Accueil | dMute

FKY

: BigHallu



sortie : 2005
label : Electrolab Factory
style : Hard techno

achat/téléchargement

Tracklist :
1.Funkyshit
2. Faire la vaisselle avec les dents
3. Project 8
4. Yippe
5. Troll
6. Yebyeb
7. Zbirfa
8. Snackcrack
9. Prouti
10. Iruuptouah
11. Monop
12. Erwi kiwi
13. Drumomatik


On ne compte plus le nombre de productions de FKY tant elles sont nombreuses. Avec BigHallu, le DJ producteur, adepte des sons free party, confirme une fois de plus son talent. Pulsations trépidantes, sons acidulés, balbutiements de samples happy, boucles psychédéliques sont les quatre atouts majeurs de la musique de FKY. La recette est imparable dans chacune de ses productions sans pour autant lasser son auditeur.

L’originalité transpire déjà dans le titre de ses morceaux, véritables onomatopées des sons de l’album. Quand à l’écoute des plages, elle nous transporte directement dans des sphères tribales et hypnotiques. L’allusion pourra sembler douteuse, mais dès Faire la vaisselle avec des dents et Project 8, il semblerait que l’artiste appelle le Dieu de la Danse, par des incantations chamaniques. Hurlements furtifs de bêtes sauvages et psalmodies tribales ondulent autour d’une nébuleuse musicale étourdissante. Les beats, profonds et sautillants, sont portés par des aigus qui s’entremêlent pour former une tornade électronique. A partir de Troll, FKY entame un série de titres aux allures de salsa futuriste. Portés par des voix de lilliputiens extraterrestres, les sons digitaux s’entrechoquent avec les sons organiques. Entre percussions légères et vrilles sifflantes, la musique de FKY pourrait représenter un monde qui fourmille de mille petites espèces inconnues de Darwin.

La frénésie de Zbirfa fait sourire, les BPM galopants et ondulants de Snackcrack font papillonner les yeux. Quant à danser sur Prouti et Iruuptouah, ce n’est pas une mince affaire tant le kick prend de la vitesse. Alors on se laisse porter dans ce monde virtuel où bleeps et boom-tchak envahissent nos pavillons auditifs. Un changement de cap s'amorce dans Monop où cette fois-ci le beat, propulsé par des caisses claires, se fait de plus en plus lourd. Avec Erwi kiwi, on comprend que la musique ne peut pas être plus incisive. Le sentiment d'être enfermé dans une spirale auditive est présent, les sons 8-bit ajoutés de manière parcimonieuse rendent fébriles. Rares sont les artistes hardtekno à pouvoir prendre leurs auditeurs par la main si facilement. FKY, avec Bighallu, garde de fait sa place de DJ aussi bien auprès des teknambules survoltés que des aficionados de techno pas arrachés qui aiment voyager sans artifice.

Chroniqué par Lilo
le 03/07/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 17/11 - Blog
Skence - Gravity
dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters