Accueil | dMute

Emilie Zoé

: The Very Start



sortie : 2018
label : Hummus Records
style : Rock Indé

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ 6 O'Clock 2/ A Fish In A Net 3/ Tiger Song 4/ Blackberries 5/ Loner 6/ Nothing Stands 7/ Dead Birds Fly 8/ The Barren Land 9/ Would You Still Be Here 10/ Sailor

On n'a pas tous les quatre matins la chance de croiser une œuvre étiquetée "rock" - disque, bouquin, peinture, peu importe finalement le support - qui vous donne l'envie, la force même, de provoquer en duel si ce n'est la mort, au moins la peine que cause la perte ou l'absence d'un proche. Et qui vous donne les billes pour vous en tirer, certes de justesse, mais vivant. Debout !

The Very Start, deuxième Lp de la Suissesse Émilie Zoé est de cette engeance là.

Largement épaulée par son compagnon de route et de toujours, Nicolas Pittet, elle fait partie avec lui, de ces indécrottables trafiquant.e.s de vérité, qui, par leur habileté, fut-elle furtive, parviennent à percer la bulle mensongère qui trop souvent encrister nos vies. Jusqu'à nous permettre d'entrevoir l'étincelante nitescence de la sincérité. De tels éclats, le premier album d'Émilie Zoé (Dead-End Tape, déjà chez Hummus Rds) en était déjà perclus. Mais alors là ! Ouch !
Dès les premières notes de 6 O'Clock jusqu'aux arpèges du Sailor final, on perçoit, au-delà même du verbe et des larsens, le cœur d'une femme désireuse avant tout de ne pas (se) mentir. Comme ça fait du bien !

Après, c'est presque une évidence de le reconnaître, mais lorsqu'elle se met à chanter, la voix d'Émilie, tremblée et limpide, compte pour beaucoup dans l'instauration de cette atmosphère d'intimité, délicate et revêche à la fois. Dans le jaillissement, aussi, d'un émoi qui à chaque redémarrage du disque vous enserre immanquablement.

Que nos deux musicien.ne.s soient des adeptes de perfectionnisme ne fait pas tellement de doute. Plutôt un sens du détail qui, au lieu de taquiner le superflu aurait tendance à filer à l'essentiel. Un goût sûr de l'épure. Une vraie maîtrise du bruit et du silence aussi, qui donne ce rock brut et saisissant de densité, baigné d'une sérénité mal embouchée doublée d'un violent don de soi portant un irrépressible désir de tout dire.

Voici donc un album en dix titres entre poussées de fièvres et descentes de mélancolie. Dix morceaux dont la beauté cumulée laissera pantelant le plus hardcore des peine-à-jouir. Chancelant le pisse-froid ! D'admiration. Et, encore mieux, de reconnaissance. Comme nous !



Chroniqué par Yvan
le 24/01/2019

Partager cet article :







0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 23/02 - Interview
Interview avec Noah Lennox
jeu. 21/02 - Blog
Hubwar - Deep Earth
mar. 19/02 - Blog
Simon Scott
mer. 13/02 - Concours
Rogue Monsters
mer. 13/02 - Chronique
Senbeï X Al'Tarba - Rogue Monsters
sam. 09/02 - Chronique
Jessica Pratt - Quiet Signs
mar. 05/02 - Blog
Cyesm - Music for your Stories
mar. 29/01 - Chronique
Ob.dub - Slofat Machine EP
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters