Accueil | dMute

Ekca Liena

: Sleep Paralysis



sortie : 2009
label : Dead Pilot Records
style : Ambient / Drone / Post-rock

Tracklist :
01/ Sleep
02/ Ceilin Ghosts
03/ Heavy Weath
04/ Step Failure
05/ June 4104
06/ Sulk
07/ Familiar Light
08/ Paralysis

En 2008, le guitariste britannique Daniel W. J. Mackenzie, aka Ekca Liena, publiait chez Dead Pilot Records son premier album : Slow Music For Rapid Eye Movement. Ce disque d’ambient à forte personnalité fut encensé par la critique et s'attira l’attention bienveillante d’un bon nombre d’amateurs du genre. A cette première réussite, vint s’ajouter dans la foulée un Ep, brillant à son tour : Drones Between Homes ; paru cette fois chez Under the Spire, un autre label solidement implanté dans le paysage ambient britannique. Sleep Paralysis était donc attendu comme le messie, chacun espérant y trouver de quoi satisfaire ses attentes.

Comme son prédécesseur, le nouveau long-format d’Ekca Liena se situe à la croisée des chemins. Quelque part entre un ambient massif, et d’autres éléments plus fulgurants : un post-rock à l’état larvaire et du doom en bonne et due forme. Et c’est là sans aucun doute la nouveauté de cette livraison. A l’évocation de ces genres pour le moins barbares, des noms nous viennent immédiatement à l'esprit : celui du cow-boy William Fowler Collins mais surtout celui de Svarte Greiner, dont le récent Kappe laisse encore un souvenir tenace. Mackenzie partage avec ces deux artistes plus qu’un faire valoir stylistique, une même fascination pour les paysages sonores désolés et poisseux. Mais c’est son approche plus directe, plus mélodique des atmosphères, qui distingue le travail du britannique de celui de ses confrères.

Sleep Paralysis est bien la nouvelle bande-son de l’apocalypse à venir. Un chant résigné, celui d’une humanité sur le point d'agonir. Les décharges volcaniques de Heavy Weath, de June 4104, ou encore de Paralysis, systématiquement soutenues par la frappe martiale d’un batteur sur ses fûts, sont autant de visions prophétiques mettant en scène des zones urbaines dévastées. Pourtant, cette musique est parcourue de fantômes, de présences autres qu’humaines qui lui confèrent une aura particulière. Une sensation difficile à décrire mais présente à chaque instant de ce Sleep Paralysis. A côté de ces titres monumentaux, on goûtera avec plus de plaisir encore à des pièces plus habitées : Step Failure, empli des hurlements d’une bête mécanique ; ou Sulk, court interlude mélancolique et spectral.

Malgré quelques longueurs, quelques maladresses, et le risque pris de muscler son propos, Ekca Liena convainc une nouvelle fois. Ce cauchemar, baroque à sa manière, a toutes les qualités requises pour se faire une place dans nos esprits. Ce n’était pas joué d’avance, tant le créneau en la matière apparaît de plus en plus saturé.

Chroniqué par Mickael B.
le 28/12/2009

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters