Accueil | dMute

Trentemoller

: The Trentemoller Chronicles



sortie : 2007
label : Audiomatique Records
style : Deep & Techno

achat/téléchargement

Tracklist :
Disque 1
01/ The forest
02/ Klodsmajor
03/ Mc Laren
04/ Snowflake
05/ Blood In The Streets
06/ Moan
07/ Kink
08/ Gush
09/ Physical Fraction
10/ Killer Kat
11/ Rykketid
12/ Always Something Better

Disque 2
01/ What Else Is There? (Royksopp

Présenté comme un double album au design toujours aussi soigné, The Trentemoller Chronicles se compose pour sa première partie de titres inédits, de remix et d’extraits live d’Anders Trentemoller. Le second disque laisse place aux remixs du Danois qui se fait la main sur Royksopp, Moby et bien d’autres.

On s’en doutait le travail est soigné, d’un niveau equivalent au sublime et acclamé Last Resort. Premier disque d’abord. Les premiers morceaux s’inscrivent dans un registre ambient-downtempo magnifiquement froid.

Le live de Snowflake extrait du Last Resort est tout simplement époustouflant et prend des airs de drum’n bass à enflammer le plus froid des dancefloors, comme une brûlure à la glace. On reste scotché comme la langue sur un bac à glaçons congelé (quoi qui ne l’a jamais fait ?). Après la drum, Trentemoller orchestre des cordes pour un résultat plus downtempo : accords légers de guitare faisant l’amour à des violons et violoncelles, l’enfant bâtard ressemblant finalement à Sigur Ros. Impressionnant de maîtrise, le Danois offre une ascencion remarquable, dont la perfection des nappes renvoient l’oreille à sa seule faculté auditive, incapable de garder sa fonction d’équilibre.

Les influences dub polaire s’affichent clairement, doucement entremêlées à une deep techno des plus efficaces. Les titres sont accrocheurs, mieux ficelés que le rôti du meilleur apprenti boucher de France… ou du Danemark. Le son de Trentemoller est clair, épuré cristallin, mais toujours accompagné d’un beat sourd et profond. Que dire de la version chantée de Moan et ses influences multiples où le son dancefloor laisse la place à une rythmique reggae parfaitement amenée, colorée par la jolie voix d’Ane Trole. Les sons semblent provenir directement de la nature, comme si le Danois mettait en musique la génèse d’un monde souterrain, enfoui sous une glace impénétrable. Un monde où il ne fait pas bon de parler, d’élever la voix contre les éléments.

On ne se lasse pas des Chronicles du Danois. Reste à choisir le moment opportun pour l’apprécier. Ecoute active avec des oreillettes pour une plongée immediate dans l’univers. Ecoute passive pour donner une saveur à son activité. Les six derniers titres abritent un registre plus techno, plus saturé, soupoudré de rythmiques dub. Les titres deviennent moins aériens et plus agressifs.

La seconde partie montre Trentemoller dans l’exercice du remix. Très diversifiés, les morceaux alternent le rock sur Danger global warming, la minimale sur Coincidance ou de trance-world sur Les djinnsPas toujours réussi comme sur le titre de <>Moby. Gardons plutôt en tête la première partie de l’ouvrage, en attendant la prochaine oeuvre du maître, qui ne ne tournera pas la page de si tôt.


Chroniqué par Camille
le 15/03/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Last Resort
(2006)
Poker flat
house arctique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters