Accueil | dMute

U-topia

: I Slept Less Last Night



sortie : 2004
label : Autoproduit
style : Trip-Rock

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Rev
02/ Loser
03/ We Get All We Can
04/ Démaquillant Express
05/ Hardcore Secretary
06/ Down on Me
07/ The Girl Who Makes Love With a Smile
08/ (Re)stop-It
09/ Non Ego Pleasure
10/ Sleep Forever
11/ Jesus Wore Hemp
12/ So Close

C'est avec plaisir que l'on retrouve U-topia pour un troisième album fort agréable. Les italiens voguent toujours dans la mouvance trip-hop, mais en se jouant des clichés du genre. Ils se créent une image bien à eux en s'éloignant du son traditionel du trip-hop et en puisant de l'inspiration dans la pop, le rock et l'abstract hip-hop.

Qu'en est-il de cet album ? Est-ce qu'il ne risque pas d'être un peu identique au précédent ? Non, bien que l'on retrouve les ingrédients du succès d'U-topia. Premier fait rassurant, la voix de Kiara est toujours là pour nous guider sur les beats sombres arrangés par - deuxième fait rassurant - DJ Krash, qui soit dit en passant n'a pas perdu la main, que ce soit au niveau des platines ou du sampler.

Les trois premiers titres, et tout spécialement We Get All We Can résument à merveille ce mélange sombre trip-hop, pop et rock tricoté par le groupe. Un mélange de beats profonds, de samples étranges, de riffs de guitare énergiques et d'une très jolie voix. Mais n'allez pas croire qu'après ces trois premiers titres, il n'y a plus rien de valable. Ainsi, il y a Démaquillant Express dont l'intro, si elle n'était ponctuée de scratches, ferait bien penser à du Placebo de la meilleure époque (le premier album donc), et là aussi on sent toujours l'influence bien présente du rock et de l'école Portishead. (Re)stop-It est également une excellente surprise, où la voix de Kiara est portée par une mélodie assez hypnotique et des scratches de fou furieux. Le titre suivant, Non Ego Pleasure est lui aussi également très réussi, une bonne montée en puissance et un rythme efficace de batterie par Francesco pour soutenir le riff de guitare ravageur de Simone. L'album se termine sur So Close , une manière de ballade, vraiment superbe qui serait une parfaite conclusion, si justement ce n'était pas une conclusion. On aurait aimé quelques titres supplémentaires, pour profiter plus longtemps.

Que dire pour terminer ? L'album d'U-topia est très loin d'être décevant. Le groupe a su se renouveller et éviter les sempiternels clichés du genre. Il explore de nouvelles influences et le fait d'excellente façon. Si vous avez un peu l'âme mélancolique et que vos albums de Portishead commencent à être rayés à force d'écoutes répétées, alors jetez une oreille attentive à U-topia, il se pourrait que ça vous plaise

Note : N'espérez-pas trouver l'album dans le commerce. Il faut contacter le groupe via son site officiel pour obtenir ce petit bijou.

Chroniqué par Traulever
le 19/06/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
U-topia
(1999)
Autoproduit
Trip-Hop
Background Door
(2001)
Autoproduit
Trip-Hop



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
sam. 22/09 - Chronique
Thalia Zedek Band - Fighting Season
mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters