Accueil | dMute

Quiet Village

: Silent Movie



sortie : 2008
label : !K7
style : Disco / Pop / Downtempo

achat/téléchargement

Tracklist :
1/ Victoria's Secret
2/ Circus Of Horror
3/ Free Rider
4/ Too High To Move
5/ Pacific Rhythm
6/ Broken Promises
7/ Pillow Talk
8/ Can't Be Beat
9/ Gold Rush
10/ Singing Sand
11/ Utopia
12/ Keep On Rolling

Premier album pour Joel Martin et Matt Edwards (aka Radio Slave, le grand, l'immense) réunis sous le pseudo Quiet Village, en clin d’œil à Martin Denny, défunt père fondateur du courant « exotica ».

Dès la première écoute le décor est planté. Un décor sur fond de coucher de soleil et sur lequel on trouve un cow-boy assis sur le capot d'une Cadillac Eldorado année 1959. Bref, une belle carte postale toute en "kitscheries". Mais ces "kitscheries" sont justement l'essence du projet Quiet Village, ce qui en fait son charme même. Pour faire court, Quiet Village c’est comme si Air était un groupe des années 60… mais en mieux quand même.
Silent Movie est en fait un album-concept certes facile d’accès, mais à prendre comme tel. A savoir qu’il a été créé dans le but de reconstituer une époque musicale bien précise. Un peu à la manière des Boards of Canada et leur obsession pour les musiques de documentaires et autres jingles naïfs des années 70.

Toujours à la limite du cheesy, de l’easy-listening ou de la série B musicale, il fallait être drôlement audacieux pour tenter un tel pari. Qui plus est lorsque le groupe se risque à multiplier les genres.
Ainsi, trouve-t-on tour à tour disco façon Moroder ( Can’t be beat), balearic music Santa Barbaraesque (Victoria’s secret, Broken Promises) et rock seventies rythmé (Circus of horror), le tout dans un ensemble très cinématographique, évidemment. Nul doute par ailleurs que les deux anglais ont largement été influencé par Ennio Morricone, dont l’ombre plane sur la plupart des morceaux.

Pari réussi donc pour ce premier essai aux indéniables qualités contemplatives et immersives.
Un disque à écouter en conduisant le long d’une côte sauvage, lunettes de soleil sur le nez et vitres baissées, les cheveux au vent. Kitsch un jour…


Chroniqué par Fabien
le 19/07/2008

Partager cet article :





1 commentaire

par Yvan Bogati (le 01/09/2014)
"Victoria’s secret" est tiré d'un thème de d'Ennio Moriconne utilisé dans un film du réalisateur italien Silvano Agosti (non distribué en France, mais diffusé par association bordelaise CINERESEAUX) dans le très beau film 'Uova di Garofano" 1991 (L'œillet sauvage").
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters