Accueil | dMute

Lite

: Phantasia



sortie : 2008
label : Transduction Records
style : Mathémotique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Ef
02/ Contra
03/ Infinite Mirror
04/ Shinkai
05/ Black and white
06/ Interlude
07/ Ghost dance
08/ Solitude
09/ Phantasia
10/ Fade
11/ Sequel to the letter

Si la musique est faite pour ça : mettre ton corps en émoi, dans tous les émois possibles, et non pas pour te dire quelque chose, mais bien plus pour te faire quelque chose, alors, c'est certain, Lite fait vraiment de la musique.

Avec ce deuxième album, les mathémoticiens japonais poussent un plus encore que précédemment leurs recherches rythmiques. Multiples variations au sein d'un même genre : toujours ces changements d'atmosphères, recherchant dans la lourdeur des riffs, les saccades des rythmes, la surexposition passagère de la basse (Ef). Casse méthodique, régulière d'une idée pour la lancer — et bis et ter — pour tourner autour de cette manière de tourner autour du son recherché jusqu'à ce moment quand la musique sera à point quand il n'y aura plus — c'est ainsi qu'on le dira — qu'à la laisser à elle-même, sans plus la moindre intention (Contra).

Et puis, soudain, alors que l'on se sent chez soi, habitué à ce qui sonne comme une absence d'habitude que le groupe aura voulu injecter dans la musique, ça devient binaire, droit devant — malgré quelques hésitations pour respirer — c'est une sorte de math-dance, lignes mélodiques complexes qui s'enroulent autour d'un 4/4 inaltérable, un peu comme si la recherche d'une texture parfaite passait nécessairement par ce genre de concessions faites à la simplicité (Infinite mirrors). Ce sera encore ça, plus loin, presque à la fin : le tout soudain, la rupture parfaite. Moins de rythme que de tempo, cette fois. Lent, laissant plus d'espace aux sons, non sans oublier la lourdeur dont les guitares peuvent faire preuve. Au contraire, après une excursion : finir en mineur, laissant les accords s'étendre avant de s'écraser, retrouvant ainsi leur lieu propre de corps pesants (Fade).

Si ce n'est pas le tout du disque, si le disque tourne autour d'autres choses (les morceaux de bravoure que sont Ghost dance et Phantasia sont là pour le faire entendre, entre autres), cette manière de subitement savoir rendre sa musique parfaitement accessible en n'oubliant rien des idées que l'on entend y mettre, la fait encore plus sensible et plus désirable encore.

C'est dire que Lite aime la musique avant tout. C'est ajouter que ça s'entend.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 14/09/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Filmlets
(2006)
Transductions Records
Math-Rock / Post-Rock



2 commentaires

par antoine (le 29/09/2008)
Je suis d'accord avec le commentaire précédent. J'ai beaucoup aimé ce disque mais je ne me retrouve absolument pas dans cette critique. Pourquoi faire tant de détours, de métaphores alambiquées?... Quoi qu'il en soit, merci à vous d'avoir chroniqué ce disque car il gagne à être connu.

par alaunos (le 23/09/2008)
Je suis peut-être idiot, mais je n'ai rien compris à cette critique.
Parler du disque serait une idée à creuser.
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters