Accueil | dMute

Sage Francis

: Dead Poet Live Album



sortie : 2004
label : Strange Famous Records
style : Hip-hop live

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ makeshift patriot
02/ hey bobby
03/ specialist
04/ grand daddy told me
05/ majority rule
06/ rewrite (50 ways)
07/ crack pipes
08/ what's your name?
09/ bang bang boogie
10/ come come now
11/ inherited scars
12/ white wedding

Quiconque a eu le privilège de voir Sage Francis sur scène se rend compte à quel point le personnage peut-être imprévisible, tant dans son attitude que dans le support utilisé pour ses prestations. Parfois thug solitaire accompagné de son unique minidisc, parfois bluesman enroué déversant ses couplets cyniques sur des instrumentations second degré, ce personnage atypique ne cesse de voyager entre l’univers bigarré de Francis et les écrits confessionnels de Sage. Pourtant, ce Dead Poet Live Album parvient à naturellement concilier ces deux hémisphères, livrant ainsi un véritable condensé du talent et de l’immédiateté qui a consacré le rappeur par le passé.

Ou, devrais-je dire, le poète, le slammer capable de tenir une foule en haleine durant plus de trois minutes en acappella dès le deuxième titre, peu après un Makeshift Patriot révélateur de la teneur organique de l'album. Exit donc les simples boucles, l’artiste s’offre pour l’occasion un véritable live band, intégrant guitare, basse, saxophone, clavier, percussions et notes de flûte dans la plus pure tradition hip-rock chère à Anticon. En témoigne la construction exemplaire de Specialist, où les accords saccadés de guitare accompagnent les césure de Sage, en même temps que la douceur de la flûte fait ressortir ses longues complaintes semi-chantées. Pareil constat sur le désormais culte Crack Pipes, lorsque l’instrumentation rapide annonce la fin des murmures d’un Francis qui ne manque jamais une occasion de lâcher sa bride sur un beat plus marqué, rendant ainsi hommage à ses débuts dans la fumée des battles de la côte ouest.

Vous l’aurez donc deviné, le flow de Sage Francis, tantôt rapide et assuré, tantôt plus vulnérable mais toujours impeccable retranscrit à merveille les émotions contenues dans ses textes. A fleur de peau sur Inherited Scars, titre décrivant la détresse d’une sœur trop souvent ignorée, le mc se déchaîne sans retenue sur la batterie sèche et la guitare électrique de What’s Your Name invitant son public à reprendre les gimmicks qui ont fait la renommée du hip-hop (« Say Bang, Say Boogie »), avant de terminer avec délicatesse sur les premières rimes de Climb Trees et d’enchaîner en toute simplicité sur un freestyle haut en couleurs. L’émotion atteint toutefois son paroxysme en fin de parcours avec le magnifique Broken Wings, où les vers et le beat-box de Sage se confrontent à de longues lignes de saxophone sur une base piano/percussions subtilement entrecoupée de solos de basse. Une véritable perle, que le blues de clôture ne parvient pas à faire oublier une seule seconde, malgré les lyrics décousus et le chant décalé de l’artiste.

Durant plus d’une heure, Sage Francis envoûte son auditoire sans rien se refuser, allant jusqu’à revisiter Simon and Garfunkel sur le génial et touchant Rewrite (50 Ways). Avec audace et sincérité, le rappeur fait ainsi de ce Dead Poet Live Album le disque unplugged que personne n’osait attendre de sa part, alternant avec maîtrise classiques et inédits sur une superbe instrumentation allant du jazz au blues, en passant par le rock, mais sans jamais oublier de faire avancer le hip-hop. Un pur moment de plaisir, à écouter la nuit, avec toute l’attention que la poésie de Sage Francis requiert pour être comprise et vécue à sa juste valeur.


Chroniqué par David Lamon
le 04/06/2004

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
A Healthy Distrust
(2005)
Epitaph Records
Hip-hop
Interview avec Sage Francis
(Avril 2004)

Personal Journals
(2002)
anticon.
Hip-hop



1 commentaire
http://www.myspace.com/hyotah
par Hyô. (le 05/09/2008)
Le lien mène bien à des scuds de Sage en vente mais y'as plus le Dead Poet Live :-(
Il me reste plus qu'à l'écouter en boucle sur Deezer mais il aurait été bien dans ma pile de scud cet album :(
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters