Accueil | dMute

La Diagonale Du Fou

: La Forme Du Vent



sortie : 2006
label : Autoproduit
style : Rock Instumental

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Floe
02/ Via
03/ Subterfuge
04/ Yardang
05/ Dunn
06/ Hybride

La musique de La Diagonale Du Fou est en quelque sorte une musique fondamentale. J'entends par là une musique dont les structures sont assises, posées dans l'être, inscrites dans l'espace sonore comme son niveau primitif. D'où la lourdeur manifeste de la musique. D'où la contradiction apparente entre ce qui, en premier lieu, frappe à proprement parler dans cet EP et son nom de baptême : La Forme Du Vent, plus prompt à évoquer l'impalpable, la forme — opposable à la matière — et, qui plus est, celle du vent, qui n'est qu'un souffle qu'on ne saisit que par ses effets. Effets dont pourrait bien faire partie le tronc renversé qui orne la pochette de l'EP.

Il est vrai que la minute et trente secondes de Floe, bien que construite sur un contraste, ne laisse guère envisager une musique subtile, mais plutôt établie sur la force, la puissance, la distorsion instrumentale. Or, d'une part les samples (Yardang et Dunn), gémissements féminins ou extrait d'un film, viennent agrémenter la musique d'une richesse extérieure. Et, d'autre part la variété des rythmes, la multiplicité des périodes, les variations d'intensité, les crescendos et decrescendos au sein d'une atmosphère générale qui, pour établie qu'elle est sur la puissance pourra finalement — et, à tort, veut-on croire — paraître violente, donnent à la musique de LDDF une dimension particulièrement complexe (écouter notamment Hybride dont le titre n'est pas indifférent ou encore ce break de Subterfuge qui n'en finit pas de s'augmenter avec jubilation). Complexe, c'est-à-dire édifiant à partir d'éléments simples, carrés et bien délimités dans le temps, des constructions amples et bien plus raffinées que le son "métallique" ne le laisse présager lors d'une écoute distraite.

Si la forme du vent n'apparaît que dans ce qu'il déracine, la forme de la musique, elle, apparaît dans sa matière. Et, ici, moins dans le style — qui, c'est certain, en rebutera plus d'un — que dans ce qu'on en fait. La composition avec ces éléments de style, l'agencement des parties, la fabrication de dynamiques élaborées. Or, en cette matière, c'est un fait, LDDF excelle car, ses membres, réduits au minimum du trio guitare-basse-batterie parviennent à imposer leur identité au-delà des genres, des styles perceptibles.

Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 26/11/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Unmodern
(2009)
Autoproduit
Rock Instrumental
Reportage
(27/01/2007)
@ Peniche Alternat
Reportage
(27/02/2006)
@ Café de la Plage



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters