Accueil | dMute

Borgore

: Borgore Ruined Dubstep



sortie : 2010
label : Buygore
style : Gorestep

Tracklist :
Part 01
01/ Nympho
02/ Sunsets (feat. Diplo)
03/ Thoughts
04/ My Favourite Tingz
05/ Cry Me A River

Part 02
01/ Kinder Surprise (feat. Tomba)
02/ Afro Blue
03/ Money
04/ The Bitter Orchestra Girl
05/ Broken Rulz
06/ Casablanca

Le wobble a toujours garanti aux DJs de dubstep un certain succès face à un parterre de teufeurs bourrés. Techniquement, il fait référence à un son de synthétiseur sur lequel on fait jouer un filtre de manière à provoquer ce rugissement typique du genre.

En fait, le wobble s'est montré si efficace en live que certains producteurs ont fini par ne plus faire que ça. Et c'est peut-être ce qui a provoqué son désamour. Le wobble est devenu pour quiconque s'intéresse au dubstep synonyme de facilité. Nous en sommes tous venus à partager tacitement cette règle selon laquelle un bon producteur devrait, s'il en fait l'usage, distiller le wobble avec parcimonie et bon goût. Et c'est justement la profanation de cette règle qui pousse Borgore à se présenter comme le mec le plus détesté de la scène.

Ce batteur de métal a pris l'exact contre-pied de cette tendance, pissant joyeusement sur toute subtilité pour abuser du gros wobble qui tâche. Et quitte à enfreindre la règle, autant ne pas faire les choses à moitié. Le wobble de Borgore ressemble aux gutturales porcines d'un chanteur de grindcore, ce qui lui donne plus de gènes à revendiquer du côté d'Otto Von Schirach que chez Skream. Son kick a été piqué sur un drumkit pour métalleux. Ses paroles tapent dans le machisme provoc', faisant de lui un genre d'Orelsan du dubstep. Ce gars draine son lot de haters et a bien compris que pousser le bouchon plus loin encore ne ferait qu'accroître son succès. Vous comprenez maintenant ce qui pousse l'Israelien à baptiser sa galette "Borgore Ruins Dubstep." De là à inventer son propre style, il n'y avait qu'un pas que le producteur a franchi avec son auto-proclamé "gorestep".

Pour autant, contrairement à ce qu'on pourrait attendre d'un tel disque, Borgore ne propose pas huit titres de dégueulis dubstep. Une constante chez notre homme consiste à démarrer le morceau par n'importe quoi qu'il puisse ensuite massacrer vers 1 min 02. Vous aurez droit pendant cette trêve à pas mal de 8-bit (Thoughts, Money, Broken Rulz), du rap (Nympho, Money) du r'n'b (My Favourite Tingz) et quelques mélanges aussi douteux que peut l'être l'accompagnement d'une chanteuse jazz par les grouinements synthétiques du producteur (Cry Me A River).

La musique de Borgore consiste à pousser le dubstep jusqu'à son paroxysme, et à enduire le résultat d'une couche de bêtise bien grasse. C'est pour ça qu'on l'aime.

Chroniqué par Tehanor
le 25/09/2010

Partager cet article :





1 commentaire

par MescalineProduction (le 28/11/2010)
Borgore en live sur ytbe http://www.youtube.com/watch?v=LT8fUgAgSkk !
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
sam. 19/10 - Blog
The Blue Nile - Hats (1989)
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters