Accueil | dMute

Poney Club

: Gusty Winds Exist



sortie : 2005
label : Poney Music
style : Post-rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Brrussels
02/ Tortoro
03/ Bullcat
04/ P. Bell
05/ Tools & Western
06/ Wisteria
07/ Sand
08/ Shaïla
09/ Mo'rice
10/ Kolkota

Une des choses qui font que la musique actuelle est si excitante, c’est qu’il arrive que s’y mêlent avec bonheur des sonorités que l’on a trop souvent tendance à cliver en les rangeant dans des catégories distinctes comme pour ne plus se poser la question de leurs relations et de leur possible synthèse.

Lorsque le mélange a lieu, ce qui se produit est une musique enrichie, multiple du point de vue de ses sources, une musique qui peut mobiliser aussi bien les ressources sonores de l’acoustique et de l’électrique que de l’électronique. L’espace sonore est ainsi élargi, multiplié par le nombre de ses sources : il n’apparaît pas comme quelque chose de fixe, comme un donné, mais bien plutôt peuplé d’événements à la complexion constructible au gré des juxtapositions, des additions et des entremêlements possibles.

C’est ce qui ressort de l’écoute de Gusty Winds Exist de Poney Club. Dès Brrussels et Tortoro se dessine cette instabilité créatrice produite par la juxtaposition des sources sonores. Celle-ci agit en retour sur la composition des morceaux qui mêlent des éléments discursifs, facilement identifiables, et que l’on peut fredonner à l’occasion (comme c’est notamment le cas dans la seconde partie de Tools & Western) et des sonorités plus ambiguës, des vibrations assourdissantes, des ondes qui se transforment insensiblement (sonorités qui sont synthétisées avec des éléments soit électriques comme sur Bullcat et Mo’rice soit acoustiques comme sur Kolkota).

Arrêtons-nous sur Sand : clavier et guitare y installent une structure qu’un violoncelle filtré développe. La batterie scande triolets et quartolets. Une guitare slide saturée à outrance aux cordes maltraitées vient interrompre ce concert qui, au terme de cet intermède, reprendra d’une manière plus intense et avec plus d’ampleur. Ainsi, même si des morceaux comme P. Bell ou Wisteria fonctionnent sur le schéma plus classique de la rupture dans la continuité, tous les traits évoqués sont en quelque sorte des signes et des symptômes du fait que, dans la musique de Poney Club, chaque élément introduit n’est pas une couche supplémentaire simplement ajoutée tel un vernis sonore ou une simple ornementation, mais bien une nouvelle orientation et une mise en question de l’orientation précédente.

Comme à part, Shaïla fait entendre, le temps d’un couplet, une puissante voix masculine — peut-être une de ses rafales de l’existence desquelles Poney Club veut nous assurer.


Chroniqué par Jérôme Orsoni
le 17/01/2005

Partager cet article :





0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 18/03 - Blog
King Crimson - Starless (1974)
sam. 11/03 - Blog
Zenzile - Elements
ven. 03/03 - Blog
Al' Tarba - La Nuit se Lève
mar. 28/02 - Chronique
Andy Shauf - The Party
sam. 25/02 - Chronique
Wooden Veil - Wooden Veil
lun. 20/02 - Blog
Mahom - Fell in
sam. 11/02 - Chronique
Taylor Deupree - Somi
mer. 08/02 - Blog
Stepart - Playground
dim. 22/01 - Blog
dMute recrute
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters