Accueil | dMute

Vadim Vernay

: Myosotis



sortie : 2007
label : La Mais°n
style : Electronijazz

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Jalo
02/ So Try
03/ Hystérique
04/ Myosotis
05/ One More Show to Do
06/ My Friend
07/ Funambule
08/ Plus Peur de Toi
09/ Sombre
10/ Dies Irae
11/ Interlude

Mais qui est donc ce jeune loup, dont tout le monde parle en ce bas monde électro-undeground ? Vadim Vernay? Qui est-ce?

"Je connais bien DJ Vadim, mais c’gars là, nan... Et il fait quoi?"

Il fait du bon son brut pour les truands, comme dirait l’autre! Et c’est sûrement pas un bleu! Batteur de formation, Vadim Vernay alterne en effet groupes trip-hop, rock et jazz avant de s’attaquer à l’électronique à l’aube du troisième millénaire. Pas étonnant alors de retrouver certaines de ces influences sur Myosotis, son troisième long format après les autoproduits Graceland (2002) et For Other Tracks (2004), sortis sur son propre label, La Mais°n.

L’ombre d’Amon Tobin plane d’ailleurs dès le premier morceau. Véritable reconstitution (dans le bon sens du terme) des atmosphères noires du ninja, Jalo mélange rythmiques brésiliennes, contrebasse diabolique et mélodies inquiétantes. Belle entrée en matière. So try continue dans la même voie en plus downtempo. S’en suit un Hystérique bouillonnant et qui n’a jamais aussi bien porté son nom : beat énervé et sans pitié, sonorités électro à la Drexciya, percus entraînantes… Telle est la recette de l'un des meilleurs morceau de l’amiénois. Le morceau éponyme renoue avec un jazz trituré à l’extrême. One More Show to Do s’oriente vers des climats plus atmosphériques, aidés en cela par l’apparition de violons sur la fin. My friend apporte quant à lui une touche mystérieuse avec ses cordes interrogatives et ses xylophones aériens.

A ce moment là, ça y est, tout l’univers de Vadim Vernay nous saisit. Notre corps se retrouve comme plongé dans un liquide amniotique noirâtre… On en vient alors à la qualité principale de Myosotis : cette capacité à hypnotiser son auditeur avec ses sonorités sombres mais jazzy, ses rythmiques fines et entêtantes. D’ailleurs la recette est reprise dans les deux morceaux suivants, avec plus ou moins de succès. Plus Peur de Toi est un brin répétitif et Sombre ne décolle pas. Dommage.

La fin, en revanche, tranche avec le reste de l’album, Die Irae et Interlude (drôle de nom pour une dernière piste) s’avèrent plus organiques, moins électroniques et surtout plus joyeux voire apaisants. Si ce changement de cap inattendu altère quelque peu la cohérence globale de Myosotis, il présente au moins l’avantage de le diversifier à l’instant où l’on s’y attend le moins.

Avec ce troisième album, Vadim Vernay saisit la perche qui lui est tendue : celle de pouvoir se faire un nom sur la scène actuelle. Il a donc ici l’opportunité de pouvoir accroître sa notoriété tout en livrant une œuvre résolument personnelle, véritable rétrospective électronique de son riche passé musical. Un vrai succès en somme.

Chroniqué par Fabien
le 04/05/2007

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



jeu. 21/09 - Blog
Ease the Soul - Unconscious
ven. 15/09 - Interview
Interview avec Ruelgo
ven. 25/08 - Chronique
Grizzly Bear - Painted Ruins
dim. 20/08 - Chronique
Lawrence English - Cruel Optimism
mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters