Accueil | dMute

Papaye

: La chaleur



sortie : 2011
label : Kythibong
style : Math-Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Gym Tonus
02/ Rabbit Krueger
03/ La Sueur
05/ Cheval Télescopique
06/ Fraîcheur et Saveur
07/ Watermelon Frappe
08/ Tuna Island
09/ Vert et Volant
10/ Florence Arthaud
11/ Femur De Femme
12/ Megaplus

Au bout d'une quinzaine d'années, le math-rock a fini par devenir, dans un certain milieu, le dernier chic. Avec plus ou moins de bonheur (plutôt moins que plus). Dieu (ou Don Caballero — en l'occurrence, il s'agit de la même personne) merci !, certains ont le bon goût d'allier ce dandysme incertain à un réel talent. Personne ne s'étonnera d'ailleurs du fait que ce groupe au charme transpirant — Papaye, donc — appartienne à la constellation Kythibong (cf. Room 204, et passim.) et soit signé, pour la version cd du LP La chaleur, sur Africantape. Tout se tient, logique et cohérent, dans ce beau monde.

Plus intéressant que les mondanités math-rockiennes, toutefois, le contenu de ce disque : court et comme ramassé sur lui-même avec cette volonté farouche d'aller à l'essentiel, d'en découdre franchement avec le rythme, les deux guitares à la fois solistes et rythmiques (fracassant comme on l'espérait les repères du rock même le plus indépendant) n'assommant pas — ce qui serait, du paradoxe, le comble— la seule batterie. Une minute de plus que vingt-cinq de riffs, cassures, ruptures, rythmiques à la dynamite, dans le genre, forcément dans le genre. Mais avec ce je-ne-sais-quoi qui distingue un groupe de la masse.

Moins jazzy que fago.sepia, plus ébaloré que Room 204 (ne serait-ce que pour cette raison : 3 > 2), Papaye remue un nombre incalculable d'idées à la minute. Parfois difficile à suivre, mais toujours excitant et proprement jubilatoire, La chaleur distille des gouttes de sueur qui sont autant de perles. L'inaugural Gym tonus et sa manière bien à lui de saboter tous les temps qu'il se donne. Le quasiment éponyme La sueur et sa façon de reprendre d'une main ce qu'il donne de l'autre ("Que ta main gauche ignore ce que fait ta droite, mais soigne les deux", Évangile selon Saint Steve Albini). L'explosif et tubesque Cheval télescopique. L'impossible Tuna Island, véritable tour de force assourdissant de virtuosité et d'ingéniosité. L'Atlantique, mais pas à la rame, Florence Arthaud, presque tendre et puis, en fait, non — fiancée de la caisse claire martyrisée et de la saturation (Saint Ian Williams, archange du tapping, priez pour nous). Ainsi va la litanie des pièces parfaites.

On l'aura compris (ou pas) : La chaleur de Papaye est un disque chaud, mais vraiment.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 10/02/2011

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Tennis
(2013)
Kythibong
Rock



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
mar. 11/09 - Chronique
Animal Collective - Tangerine Reef
mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
jeu. 19/07 - Blog
Dezordr Session : la dixième
lun. 09/07 - Blog
#13 : Jeunesse Sonique
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters