Accueil | dMute

Toro Y Moi

: Causers of This



sortie : 2010
label : Carpark Records
style : Chillwave

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Blessa
02/ Minors
03/ Imprint After
04/ Lissoms
05/ Fax Shadow
06/ Thanks Vision
07/ Freak Love
08/ Talamak
09/ You Hid
10/ Low Shoulder
11/ Causers Of This

Depuis quelque temps le courant chillwave prend de l'ampleur. S'il avait gagné du terrain grâce à des groupes comme Washed Out ou Neon Indians, ce n'est véritablement qu'avec Toro Y Moi qu'il a renforcé son emprise sur les musiques actuelles.

Qu'est-ce que la chillwave ? Le blogueur Anthony Fantano la définit comme "un genre de musique électronique avec un lourd accent mis sur les beats dance, les mélodies pop simples et les synthés rétros." "Il y a assez souvent une manipulation du son pour faire sonner l'ensemble "plus vieux" ou psychédélique" ajoute-t-il. La musique de Toro Y Moi correspond parfaitement à cette définition puisqu'elle fait la part belle à cette forme de rétro futurisme pop électronique un peu naïf.

Toro Y Moi est le projet de Chazwick Bundick, Chaz pour les intimes. Il est âgé de 23 ans et s'est installé en Caroline du Sud pour fuir l'agitation de New York. Il apprécie beaucoup le travail de Jay Dilla et d'Animal Collective. Voilà pour le bonhomme.

Son album contient onze pistes. Blessa ouvre le bal. Clairsemé de nappes de synthé psychédélique, il nous plonge incontestablement dans des abîmes aquatiques. Il y est question de pesanteur, de fluctuations, et on se laisse facilement embarquer par le chant rêveur de Chaz. Le morceau dégringole en bout de course avant de laisser la place à Minors. Le titre démarre de manière frontale, un beat fracassant, un espèce de sample mérovingien et la voix de chaz tour à tour plaintive puis douce. Comme le veut le dicton, le calme survient après la tempête. Loin d'apaiser nos ardeurs, Toro Y Moi attise notre envie de se cogner au beat. La production sonore est de haute volée, et la façon dont les éléments se répondent les uns aux autres est remarquablement travaillée.

Toro Y Moi est un faux ingénu. Son jeune âge ne l'empêche pas d'être un technicien du son maitrisant parfaitement son sujet. Lissoms aguiche l’oreille grâce à ses crépitements, tandis qu'une voix découpée prépare le beat abstract electronica à venir. On succombe alors sans mal à cette avalanche sonore, à cette superposition de collages où les variations de rythmes sont le fil conducteur du morceau. C’est un peu Toro Y Moi dans son sous-marin secret, triturant le sonar pour créer un club beat dance sur lequel s'agitent ses potes à tête de poisson clown.

Puis vient Fax Shadow. Son beat lancinant, ses cordes et ses voix saccadées ne sont pas sans rappeler le travail de Jay Dilla. Toujours abstract, mais d'avantage syncopé et plus expérimental, Fax Shadow garde ce psychédélisme larvé, cette joie créative qui font de Chazwick Bundick un auteur inspiré.

Le retour aux 80’s s’opère avec Thanks Vision. J'abordais plus haut l'aspect rétro futuriste, cette alchimie toute chillwave de remettre au goût du jour des saveurs éculées. La force de ce morceau est sa faculté à envahir progressivement notre cerveau de vapeurs psychés matinées d’électronica perchée, jusqu’au final bouleversant. C’est une drogue douce qui s’infiltre et qui vous fait perdre le fil de vos pensées. Freak Love déboule alors et la réalité semble se détacher plus loin encore. Une des meilleures pistes de l’album. Dès les premières notes, Freak Love m’étreint les synapses. La voix de Chaz survole un beat étrange, des synthés sur une corde raide accompagnés d’un son impalpable. Il est bien question d’amour irrationnel, inconditionnel. Talamak semble plus lisse mais a le mérite de laisser vagabonder l'esprit après cette claque d’amour.

Ce Causers of This démontre un gros potentiel. Ce n’est pas l’album ultime car celui-ci est entaché de morceaux moins convaincants. Je pense notamment aux Imprint After, You Hid ou Low Shoulders, trop plats, trop kitchs à mon goût. Mais ils n'en demeurent pas moins d'excellents titres : Blessa, Minors, Freak Love... L'album surfe sur le courant chillwave dont rien ne garantit encore la pérennité. Que cela ne vous empêche pas de l'écouter et vous forger un avis.

Chroniqué par StellaDominique
le 07/12/2010

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters