Accueil | dMute

Ark

: Caliente



sortie : 2005
label : Perlon
style : Click-house / funk

achat/téléchargement

Tracklist :
01/A.P. Day
02/Monapster
03/Home Street
04/Preacher
05/1G2C [MP3 link]
06/Stoptheball
07/Eigil
08/Sucubz
09/R2d2
10/Hips
11/Fuite De Gaz
12/Sweet Rime
13/Me And My w

Guillaume Berroyer aka Ark a un CV d'activiste insatiable dans la dance music underground. Prenez votre respiration. DJ, "fils de" Jackie Berroyer, allié de Pepe Braddock au sein du duo culte Trankilou, de Dj Shalom pour le projet excentrique Shalark, responsable de différents EP et mini-albums de haute tenue - Keuhar, De derrière les fagots, Siderurgie Esthétik... - et de Alleluyark en 2003, qui n'était qu'une compilation de maxis. Expirez, inspirez. Voilà maintenant Caliente, trait d'union désinvolte entre deux écoles, celle du funk (américain) et celle de la click / micro-house, principalement représentée par les Allemands et des labels comme Playhouse ou encore Perlon, qui distribue justement cet album hors France (où Pias s'en charge).

Après une variations de guitares sèches charcutées sur un groove farceur (a.p day), on retrouve tout de suite la passionaria ludique qui fait le charme et le talent de Ark sur le swing sautillant de monapster. Mais c'est avec Preacher que l'on rentre dans le vif du sujet : boucles incongrues filtrées lo-fi, rythme minimal addictif, et le message d'un prêcheur black brûlant, qu'on dirait tout droit sorti d'un disque de Moodyman, cuté avec panache. Un peu plus loin, l'hypnotique Eigil, et puis, lady and gentlemen, "turn the music on / that's right / cos' i know you can't do it / i know you feel it : i like the way your BOOTY shake HAN HAN", voilà Sucubz, le hit absolu de son EP Le Magicien d'Os, booty/shake/bass track d'avant la hype, "sing it with me / are you so nasty ?", simplement imparable.

Comme si cela ne suffisait pas, on passe de l'allumage à la sensualité avec R2D2, dans ce qui est indéniablement le "moment séduction" de l'album. C'est Jamie Liddel qui assure les vocalises soul (on attend d'ailleurs son étonnant album dans ce registre) avec le feeling parfait, oui, celui qui vous fera conclure à coup sûr. La fin réserve encore de bons moments, avec le déglingué Fuites de Gaz en duo avec Agoria qui témoigne encore une fois (cf. 1g2c) d'un attrait pour les basses crades qui font "bwwizz bwwz" , attrait partagé par son compère Mr Oizo. Et en conclusion idéale, cinq minutes mentales intitulées Me and My W.

En résumé, Caliente est du type intello sudaméricaine qui ne s'offre pas d'emblée au plaisir charnel. Elle provoque, tortille du cul sur des lignes mélodiques filiformes, dans leur plus simple appareil, vicieuses et suantes, jouant sur notre frustration avec ses mensurations 100 bpm. Elle nous guide dans un bordel moite où on croise Herbert perverti par des transexuels qui s'entrainent au talk-over sur des grooves déviants et obsédants, jusqu'à l'écoeurement. Peut-être moins direct et acessible qu'on aurait pu l'attendre, Caliente est quand même l'album qu'il fallait, celui qui pourrait amener de nouveaux auditeurs vers les fantaisies épicées d'un artiste définitivement à l'écart des arkétypes.

Chroniqué par Guillaume
le 29/04/2005

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Arkpocalypse Now
(2010)
Perlon
House / Funk



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 01/12 - Chronique
Big Thief - U.F.O.F. / Two Hands
ven. 29/11 - Blog
Baston - Primates
mer. 27/11 - Chronique
L'Envoûtante - s/t
dim. 17/11 - Blog
Rupa - Disco Jazz (1982)
lun. 11/11 - Chronique
Pan American - A Son
ven. 08/11 - Blog
Rrose - Hymn to Moisture
mer. 06/11 - Blog
Matching Mole (1971-1973)
mer. 30/10 - Chronique
Marcus Fischer - On Falling
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters