Accueil | dMute

Dr Israel

: Inna City Pressure



sortie : 2005
label : Roir
style : Dub / Rock / Illbient

achat/téléchargement

Tracklist :
1. Inna City
2. Pressure
3. The Doctor vs. The Wizard
4. Armageddon Time
5. Survivor
6. Coppers (Brooklyn Version)
7. Life in the Ghetto
8. Revolution
9. Crisis Time
10. Israel
11. Iron City
12. Together
13. Time
14. Junglist
15. Jacob’s Lad

Associé à la scène Illbient, dont DJ Spooky est l’un des représentants les plus connus, Dr Israel délivrait en 1998 son second album, Inna City Pressure, devenu entre-temps un classique underground électro. Lequel est aujourd’hui réédité sur ROIR, remixé et remasterisé par Dr Israel et augmenté de deux titres bonus, Jacob Ladder et Junglist, ainsi que d’une nouvelle version de Revolution.

Fortement imprégnée de dub et de drum’n’bass, la musique du Doc va chercher partout sa nourriture et fait feu d’à peu près tous les bois, punk (Coppers, avec Rancid), musiques plus ambient (Revolution, ou encore Survivor) et tout le spectre des possibles contenus entre ces deux balises. La diversité des héritages mobilisés dans Inna City Pressure (Black Uhuru, Black Sabbath, Bad Brains, Run DMC ou Roni Size) permet à ce disque de dépasser le cercle des amateurs de dub et d’aller chercher son public partout où un amateur de musique est susceptible de se tenir : c’est sûrement le plus grand bienfait de ce disque, cette ouverture worldwide qui l’autorise à se détacher des sacro-saintes références aux figures emblématiques du genre pour produire un disque beaucoup moins contextualisé qu’il n’y paraît, beaucoup moins affilié que prévu – en dépit de la teneur extrêmement politique des lyrics. Album-concept de reggae qui a moins à cœur de faire passer les bonnes vibrations entre les auditeurs que de renouveler les métissages qui ont eu cours vers 1998, d’apporter du sang frais.

Avec presque dix ans d’âge, on mesure ce qu’a apporté Inna City Pressure à la scène dub. Et si l’écriture semble désormais porter les marques de son temps (certains effets, certaines rythmiques qui commençaient tout juste à décoller en 1998), l’efficacité de cet album n’a pas pris une ride. Ce que peut proposer Inna City Pressure à ses auditeurs en terme d’énergie, de mouvement et d’impulsion est bel et bien là, et le rapport hédoniste entre l’auditeur et la musique n’a pas non plus été sacrifié sur l’autel de la recherche formelle. Une bonne nouvelle qui donne à cet album un équilibre harmonieux et qui confirme son actualité à ce classique.


Chroniqué par Mathias
le 18/02/2006

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Patterns of War
(2006)
Roir
Dub / Reggae / Fusion



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 15/11 - Chronique
Protomartyr - Relatives in Descent
sam. 04/11 - Blog
#12 (deuxième partie)
mer. 01/11 - Blog
Igloohost - Neō Wax Bloom
mar. 24/10 - Blog
#21 : Oiseaux-Tempête
dim. 22/10 - Blog
NO NEW YORK (1978)
ven. 20/10 - Chronique
Dälek - Endangered Philosophies
dim. 15/10 - Blog
#12
mer. 11/10 - Blog
Dub Engine - Psychosteppa
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters