Accueil | dMute

Anhedonia

: Destructive Forces



sortie : 2006
label : Aliens Production
style : IDM subaquatique

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Intro
02/ Destructive Forces
03/ Malfunction
04/ Cyberchondria
05/ Neurological Seizure
06/ Stir Up The Dust
07/ Nuclear Paranoia
08/ Icecold
09/ Bad Sector
10/ Chiba City Blues
11/ Hyperreality
12/ Whitespace
13/ Stir Up The Dust (Disharm

Il est certains albums qui vous poursuivent à travers le temps. Chaque nouvelle rencontre n'est pas forcément liée au même contexte, mais quoi que vous fassiez, vous le voyez ressortir là où vous ne l'attendiez pas et ce n'est que bien plus tard que vous vous apercevez à quel point il a pu s'immiscer dans votre chair, qu'il briserait de temps à autres une sorte de léthargie supra-temporelle pour se manifester à brûle-pourpoint.

La BO du Grand Bleu fait parti des albums qui m'ont ainsi marqué. Je n'ai pas tout de suite dissocié le film de Luc Besson du travail d'Eric Serra car je ne l'appréhendais dans ma jeunesse artistiquement inintéressée qu'en une seule et même entité. Ce n'est que bien plus tard que je puis en reconnaître les qualités. Entre deux, elle aura fait un passage dans mon adolescence droguée, celle qui me poussa à chercher vers le trip hop un moyen d'accommoder mon herbe jusqu'à ce que je retombe un peu par hasard sur cette vieille K7 d'Eric Serra et que je trouve ça COOL, de fumer sur le Grand Bleu.

Deuxième bond dans le temps, la découverte fortuite sur Soulseek de Formless, de Gridlock. Leur travail me prend aux tripes. Peut être ces longues plages de synthé ou ces petits bruits subaquatiques, quoiqu'il en soit, tout cela ravive ce qu'avait laissé trainé Serra quelque part dans mes viscères. La déception est pourtant à la hauteur de la trouvaille quand je comprend que les deux bidouilleurs de Gridlock ont conclu leur collaboration sur cette galette, ce qui s'avère d'autant plus frustrant qu'on peut sentir une nette évolution dans leur maitrise du son au grès des albums.

La dernière ellipse de narration m'amène au sujet de cette chronique, Destructive Forces. Encore une fois, je peux remercier Soulseek de m'avoir permis de tomber dessus car il vient à point nommé achever ce que j'aurais pu attendre d'une évolution chez Gridlock.

Cette veine électronique digne héritière du Grand Bleu ne s'est donc pas éteinte avec la mort du duo. Nous avons un petit tchèque prêt à prendre le relai, et qui érige Serra en totem sur son profil MySpace, si l'on peut du moins interpréter une première influence en tant que tel. Les plages sonores portent indéniablement la marque mais les beats sont plus élaborés, allant parfois même titiller du côté de Richard Devine (Nuclear Paranoia), les synthés se donnent quelques airs d'µ-ziq (Stir Up The Dust) ou empruntent indiscutablement à Gridlock (Icecold), et tout est réuni pour que la grande copulation ait lieu.

L'anhédonie est un trouble psychologique amenant celui qui en souffre à un désintérêt diffu assorti d'une profonde dépression et de l'incapacité à ressentir les émotions positives. Pardonnez moi encore l'analogie, mais je ne peux m'empêcher de penser à Jacques Mayol, l'apnéiste du Grand Bleu à ce point désintéressé des trames humaines qu'il ne se sent bien que dans les profondeurs abyssales. De la même manière, Anhedonia happe l'esprit dans un univers subaquatique très imagé, et pour lequel, croyez moi, on ne ressort qu'à contre-coeur.






Chroniqué par Tehanor
le 16/08/2007

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters