Accueil | dMute

: Sore wa, Narihibiku Sekai kara Genjitsuteki na Oto o 'Uta'ou to suru Shikou



sortie : 2007
label : Zankyo Records
style : Mathémotique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Ikani Kyoudai na Seishin ya Chikara to Iedomo Chisei Nakushi te wa 'Mu' ni Hitoshii
02/ Utsukushiki Senritsu mo, Oto o Kataru Gen o Motazushite wa Kokoro ni mo 'Todo'me ga tashi.
03/ Ai mo Shinkou mo Onajiyouni Hibi no Sasayaka na Gongyou de Nom

Quand on commence un disque comme ça, avec autant de force, de conviction, avec même une franche envie de délirer, au sens propre du terme, et de trouer la peau de sa caisse claire, de griller les lampes de ses amplificateurs, de briser ses cymbales en morceaux, et de casser net ses cordes, il y a de forte chance que l'apocalypse soit à la clef (Ikani Kyoudai na Seishin ya Chikara to Iedomo Chisei Nakushi te wa 'Mu' ni Hitoshii). Pas au sens de l'histoire, mais de la musique. Une saine apocalypse, une de celle que l'on voudrait entendre tous les jours en se réveillant. Quand elle vient du pays du soleil levant — régalons-nous des clichés — on se dit, en outre, qu'il n'y a pas peut-être pas de quoi s'étonner d'un tel désir. Pour ceux qui ont suivi depuis leur premier album, guettant avec impatience leur nouvel EP qui changera la face de leur post-rock tendance emo courageusement assumée, ce nouvel album ne suprendra pas. Non, il continuera simplement de plaire. Que dis-je ! Il continuera simplement de les régaler. Car, à l'écoute de Sore wa, Narihibiku Sekai kara Genjitsuteki na Oto o 'Uta'ou to suru Shikou, on sent que là où nombre de leurs contemporains se plantent — à commencer par 65daysofstatic, dont on n'aura même pas pris la peine de critiquer le dernier disque — pour ne pas dire tous — sait déjouer tous les pièges dans lequel le style de leur musique risquerait de les faire tomber. Pour ceux qui connaissent qui connaissent , encore une fois, rien de nouveau sous ce soleil toujours levant et toujours aussi brillant. Mais, c'est aux autres qu'il faut parler. C'est aux autres qu'il faut faire entendre cette musique. C'est aux autres qu'il faut faire entendre ce son si singulier. À la fois énergique, mélodique, toujours en rupture avec le rythme. Ce son qui ne recule devant rien, qui ne refuse aucune influence (sous prétexte, par exemple, qu'elle ne serait pas dans l'air du temps), mais qui les accepte toutes, les digère et les rend avec une ferveur hors du commun. À ceux-là, on dira d'écouter Ashita o Mottomo Hitsuyou to Shinai mono ga, Mottomo Kokoroyoku Ashita ni Tachi'mu'kau parce que sa mélodie ne pourra pas manquer de résonner en eux et qu'ils sentiront à quel point le quartet ne se résout jamais à la simple exposition / répétition / rumination de ce qu'il propose, mais qu'au contraire, s'il joue bien sur l'entêtement, il y a à chaque passage quelque chose qui varie, change, transforme et étonne. C'est une rythmique. C'est une légère variation. C'est quelque chose de simple, toujours, mais quelque chose d'original, aussi souvent. Dans un autre registre, ils verront avec Setsudo to Seigi wa, tada Yuusha no miga Katteni Riyou shiuru 'Meimoku' dearu comment un riff, s'il sert de motif, ne saurait satisfaire. Exposé, il est rompu — une autre idée lui succède. Exposée, celle-ci est chassée par le riff précédent, repris de manière plus puissante. Repris, il est oublié au profit de ce qui s'avère être une transition vers le motif de départ, mais plus léger. Et ainsi de suite. On leur parlera encore de Kokoro wa Tadashii Mokuhyou o Kaite shimau to Itsuwari no Houkou ni hake Kuchi o 'Tsuku'ru qui, à partir d'une idée franchement groovy, se développe à force de superpositions de riffs, accords lâchés, delays courts ou bien inversés, phases bruitistes, silences, effets sur la batterie et autres idées sonores dont la liste est trop longue à dresser. Et puis, la quasi-pop de Nanra no Kurushimi ni mo awazushite, Nanijin o mo Koufuku to wa 'Yo'bu na kare, comme une sorte de U2 dévergondé pour le meilleur, le glamour en moins, mais les idées en plus, sans voix et, du coup, évacué le parasite, avec une force de frappe finale incomparable. Ce sont tous ces mouvements, qui sont sans doute à prendre moins au sens musical qu'au sens physique du terme, ces bougés, aimerait-on dire, presque, qui font de la musique de une forme unique. Non pas une forme d'une exceptionnelle complexité, mais une forme qui s'avère, disque après disque, d'une surprenante justesse.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 18/10/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Mashite Kokoro To Gokan Ga Icchi Surunara Subete Saijou No Ongaku Ni Henzuru
(2008)
Zankyo Records
Mathémotique
Utsukushiki Senritsu mo, Oto o Kataru Gen o Motazushite wa Kokoro ni mo 'Todo'me ga tashi
(2007)
Zankyo Records
Mathémotique
Kotoba o Mochiite Kanaderu Mono wa Sainou ni Ara zu, Tada no Kioku ni 'Su'gi nu
(2006)
Zankyo Records
Mathémotique
If that is what is being thought, liberated sound talks the depth of the musical world
(2006)
Status Quo Audio
Mathémotique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters