Accueil | dMute

Gravité Zero

: Interview avec Gravité Zero




Avec ce premier album sous le nom de Gravité Zéro (après un premier Maxi, " Infini " sorti également en 2003), vous vous affirmez d'emblée comme assez atypique, tant au niveau des productions que des lyrics : une réaction à l'uniformité ambiante des sorties françaises ?


Cela fait maintenant pas mal d'années que nous sommes en réaction face à l'uniformité musicale et à la pauvreté des textes de rap, qui n'ont d'égale qu'un discours de chasseur voulant butter de la " galinette " toute l'année.


Gravité Zéro étant l'alliance de deux personnes (Le Jouage & James Delleck) cela fait des années déjà que les gens nous prennent pour des OVNI sonores lors de nos précédents disques, et nous n'avons pas attendu Gravité zéro pour explorer et expérimenter.
Bien qu'ayant la lucidité que ce " pauvre " rap pèse lourd et répond à un public, nous souhaitons dans l'avenir une plus grande parité entre le rap FR noir & blanc et notre pop art hip hop surréaliste (oui y'a un parti prix !). Mais c'est avec un grand plaisir que nous constatons qu'après toutes ces années d'effort à inventer au lieu de plagier, nos projets et groupes respectifs forment maintenant une vraie scène libre de créer.
Nous n'appartenons à aucune des familles du rap français, peut être parce que depuis plus de 10 ans nous nous efforçons d'en recomposer une.


On ressent aussi une culture autre que relevant du seul hip hop dans cette manière de jouer avec les sons et les ambiances électroniques (l'electronica mélodieuse de " Au commencement " ou l'énigmatique " Antimatière par exemple) : vous écoutez quoi ? quelles sont vos références et vos influences ?


Nous nous sommes construits par de multiples influences, bien sûr le hip hop, notre base, avec NWA, Public Enemy, Red man , Def squad, Boot Camp, Wu Tang, Co-flow, Cannibal Ox etc… Mais aussi Bjork, Aphex Twin, Léo Ferré, le zouk, Pierre Henri, David lynch, Kubrick, Darren Aronofsky (réalisateur de " Pi " et " Requiem for a dream " ndr) etc…


Certains titres de l'album sont ouvertement kitsch ou empreints d'un humour second degré (" Star child ") tandis que d'autres font subtilement références à des classiques de SF ou d'anticipation (P.K Dick ou Bilal pour les descriptions de cités détruites, Kubrick (HAL) ou Asimov pour les êtres mécaniques ...) : un condensé de l'univers de Gravité Zéro ?


En fait nous voulions parler de l'avenir dans ce disque et cela nous a forcément porté vers toutes ces références de la science-fiction et de l'anticipation.
Mais nous tenions à écrire des œuvres originales sans raconter l'histoire d'un film connu. Comme ça, peut être que pour une fois un film sera tiré d'une musique et non l'inverse.
Et il est vrai que le second degré fait partie de nos tempéraments et aussi de l'histoire de la SF avec les monstres en peluche ou les robots en carton. De plus, artistiquement, l'humour permet aussi au track list de l'album de ne pas être trop sombre.


Quelques featurings sur votre premier Maxi, " Infini " ... et lesquels !!! : Buck 65, Hi Tekk (La Caution) ou Fuzati (Klub des Loosers, L'Atelier) : des gens avec qui vous vous sentez vraiment en phase dans leur conception du hip hop ?


Clairement en phase dans le sens où chacun fait une musique sincère et personnelle. A l'heure d'aujourd'hui ou tout est calculé, marketé et stratégisé c'est notre point commun à tous, bien que musicalement nos styles soient plus ou moins éloignés.
Sauf qu'en plus, pour Hi Tekk, il aurait été indécent de ne pas le faire participer à un titre alors que c'est un passionné de SF et un puits de culture dans ce domaine.


Pensez-vous que la relative médiocrité (ou uniformité) des sorties hip hop actuelles amène le public à s'ouvrir à des sonorités nouvelles comme vous ou TTC?


Oui, une partie s'ouvre à nos sonorités, mais nous nous voulons rassembleur de plusieurs cultures musicales, écoutées par des garçons, des filles et des Opossums géants de tous âges et de tous milieux … Poussons les murs, ouvrez vos fenêtres ! Mais nous ne faisons pas une musique en opposition à une autre et la médiocrité des productions hip hop ne regarde que ceux qui l'alimentent, nous ne nous sentons juste pas appartenir à cette scène.


Comment travaillez-vous à 4 mains ? Vous vous divisez le travail, vous travaillez ensemble sur les machines ou sur les textes, vous alternez ?


Il n'y a pas de règle l'un fait ci l'autre fait ça et inversement mais des fois c'est aussi le contraire!
Mais il est vrai que d'avoir tous les deux la casquette de MC / Producteur, nous facilite la tache pour retranscrire fidèlement nos envies.


Y'a t'il des artistes avec qui vous souhaiteriez par-dessus tout travailler ?


Delleck : David Lynch, Alain Bashung, Bjork, Darren Aronofsky, Aphex twin….


Quels sont vos projets à courts termes ?


Défendre sur scène Gravité zéro et ça sa va être quelque chose !


Le Jouage : Olympe Mountain, album solo grems (hustla), mon album solo, 1er vrai album de hustla…
Delleck : Un album instrumental et bien sûr l'album solo.



Interview par Tibo
le 23/10/2003

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
RMX
(2005)
0101 Records
Hip-hop / électro
Gravité zéro
(2003)
0101 Records
hip-hop / electro
Infini (EP)
(2003)
0101 Records
Hip-hop/électro



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 21/08 - Chronique
r beny - Echo's Verse
sam. 17/08 - Blog
Brimstone - Record in Peace
mar. 13/08 - Blog
#15 : Labyrinthe
sam. 10/08 - Blog
Lil Fish - Organic
sam. 06/07 - Chronique
Thom Yorke - ANIMA
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters