Accueil | dMute

Necro

: Death Rap



sortie : 2007
label : Psycho+Logical-Records
style : Hîp-Hop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Creepy Crawl
02/ No Remorse
03/ Some Get Back (Revenge)
04/ Belligerent Gangsters
05/ Suffocated to Death by God's Shadow
06/ Mutilate the Beat
07/ Keep on Driving
08/ Technician of Execution
09/ Keeping it Real
10/ Exploitation
11/ As Dead

Souvenez-vous, en 2004, Necro sortait The Pre-Fix for Death, un album bon mais brouillon où il mélangeait allègrement hip-hop, et l’autre passion musicale qui le travaille depuis son adolescence passée dans les Glenwood Projects : le gros métal qui tâche.


Necro revient donc avec un album qui porte bien son nom: Death Rap. Une louche de death metal et une autre de rap. On rajoute une bonne lichette de gore, de paroles outrancières, on secoue bien, et on sert ça bien chaud.
Soyons clairs, les gens qui n’aiment pas le métal et qui aimaient I Need Drugs ou Gory Days vont être désorientés, quand bien même on retrouverait des morceaux avec des samples improbables comme les affectionne Necro. Premier exemple, le morceau d’ouverture Creepy Crawl ,
Ou bien encore Some get back (revenge) et son sample de piano souligné par une batterie énervée. Et bien sûr, l’excellent Keep On Driving qui reprends le thème du film d’horreur Daddy Deadly’s Darling, et qui n’est pas loin de faire penser à du Ennio Morricone. Et d’ailleurs, ce dernier est bel et bien samplé sur No Remorse, morceau qui annonce d’ailleurs bien par son agressivité le virage métallique qui arrive.


Je parlais de l’aspect horrifique, et il est intéressant de faire une parenthèse. Les paroles des chansons sont bien évidemment dans la continuité des albums précédents : de la violence gratuite, des propos bien graveleux, des odes à la mutilation, aux contusions diverses et à l’humiliation. Prenons par exemple les premières lignes de Creepy Crawl :
“Face down on the bed, pillow case over ya head, lamp cord choked, leave everyone in the place dead. Knife to ya chest, ya colon flexes slashing the word WAR in your solar plexus”
Bref de la bonne grosse horreur, un peu à la manière du Grand Guignol, comme Necro le remarque dans le titre Exploitation. Necro n’a jamais prétendu faire dans la finesse, et de toute façon, c’est ce qui fait la force de l’horrorcore.


Par ailleurs, force est de constater que les talents au micro de Necro se sont fortement bonifiés, sa diction a atteint un niveau assez incroyable, comme on peut en juger à l'aune de ce passage chirurgical extrait de Forensic Pathology :
« Extended to the midline of the pubic symphysis, symphonies of sickness, emphasis, on your corpse in the metamorphosis of rigor mortis”
Les plus linguistes parmi vous apprécieront, c’est certain, l’aisance nécessaire pour assimiler la syntaxe et la scansion rythmique et la déclamer comme un sauvage.


Mais revenons à l’aspect métal de l’album, il y a certains morceaux qui ne feraient pas tâche sur un album de hardcore ou de death metal, comme par exemple Suffocated To Death by God’s Shadow, qui est peut-être la définition parfaite du death rap voulue par Necro. En effet, le morceau combine parfaitement le flow de Necro aux rythmes death metal joué par les membres de divers groupes de death metal, grindcore et hardcore. Cédons un instant au name-dropping outrancier : Mike Smith, batteur de Suffocated, Steve DiGiorgio, bassiste génial qui œuvre dans plusieurs groupes (Death, Sadus, Iced Earth) participent à Suffocated, Ian Scott d’Anthrax et Dave Effelson de Megadeth posent sur Evil Rules. Et l’artwork de l’album est signé Mark Riddick, un artiste qui a signé des pochettes de groupe de grindcore comme Cephalic Carnage ou Dying Fetus.


Parfois le coté métal tombe un peu à plat comme sur le regrettable Keeping It Real, qui n’est pas si mauvais en soi, mais qui sonne affreusement néo-métal, limite Nickelback et ça, c’est moche. On lui préférera le nettement plus trash-metal Evil Rules avec un chœur chanté et des riffs qui nous évoque le meilleur du métal des années 80. Bref, ce côté métal donne un petit côté agréable, mais comme souvent, la conciliation entre métal et hip-hop n'est pas toujours réussie. Ce qui est le cas sur cet album, on a de très bons mélanges, et d'autres moins digestes.


Passons sur ces petites fautes, Death Rap reste un bon album, qui déconcertera peut-être un peu les fans de la première heure, mais ces derniers s’y retrouveront puisque Necro n’oublie pas ses vieilles recettes (et ses vieux homeboys, puisqu’on retrouve bien évidemment la famille avec Ill Bill sur As Deadly as Can Be, et Mr Hyde). Et puis, un peu de son qui tâche de temps en temps, ça fait du bien.



Chroniqué par Traulever
le 06/01/2008

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
The Murder Murder Kill Kill EP
(2012)
Psycho+Logical-Records
Hip Hop
DIE!
(2010)
Psycho+Logical-Records
Hip Hop
I Need Drugs
(2000)
Psycho+Logical-Records
Hip-hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters