Accueil | dMute

William Parker

: Sound Unity



sortie : 2005
label : AUM Fidelity
style : Jazz

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Hawaii
02/ Wood Flute Song
03/ Poem For June Jordan
04/ Sound Unity
05/ Harlem
06/ Groove

S’il n’est pas (encore) dans l’esprit de la maison de distribuer, sûre de son fait, des félicitations en passe de devenir accroches promotionnelles – repérages, soutiens, sélections, notations étoilée ou d’émoi, signés du nom de revues pas regardantes lorsqu’il s’agit de remplir le quota de satisfecit imposé à une critique salariée et, par là même, repue, endormie et facilement d’accord -, le quartet du contrebassiste William Parker pourrait bien bousculer les habitudes.

Cinq ans après avoir reçu tous les éloges pour son premier enregistrement, O’Neal’s Porch – initialement autoproduit et réédité par la suite par AUM Fidelity -, le quartet de Parker profite, en 2004, d’une tournée au Canada pour confectionner Sound Unity. Là, un double étonnant a su se mettre en place : section rythmique d’un côté, instruments à vent de l’autre.

Satellite moderne d’Out to Lunch ! de Dolphy, la musique donnée joue des complicités : entrelacs étudiés que fomentent la trompette de Lewis Barnes et le saxophone de Rob Brown ; entente évidente d’Hamid Drake (batterie) et de Parker, qui immiscent, par exemple, quelques passages frénétiques dans un swing délicat (Hawaii). Ailleurs, leurs pulsations orientent le propos vers une impression en noir et blanc agrémentée de dissonances sereines (Harlem), ou interrogent des réminiscences de bop autant que la justesse du timbre de l’alto (Wood Flute Song).

Eclaireur autoproclamé, Parker invite le quartet à venir étoffer un riff choisi de contrebasse. Sur Soud Unity, d’abord : la surenchère motivante à laquelle participent Brown et Lewis, leur dialogue faisant face à la tentation répétitive ; le champ libre laissé à Drake, qu’il occupe à merveille ; le riff de basse défait, enfin, sonnant la charge singulière de musiciens en verve. Sur Groove, ensuite : servi par l’unisson des vents, pour mieux élaborer un jazz aux accents de dub, léger et jamais forcé.

Six inspirations originales parviennent ainsi à se fondre, se régénérant l’une l’autre, toujours insoupçonnables de donner dans la facilité. La recherche est là, qui trouve une forme plus que convaincante, lorsqu’il s’agit, par exemple, de transformer une musique savamment déconstruite en un cool jazz border line et brillant (Poem For June Jordan). L’entier engagement du quartet de William Parker, enfin, arborant la mine superbe de l’exigence jamais emportée par la beauté du résultat. Et Infratunes de se fendre, une fois n’est pas coutume, d’une mention toute spéciale. Celle, inattaquable et pas autocollante, d’Infralbum Jazz de l’année.


Chroniqué par Grisli
le 07/09/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Petit oiseau
(2008)
AUM Fidelity
Jazz
... And William Danced
(2002)
Ayler records
Jazz
Long Hidden : The Olmec Series
(2006)
AUM Fidelity
Jazz / Upper Class World Music



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters