Accueil | dMute

Grandaddy

: Just Like the Fambly Cat



sortie : 2006
label : V2
style : Pop

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ What Happened...
02/ Jeez Louise
03/ Summer...It's Gone
04/ Oxygen/Auxsend
05/ Rear View Mirror
06/ The Animal World
07/ Skateboarding Saves Me Twice
08/ Where I'm Anymore
09/ 50%
10/ Guide Down Denied
11/ Elevate Myself
12/ Campershell Dre

Le plus profond respect ne doit pas empêcher la critique. En ouvrant la décennie avec le sublime The Sophtware Slump, Grandaddy a depuis des années gagné notre adhésion inconditionnée. Même si leur musique évolue largement au-dessus du lot de la production pop standard, les Californiens ont splité en nous laissant un quatrième album, qui n'est pas de prime abord à la hauteur de ses prédécesseurs, mais qui semble se bonifier au fur et à mesure des écoutes.

En effet, il faut un certain temps pour apprécier Just Like the Fambly Cat, assez décevant lors des premières écoutes. Grandaddy n'innove pas, n'explore pas vraiment de nouvelles pistes. Il aurait été étonnant que pour son ultime disque la bande de Jason Lytle révolutionne son univers musical. Au contraire – c'est toujours tentant d'appréhender un dernier long-format sous cet angle –, Just Like the Fambly Cat sonne plutôt comme la somme de son œuvre. De ce point de vue, il est en retrait de la ligne directrice que traçait Sumday, sans pour autant renier complètement les propositions avancées il y a trois ans.

Les guitares électriques n'ont pas disparu – on les retrouve parfois en embuscade (Summer...It's Gone, Rear View Mirror), quand ce n'est pas au premier plan (Jeez Louise, Disconnecty) – mais l'album a moins d'impacts, moins de présence. Pour se simplifier la tâche, nous dirons que Just Like the Fambly Cat se situe au point d'équilibre entre Under the Western Freeway, The Sophtware Slump et Sumday. Sans pour autant être aussi circonscrit et intime que dans Under the Western Freeway, le voyage proposé couvre moins d'espace que dans The Sophtware Slump, même si les synthés planants et les percussions précieusement appuyées donnent à certains morceaux (Rear View Mirror, This Is How It Always Starts) une belle ampleur.

Il suffit d'écouter Just Like the Fambly Cat pour deviner la raison de la dissolution de Grandaddy. Sauf à l'occasion de quelques courtes pistes pas forcément très réussies (What Happened..., 50%), à l'exception notable du morceau caché, il est évident que le groupe n'a plus de perspectives esthétiques à explorer, qu'il a tout dit ou presque dans ses trois premiers albums et qu'il se contente ici de broder, avec grand talent certes, sur un motif déjà connu. Néanmoins, il reste que Grandaddy, même quand sa musique n'est pas portée vers l'avant, développe un univers fabuleux, empreint de mélancolie et d'onirisme, au sein duquel on adore évoluer.

Chroniqué par dfghfgh
le 07/07/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Excerpts from the diary of Todd Zilla EP
(2005)
V2
Pop lo-fi et mélancolique
Sumday
(2003)
V2
Pop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 16/08 - Chronique
Shannon Wright - Division
mer. 02/08 - Blog
Cornelius - If You're Here
lun. 24/07 - Chronique
Ici et Lui - Punk Prodige
mar. 18/07 - Chronique
Toàn - Histós Lusis
ven. 14/07 - Blog
The Doppelgangaz - Dopp Hopp
mar. 11/07 - Blog
CloZee - Harmony
sam. 01/07 - Chronique
The New Year - Snow
mer. 28/06 - Chronique
Uzul Prod - Continental Drifts
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters