Accueil | dMute

L'Homme Puma

: L'Homme Puma



sortie : 2007
label : communication is not words
style : Rock Indé

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Wyniki tlumaczenia Dabrowski
02/ Votre règne s'achève
03/ La jungle d'Alcaraz
04/ Prélude d'un baiser
05/ 6h22 un 20 septembre
06/ Solidaire dans la déchéance
07/ Toute pudeur mise à part
08/ Un week-end au lac Salmon
09/ L'homme respectab

C'est peut-être idiosyncrasique. Ou, mieux : c'est peut-être idiot de ma part. Je pourrais m'écouter écouter cette musique et me dire : "Non, c'est vraiment idiot. Il n'y a que toi pour penser ça".

C'est possible.

J'en viens au fait : à chaque fois, c'est la même chose, comme cette fois, je m'en souviens, la première, quand j'ai entendu L'Homme Puma sur scène. Je me l'étais déjà dit alors. Je m'étais dit que musicalement, on pouvait compter ce groupe parmi ce qui se faisait de mieux dans, disons, le rock indé. Ou plutôt : le rock indé instrumental. Musicalement, il y a quelque chose dans ce groupe qu'on ne retrouve pas ailleurs. Une manière d'attacher un son hardcore ou presque — c'est-à-dire : violent, mais ça ne veut rien dire, la violence musicale, l'agressivité de la sueur sur les cordes et les toms quand on est soumis à la violence visuelle et verbale et politique et caetera, tous les jours que Dieu fait — à des samples, des synthés qui, rapportés à la musique dans laquelle ils prennent forme, semblent et sont littéralement sortis de nulle part. Une manière d'harmoniser les contraires, si l'on veut. Du moins, c'est comme ça que je l'entends. Une manière d'harmoniser les contraires, et de faire sonner chaque contraire à son maximum, qui est vraiment exceptionnelle.

De ce point de vue-là, depuis cette écoute-là, aucun doute, L'Homme Puma est un groupe du super-héros. C'est clair. Sauf que cette écoute-là n'est qu'une écoute partielle. Elle ignore cette voix qui chante en hurlant ou inversement. Or, cette voix-là, c'est idiot, mais je ne peux pas l'entendre. Ce ne sont pas les textes en français — que le groupe a eu la délicatesse d'esprit de glisser dans le disque — c'est donc qu'ils veulent dire quelque chose — comme ils ne signent rien, je parle d'eux comme une entité — non, c'est la manière de les présenter. C'est-à-dire : ce ne sont pas les hurlements qui me déplaisent, mais le fait qu'une voix "chanthurle" ainsi. C'est idiot.

On ne donne pas de conseils aux musiciens. On ne leur dit pas : "Faites plutôt ceci que cela". Non. On les écoute, on leur prête attention quand on sent qu'ils en valent la peine. Et puis, parfois — parce qu'on ne peut pas faire autrement — on leur fait des reproches. Simplement parce qu'on ne peut pas faire autrement. Et non pas parce qu'on ne les aime pas.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 29/08/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Reportage
(27/03/2006)
@ Café de la Plage



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters