Accueil | dMute

Nil

: Comme Un (Presque) Printemps Ep.



sortie : 2008
label : Gourmets Recordingz
style : Electro

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Comme Un Printemps
02/ Je Tourne En Carré
03/ Ma Disconica
04/ Comme Un printemps (Busy P Edit)

4 ans, bordel. Oui, 1461 jours à attendre depuis le Mini Mini Ep, pour à peine plus de 17 minutes de sons. Ok, il y avait le Murdochspace mais franchement, M. Hartman, est-ce vraiment sérieux ?

Le gone l'est, pour sûr. Et dès la première écoute de ce Comme Un (Presque) Printemps, pas de doute possible, ça valait le coup de patienter. 4 titres qui débordent sous la déjante, virevoltent dans les bras de mélodies ingénues. Le jeu en valait bien la chandelle, c'est certain maintenant, tant ce disque regorge de surprises, ces belles promesses scandées à nos oreilles, véritables croc en jambes à la musique électronique du XXI° siècle.

On ne peut pas dire que notre Lyonnais respecte ici à la lettre les conventions autocratiques du beat hype, ce que sa signature chez le père Pedro pouvait laisser présager. Apparemment dédouané de toute tutelle artistique (à écouter l'edit du taulier Busy P on peut même dire que l'arpète en impose au patron), Nil laisse librement transpirer, dans les interstices de cet Ep, des zestes d'humanité, (l'introductif et sans fioritures Comme Un Printemps, percutant et inquiet, entre house triviale et spleen aérien), une pointe de fragilité qui met le dance-floor, et ses parangons du bon goût, au gabarit (le très vicelard Je Tourne En Carré cache son jeu et sa joie à merveille, ludique et efficace).

La déconstruction numérique n'est donc plus une fin en soi, un outil plutôt. Lui l'a compris et nous propose là une autre manière de concevoir l'électro, devenant plus que le énième rookie du mois, le futur ambassadeur de nos charts les plus dingues. Il faut le voir, comme possédé sur scène, hypnotiser (par) son monome. Il faut l'imaginer en parallèle, incruster aux rythmiques revêches d'une fête portée par un son massif (sa marque de fabrique), des fragments bruts de mélopées faussement naïves, burinées à la mélancolie (Ma Disconica et ses claviers en embuscade, l'arrogance du "hit" et l'âme en orbite, imparable !).

Vignettes encartées entre clubbing et rêveries solitaires, cette musique vous donnera à rire, pleurer, danser, c'est une certitude. Petit conseil tout de même, ne soyez pas surpris de retrouver, un de ces quatre, votre cœur sur votre pied. C'est Nil qui vous l'avait volé. Juste retour des choses, non ?


Chroniqué par Yvan
le 11/09/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Le mini mini EP
(2004)
Camomille
IDM / drill'n'bass / glitch



1 commentaire
http://farewell-nightmare.blogspot.com
par Victor (le 12/09/2008)
Je viens de tomber sur la chronique, la curiosité a été plus forte... Je connaissais pas du tout ce gars, et après pas mal d'écoutes c'est franchement cool ce qu'il balance ! "Comme un printemps" est énorme !
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 22/06 - Chronique
Tchewsky & Wood - Live Bullet Song
lun. 17/06 - Chronique
Enablers - Zones
jeu. 13/06 - Chronique
Avey Tare - Cows On Hourglass Pond
dim. 09/06 - Blog
Seabuckthorn - Crossing
sam. 08/06 - Chronique
Jean Du Voyage - Namaskar EP
mar. 04/06 - Blog
#23 : William Ryan Fritch
sam. 01/06 - Chronique
Mac DeMarco - Here Comes The Cowboy
ven. 24/05 - Chronique
Sebadoh - Act Surprised
dim. 19/05 - Blog
Sigh Of Relief - Injection
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters