Accueil | dMute

Jason Forrest

: The Unrelenting Songs of the 1979 Post Disco Crash



sortie : 2004
label : Sonig
style : Heavy breakcore disco

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Spectacle To Refute All Judgments
02/ Satan Cries Again
Featuring - Dan Walsh
03 / An Event (helicopter_passing--(edit)--251001.mp3)
04/ 180 Mar Ton
05/ INKhUK
06/ Recording In A Nice Venue
07/ Stepping Off
08/ Big Outrageous Sound

Ceci n'est pas du disco. Ceci n'est pas du breakcore. Ce n'est pas non plus un disque, c'est la vieille caisse à vinyles du grenier. En dépoussiérant les pochettes, vous y voyez apparaître des chanteurs en moule bite orange fushia, la coupe au bol et le sourire Freedent. Vous vous retrouvez éclaboussé des faisceaux de lumière venus s'éclater sur la boule à facette pendant qu'une rampe de spots rythme vos déhanchements. Le regard embué de nostalgie, vous tapez frénétiquement des mains jusqu'à ce que l' inhalation de la poussière remuée vous rappelle désagréablement que vous êtes toujours dans le grenier. And The Beat Goes vient alors s'écraser, tel un tube interplanétaire déchu, sur un glitch aquatique à la Gangpol Und Mit, juste avant de laisser place à un air rappelant la drill n' bass mélodique du premier morceau de Richard D James Album d'Aphex Twin.

Officiant dans l'émission radio WFMU's "Advanced D&D" sous le nom de Donna Summer, Jason Forest garde ses réflexes de programmateur pour parcourir les seventies à la recherche de la parfaite osmose entre breakcore et disco, investissant pour le coup le même credo que Duran Duran Duran (produit d'ailleurs par son label, Cock Rock Disco).

Ce qui en résulte est un parfait compromis entre technicité electro et euphorie dancefloor.

Qu'il s'agisse du synthé joyeusement kitsch de Why I Love ELO, des guitares trémolo de Satan Cries Again, ou des montées de violon façon Flashdance sur INKhUK, tout est fait pour remonter en vous ces airs qui traînent dans un vague souvenir de votre première boum de colo; et qui ne vous lâcheront plus après l'hymne entêtant de 10 Amazing Years venant clôturer l'album.

Stepping Off hésite entre riffs funky, beats hardcore, et percussions qui n'ont rien à envier à Permutation d'Amon Tobin. Tandis que 180 Mar Ton s'ingénie à laisser languir dans les méandres d'un breakcore jungle un riff de guitare à la mélodie imparable, qui explosera avant que le morceau ne se termine de manière grandiose par un air d'orgue apocalyptique.

Que l'on ne s'étonne pas après de le voir s'exciter tel un hippie sous speed derrière le portable qu'il revêt pour chacun de ses concerts d'une peau en moumoute de divan.

Mais arrêtons là les clichés. The Unrelenting Songs Of The 1979 Post Disco Crash, c'est frais, c'est drôle (et ça s'écoute en pattes def').

Chroniqué par Tehanor
le 30/07/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Shamelessly Exciting
(2005)
Sonig
Heavy breakcore disco



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



lun. 17/12 - Chronique
Saba - CARE FOR ME
mar. 11/12 - Blog
Les oubliés de 2018
sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters