Accueil | dMute

Prodigy

: Invaders must die



sortie : 2009
label : Take me to the hospital
style : Breakbeat

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Invaders Must Die
02/ Omen
03/ Thunder
04/ Colours
05/ Take Me To The Hospital (3:40)
06/ Warrior's Dance
07/ Run With The Wolves
08/ Omen Reprise
09/ World's On Fire
10/ Piranha
11/ Stand Up

Après cinq ans d’absence, et un décevant Always outnumbered never outgunned, The Prodigy, légende vivante du big beat aux côtés des Chemical Brothers, Crystal Method ou Fat Boy Slim, revient discrètement. Discrètement car, compte tenu de la renommée du groupe, Invaders must die n’a pas fait tant de remous médiatique. On les entend peu ici sur les ondes australiennes où ils ont pourtant vendu bon nombre de ce dernier album à sa sortie.

Avant même la première écoute, le 5ème album des Anglais laisse songeur. A quoi s’attendre après un si long silence ? On ne se lasse pas de danser sur les indémodables The fat of the land ou Music for a jilted generation, mais comment appréhender du son neuf ? Avec l’âge, peut-être la fougue s’est-elle estompée… J’avais eu un aperçu en février de ce que donnerait le new Prodigy à l’occasion du festival Big Day Out, en Australie. Un son similaire mais durcit par des synthés ultra saturés et des guitares démantelées.

Je dois tout d’abord avouer quelque chose : je n’arrive pas à écouter pleinement cet album. Du moins, pas en profondeur. Les saturations m’exaspèrent, me fatiguent, et jamais je n’ai trouvé l’humeur adéquate pour apprécier le style.

Je peux néanmoins valider l’impression que j’avais eue en live. On retrouve les mêmes influences old school , si populaire dans les 90’s, à l’image du beat jungle qui a nourri le succès du groupe. Avec Invaders must die, le Mc se fait moins présent que par le passé. La production en demeure impeccable, les enchaînements sont méticuleux comme toujours… Warriors Dance mélange drum n’bass et voix féminine version 90’s avec brio.

Mais à force de comparer, on en finirait presque par oublier de porter un jugement. Et pour moi il n’est pas toujours flatteur. L’énergie est là mais j’éprouve le même sentiment de lassitude que lors de leur concert. On ne retrouve pas ici la profondeur des basses qui me plaisait tant sur Spitfire ou Firestarter. De plus il n’y a pas ici de répit, si l’on évince la reprise d’Omen, comme l’on pouvait en trouver sur leurs précédents albums. Par répit j’entends un morceau plus calme, plus léger comme il y en avait par le passé. J’en reviens tragiquement toujours à la comparaison.

Jamais je ne me serais attardé sur cet album s’il avait été signé par des inconnus. Pas que je n’aime pas car le talent est indéniable. Mais ces saturations permanentes m’exaspèrent. Pourtant en poussant jusqu’à la fin, on découvre un sympathique Stand up différent, rythmé et étrangement cuivré.

Euphorique, énervé, ivre… J’ai bien essayé de trouver l’humeur pour profiter d’Invaders must die. Mais non, je n’y arrive pas.

Chroniqué par Camille
le 16/04/2009

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Music for the Jilted Generation
(1994)
Mute Records
Techno big beat
The Fat of the Land
(1997)
XL Recordings
Techno



1 commentaire

par ikki (le 19/04/2009)
Je trouve cette chronique très pauvre, elle ne permet pas un instant de se faire une idée sur ce 5e (et non 4e) album du groupe.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 23/01 - Chronique
OOIOO - Nijimusi
sam. 18/01 - Chronique
Oval - Scis
jeu. 09/01 - Blog
Amelia Tabeï - Donna Sol
mer. 25/12 - Blog
#17 : Grand Huit
lun. 23/12 - Interview
Interview avec Akira Kosemura
sam. 21/12 - Blog
Hip-Hop 2019
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters