Accueil | dMute

The Humble Bee & Offthesky

: We Were the Hum of Dreams



sortie : 2020
label : Laaps
style : ambient / Electronic

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ In the Last Life, We Were a Winter 2/ An Affair On Invisibility 3/ Brittle Arc Of A Nightmark
4/ Fallen Fruit To Navigate By 5/ In the Last Light, We Were A Whisper 6/ Universe In the Palm Of The Dark 7/ Little Shard Of A Daymark 8/ Hum In The Heart Of A Dreaming

La fin programmée du label ambient français Eilean – présenté dès le départ comme une constellation lointaine constituée de cent astres/albums – ne nous aura pas attristé longtemps puisque son créateur Mathias Van Eecloo lui en a donné une suite fissa : Laaps records. C'est via ce dernier que nous retrouvons aujourd'hui Offthesky et The Humble Bee un an seulement après leur magnifique premier effort All Other Voices Gone, Only Yours Remains, confirmant ainsi que la rencontre de ce duo formé respectivement de Jason Corder et Craig Tattersall (membre fondateur de The Remote Viewer et de The Boats) ait été bénéfique, du moins assez pour trouver matière à poursuivre l'aventure.

We Were the Hum of Dreams ou "Nous étions le ronflement des rêves", l'intitulé lâche d'emblée les mots qui nous permettront certainement de mieux interpréter ce nouvel opus et plus largement la musique offerte par le duo. L'onirisme y est en effet présent, doublement même. D'une part, et comme le sont souvent les œuvres ambient, l'album extraie de sa musique une vapeur douce et enivrante créant de purs moments d'émerveillement. D'autre part, ses compositions sont construites comme des enchaînements de fragments disparates conférant à l'ensemble une impression que l'on pourrait rapprocher de la logique des rêves. Portée également par la voix éthérée de Rin Howel et par le sax perché de Cody Yantis, la beauté y est ici toujours insaisissable, mais bel et bien présente à chaque recoin de cet album d'une grande sensibilité.

Quant aux ronflements (ou ronronnements) et à l'utilisation du passé, ceux-là renvoient plutôt aux textures granuleuses et poussiéreuses qu'affectionne tant le duo, façonnant finement une musique sans âge se situant quelque part entre le field-recording et l'hantologie, entre le sublime et l'impressionisme. Pour ses raisons et bien d'autres encore, We Were the Hum of Dreams reste à n'en pas douter l'une des plus belles œuvres ambient de ce début d'année.



Chroniqué par Romain
le 02/05/2020

Partager cet article :




A lire également sur dMute :
Blog
Florilège musicopathe
#15 : Labyrinthe
Morning Music
(2010)
Cotton Goods
Ambient / Tape Recording



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mar. 15/09 - Chronique
The Microphones - Microphones in 2020
sam. 05/09 - Chronique
Stand High Patrol - Our Own Way
dim. 30/08 - Chronique
Nocturne - Hypnose Générale
mar. 11/08 - Chronique
Lyra Pramuk - Fountain
jeu. 06/08 - Chronique
Protomartyr - Ultimate Success Today
dim. 19/07 - Chronique
Bing & Ruth - Species
mar. 14/07 - Blog
Emocore : Itinéraire bis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters