Accueil | dMute

Hecq

: Steeltongued



sortie : 2009
label : Hymen
style : IDM

Tracklist :
CD 1

1-01/ Spires Awake
1-02/ Typhon
1-03/ The Descent (with Nebulo)
1-04/ Steeltongued
1-05/ I Will Survive (with Nongenetic)
1-06/ Dfrm
1-07/ (Bad Karma) Untitled Remix
1-08/ Frost
1-09/ Howler

Hypnos Trilogy

1-10/ I (Distant Fires)
1-

Nan mais merde. Où Hecq va-t-il donc s'arrêter ? J'ai découvert Hecq avec Scatterheart, en 2004. A l'époque, l'allemand était perdu au milieu d'une scène IDM en pleine effervescence. Juste un type de plus qui faisait une musique certes très sympathique, mais pas de quoi lui faire porter l'étendard du genre. Pis, à mesure que les grandes pontes déclinaient ou disparaissaient tout connement, Hecq continuait son petit bonhomme de chemin, s'améliorant toujours à chaque nouvelle galette. Il y a eu le très bon Bad Karma, puis l'excellent 0000. Il y a eu Night Falls, sorte d'essai électro-acoustique à considérer à part dans la discographie. Et là, après ces deux derniers albums à l'electronique épurée, Hecq revient aux racines : un IDM pleinement assumé, avec son lot de mélodies, d'ambiances, de rythmiques élaborées et d'effets pyrotechniques. Lorsqu'on écoute 0000 ou Night Falls, c'est comme si Hecq s'était retenu d'en faire trop pendant ces quelques années ; comme s'il s'était dit : "j'attends de bien maîtriser le bazar, et après seulement j'enverrai la sauce".

Steeltongued est donc une sorte de Bad Karma (dont un titre est d'ailleurs remixé) murî après quatre ans de travail technique. Et bordel, quelle bouffée d'air ! Je n'avais pas ressenti ça depuis le dernier Cautella, du (presque) regretté Richard Devine (car la période Cautella est belle et bien enterrée, il faudra que je m'y fasse). Steeltongued est un album tout en nuances. Hecq oblige, on retrouve les plages ambiantes qu'il affectionne tant – lesquelles n'ont jamais paru aussi profondes – mais d'autres pistes qui se veulent plus incisives. Celle qui a donné son nom à l'album, par exemple, où l'on croirait entendre un vieux Leafcutter John revisité façon 2009 ; ou encore I Will Survive, grosse surprise de l'album. Hecq n'avait jamais, à ma connaissance, invité de MC à poser sa voix sur un de ses morceaux. Sur I Will Survive, le résultat est complètement bluffant, et Amon Tobin peut bien aller se recoucher avec son fadasse Two Fingers. Autre grosse surprise : Howler. Hecq s'y essaie au breakcore. Vraiment, j'ai du mal à croire que l'allemand, d'habitude si serein, pousse son envie d'en découdre jusque là. Ce n'est pas pour ça qu'on l'apprécie, Hecq, mais on lui pardonne cet écart car ce petit coup de vénèr est diablement réussi.

C'est bien simple, l'IDM ne m'avait jamais paru aussi bien maîtrisé techniquement que sur Steeltongued. Les plages ambiantes sont d'une beauté à pleurer ; les bizarreries glitch, malgré leur extrême complexité, coulent dans les oreilles avec une remarquable limpidité. Tout est parfait : le triptyque atmosphérique Hypnos à l'onirisme alcyonien, comme les pièces mécaniques aux intrigues implexes. Et non content de composer un album qui envoie sévère, Hecq propose une deuxième galette de remixes par les IDMistes de seconde génération parmi les plus intéressants du moment : Raoul Sinier, Ultre, Blackfilm, pour ne citer qu'eux. La messe est dite. Cet album est magnifique. Hecq ne confirme pas seulement son talent, il se hisse parmi les plus grands.

Chroniqué par Tehanor
le 06/04/2009

Tags : Hecq | Steeltongued | Hymen | IDM

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Avenger
(2011)
Hymen
IDM / Dubstep
Night Falls
(2008)
Hymen
Ambient / Modern Classical
0000
(2007)
Hymen
IDM / Glitch / Ambient



1 commentaire
http://www.futurorg.com
par shift. (le 12/04/2009)
Putain, merci pour cette critique plus que rassurante.
Je suis un hyper gros fan de Boysen.
Tout écouté de lui, de ses remixes de Endanger, à ses Ep gratuits comme infinite Rounds et évidemment tous ses albums.

Night Falls m'a mis l'une des plus belles claques de ces dernières années, j'attends Steeltongued avec une impatience assumée.

j'aimerais beaucoup voir le monsieur en live d'ailleurs. Mais il ne semble pas trop s'exporter de Berlin on dirait...
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
jeu. 19/07 - Blog
Dezordr Session : la dixième
lun. 09/07 - Blog
#13 : Jeunesse Sonique
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters