Accueil | dMute

: Kotoba o Mochiite Kanaderu Mono wa Sainou ni Ara zu, Tada no Kioku ni 'Su'gi nu



sortie : 2006
label : Zankyo Records
style : Mathémotique

achat/téléchargement

Tracklist :
formater de la façon suivante :
01/ Kotoba o Mochiite Kanaderu Mono wa Sainou ni Ara zu, Tada no Kioku ni 'Su'gi nu
02/ Ai mo Shinkou mo Onajiyouni Hibi no Sasayaka na Gongyou de Nomi 'Iji'sareru
03/ Ningen wa Jibunjishin ga Mienai Yue ni, Tanin ni

C'est une expérience étrange que de parler d'un disque dont on ne comprend rien des titres qui lui sont donnés. Expérience étrange et dépaysante parce qu'il faut accéder à la musique sans aucune des médiations linguistiques auxquelles nous sommes accoutumés. C'est une sorte de quasi-blindtest. Et, si l'on sait bien de quel groupe il s'agit, un doute subsiste malgré tout. Il faut se servir d'autre chose que de la langue pour y accéder. Ainsi, à la question simple : "Que veut dire ce morceau?", rien ne permet de de répondre, si ce n'est la musique elle-même. Pas le moindre indice, si ce n'est ces suites de notes, somme toute banale, fondées sur ce système qui va de do à do. Privé de tout langage intelligible, tu te retrouves face à la musique comme face à un bloc infrangible. Et, de fait, c'est ce bloc que te jette à la figure. D'une arrogance inouïe, eux, ils savent tout, toi, tu n'y comprends rien. Tu es d'un occidentalisme atterrant. Aussi, quand ils te renvoient à la figure ce qu'ils ont ingurgité, digéré, compris, intégré, dépassé, de l'occident, tu n'y peux rien faire. Leur rock instrumental te cloue le bec. Entre ces trente premières secondes parfaitement "post-rock" dans ce qu'elles ont d'explosif, dans cette force de jaillissement qu'elles manifestement jusqu'au plus haut point et cette minute et trente secondes finale de hurlements et de riffs totalement punk, dans ces pauses lors desquelles est scandé le rythme à suivre, et qui atteste que les prises sont bien live, il y a toute l'étendue du talent de , ramassé en quatre titres. Telle progression d'accord déclinée jusqu'à l'épuisement, reprise en sa plus simple expression, et développée et exténuée sans répit. Tout ici est direct. Là où l'on trouve d'habitude des fioritures, ici, au pire, il n'y a que des mélodies. Tout est précis, exempt de toute préciosité, net, efficace, implacable car impeccable. Tout est ostensiblement juste. Et, si tu n'y entends rien, ce que tu entends, c'est à dire, tu ne t'y trompes pas, c'est à écouter encore et encore — comme autre chose qu'un langage.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 08/02/2007

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Mashite Kokoro To Gokan Ga Icchi Surunara Subete Saijou No Ongaku Ni Henzuru
(2008)
Zankyo Records
Mathémotique
Sore wa, Narihibiku Sekai kara Genjitsuteki na Oto o 'Uta'ou to suru Shikou
(2007)
Zankyo Records
Mathémotique
Utsukushiki Senritsu mo, Oto o Kataru Gen o Motazushite wa Kokoro ni mo 'Todo'me ga tashi
(2007)
Zankyo Records
Mathémotique
If that is what is being thought, liberated sound talks the depth of the musical world
(2006)
Status Quo Audio
Mathémotique



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
dim. 27/10 - Blog
#16 : Couleurs d'automne
dim. 20/10 - Blog
Nemrod - Pandora
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters