été à fond pendant 4 ans. Ca peut paraître ridicule mais on est constamment en train de bosser là-dessus, on est sans arrêt en train d'ajouter des trucs sur les chansons. Tu sais il va y avoir un des morceaux qui va sortir sur le prochain Ep qu'on a enregistré trois fois et ce que je peux te dire au stade où on en est c'est qu'on en est toujours pas satisfaits ! (rires) Mais bon c'est toujours comme ça !

Ce qui semble ardu c'est que que vous composez durant un bon moment, puis vous êtes obligé d'enregistrer tout ça sur une très courte période, ça doit être particulièrement frustrant et intense.

Oui c'est intense ! Et je crois que si tu commences un album, que tu le bosses pendant un an, et que l'année suivante tu es toujours dessus, tout dans ta vie te paraît différent, t'écoutes des musiques différentes, tu fais des trucs différents, et tu te dis, " mais pourquoi on a commencé ça ! " (rires). Donc tu traverses toutes ces choses, et finalement ça a été un certain soulagement quand on a terminé.

Vous avez réussi à vous supporter ?

On y arrive maintenant. Mais il y a eu une période où c'était pas le cas.

Vous avez intérêt, vous avez une tournée ensemble !

Ouais, il vaudrait mieux! (rires)
Heureusement ça va. Tu vois on s'est vraiment investi dans cet album et j'espère qu'on va prendre du plaisir. Faire quelques concerts et apprécier. Mais on est le genre de mecs à se créer des obsessions de plein de trucs. Mais bon on va essayer. Et je crois qu'on a vraiment beaucoup appris en terme de manière d'enregistrer. On a essayé de tout enregistrer séparément à des moments différents et c'était vraiment dur de travailler, de revenir à des morceaux, en abandonner un, revenir à un autre. Mais ça nous a beaucoup appris en matière d'enregistrement de morceaux et la façon d'obtenir des sons. Donc heureusement ça nous permet d'avancer pour le futur. Ce que je veux dire c'est qu'on a cet album qui vient de sortir, qu'on a appris beaucoup, donc.. c'est le bon côté de la chose.

Quand aura lieu le premier concert ?

(Hésitation…)

Amiens non ?

Amiens ouais c'est le premier concert. On a une mini-tournée de trois dates en France, puis on rentre en Angleterre pour deux semaines en Février, ensuite on sera en Amérique puis en Europe. Il y aura probablement plus de dates françaises en Avril si on s'entre-tue pas avant ! (rires)

Un petit mot sur le succès de vos compagnons de label Franz Ferdinand ?

Domino s'en sort vraiment bien maintenant. Il y a même eu une édition du NME avec un cd compilant les groupes du label, avec à l'intérieur une interview de Franz Ferdinand.
Je pense que ce phénomène ne peut être qu'une bonne chose. La situation a tellement changé pour les labels indépendants maintenant. Il leur faut au moins une sorte de locomotive, un gros groupe qui portera le reste du label et je crois que c'est ce que Domino a réussi à faire. Nous, Hood, on fait les choses comme on les sent. Et heureusement que sur Domino, on peut continuer à voir coexister des groupes à succès comme FF, et des groupes qui feront pas autant d'argent. Je pense vraiment que Domino mérite ce succès, parce qu'ils ont vraiment sorti plein de bons disques ces dernières années. J'étais vraiment ravi que FF réussisse si bien parce que je réalise que c'est beaucoup plus difficile aujourd'hui de vendre des disques qu'il y a cinq ou dix ans. Tu sais maintenant avec Soulseek et tous ces trucs les gens ont un accès tellement facile à la musique, et comment tu voudrais persuader des gens d'acheter des cds alors qu'ils peuvent avoir la musique gratuitement. C'est pas simple. Les gens peuvent avoir accès à plein de groupes peu médiatisés, il ne faut pas snober cela, mais en contrepartie, que Domino puisse avoir un groupe dans les charts, ça aide vraiment.

Il y a pire comme groupes dans les charts !

Tout à fait, c'est clair ! Et il y a des trucs vraiment bien chez ce groupe.

Est-ce que ça a été bénéfique pour vous en termes de fréquentation de vos concerts, de couverture par la presse ?

Oui je pense. C'est dur à évaluer parce que ce n'est que le début, mais Domino n'est plus le même label que ce qu'il était quand on a sorti Cold House. On est beaucoup plus soudé et on a des gens différents qui bossent ensemble dans plein de directions. Je crois que ça ne peut qu'être profitable. Et au pire, quand un promoteur n'a jamais entendu parler de nous, on peut dire : " on est sur le label de Franz Ferdinand ! "

Est-ce que quelque chose a changé dans votre rapport avec le label ?

Non ils sont cools. C'est marrant, j'étais vraiment fier d'eux quand c'est arrivé, ce succès. Enfin ça leur tombait dessus, c'est cool. J'ai bossé dans un magasin de disques pendant les deux dernières années, je sais combien c'est difficile de vendre des disques. J'ai évoqué le succès de Franz Ferdinand un jour en discutant avec Lawrence Bell (boss de Domino ndlr). " j'ai vu que ça a vachement bien marché avec Franz Ferdinand ! " je lui ai dit. Il m'a répondu d'un air un peu détaché " Ouais ouais, ça peut aller, la vie continue … " Alors qu'il a en a vendu des millions ! (rires) Et il avait vraiment l'air détendu, comme s'il était en vacances.

Le fameux flegme britannique ?

Oui c'est ça! Du genre " oh oui, on a plutôt pas mal réussi ! " C'est marrant.

C'est bien s'ils ne changent pas d'état d'esprit…

Je sais qu'ils vont certainement signer quelques groupes assez divers. Il y en a quelques uns sur le label qui ne sont pas typiquement dans le " ton Domino ". J'espère que le label va continuer dans cette voie : la moitié de trucs intéressants et une autre moitié plus orientée commercialement, ce sera toujours un bon label. Et puis on ne peut pas forcément aimer tout ce que sort un label !

On va maintenant passer à la question d'un des membres de notre forum - Qu'est-ce que tu penses de l'étiquette post-rock qu'on a parfois utilisée pour qualifier votre musique ?

Si les gens ont envie de mettre les groupes dans des cases, qu'ils le fassent. Je me souviens quand le mot " post rock " a été inventé, pour décrire des groupes comme Disco Inferno, Bark Psychosis ou Moonshake. Maintenant, c'est la musique type Mogwai que ça désigne, ce n'était pas ça avant. En fait, au lieu du basique groupe à quatre membres, l'esprit c'était de poser les guitares, commencer à se servir des samplers, jouer des trucs bizarres et faire sonner le truc totalement différemment. C'est comme le mot " indie ", qui a changé de signification avec les années, et qui ne voulait pas du tout dire la même chose qu'aujourd'hui quand j'ai commencé. Je ne sais pas. Je n'aime pas trop les étiquettes, mais si ça permet de donner une vague idée aux gens de la façon dont on sonne, ça me dérange pas trop. Je sais que c'est dur de décrire la musique. Mais en tout cas le Post Rock, actuellement, celui qu'on peut écouter et qualifier de post rock, je ne sais pas trop où cela mène musicalement. J'ai l'impression que ça répète ce qui a déjà été fait. J'ai l'impression que la plupart des formes musicales se jettent dans un cul-de-sac. Et je pense la même chose de la musique électronique. Plein de choses se font, mais sans grande originalité. Comme je disais, on est pas contre le mot " post rock " si ca aide les gens à comprendre ce qu'on fait. Mais il faut se méfier de ces étiquettes parce que ça va, ça vient. Je ne me qualifierais pas comme faisant du post rock par exemple.

Y a-t-il des pièces de théâtre, des expos, des livres que tu as lus récemment et dont tu aimerais parler ?

(Il hésite longuement, visiblement embarrassé par la question.)
J'ai très peur de parler de ce que j'aime parceque c'est souvent tellement différent de que les gens aiment…
Alors, en musique… je dirais l'album de Khonnor, l'album de Strategy sur Kranky records que j'ai beaucoup aimé, Sufjan Stevens, mais ma grosse découverte de l'année dernière était Charlie Parr, un barbu qui habite à Duluth, qui joue du blues, enfin dans le sens où les gens pensent assez à Eric Clapton en l'écoutant, mais c'est plus que ça en fait. C'est une espèce de vieux blues folk country on dirait que ça a été fait dans les années 30. Il est vraiment incroyable. C'est un songwriter fantastique. Il va apparaître dans la bande-son d'un film qui sort bientôt, qui s'appelle " Who killed Cock Robin " qui sera en compétition au Kent Film Festival j'espère. Donc peut-être que l'année prochaine, donc peut-être que l'année prochaine, il commencera à faire parler de lui et qu'il vendra plus d'albums !

Est-ce que vous avez prévu de sortir un DVD, comme beaucoup de groupes le font désormais ?

Ah ben tiens j'y pensais justement la nuit dernière. C'est vrai que tous les groupes sortent des DVDs. En fait j'en ai parlé à Lawrence de Domino, y a un moment de cela déjà. Il se pourrait qu'on fasse quelque chose, parce qu 'il y a eu des tonnes de videos qui ont été faites, et qu'on n'a jamais réussi à réunir, c'est dingue ! Je sais qu'il il a un moyen de les récupérer, par internet. Peut-être qu'un jour ça se fera, on rassemblera les videos, tous ces lives qui ont été enregistrés. Mais bon espérons que ce ne soit pas un truc trop cher, car les dvd c'est souvent décevant.



Interview par dClem
le 18/01/2005

Tags : Hood

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Blog
Actualité
The Declining Winter - Belmont Slope
Outside Closer
(2005)
Domino
Post-rock / electronica
The Lost You
(2004)
Domino
Post-rock / electronica
Compilations 1995 - 2002
(2003)
Misplaced Music
Indie Rock/Post Rock/Experimental
Singles compiled
(2003)
Misplaced Music
Indie rock/Post Rock/Experimental
cold house
(2001)
Domino
Post Rock / Electronica
The Cycle of Days and Seasons
(1999)
Domino
Post-Rock/Electro



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters