Accueil | dMute

Svinkels

: Bons pour l'asile



sortie : 2003
label : Atmosphériques
style :

achat/téléchargement

Tracklist :
01/ Ca recommence
02/ Le svink c'est chic
03/ De la came sous le saphir
04/ Ca n'sert à rien
05/ Happy Hour
06/ Ma musique
07/ Bricolage
08/ Dizy (qu'il est fini)
09/ Le corbeau
10/ Plutôt mourir
11/ L'internazionale
12/ Hard Amat
13/ Vite

En 1999, trois énergumènes atypiques pondaient un Tapis Rouge convaincant. Instru old school, textes décalés savoureux et attitude rock'n'roll, les Svinkels diluaient le hip-hop dans l’alcool et le calembour cradingue.
En 2003, c’est "le retour des soifards" (sic), avec ce Bon pour l’asile que j’attendais, pour ma part, avec une certaine impatience. A la première écoute, on est en droit d’être perplexe. Le ton est toujours le même, les textes toujours aussi habiles, mais la production prend un chemin radicalement différent et certains morceaux surprennent, pour ne pas dire déçoivent.
Sauf qu’à y réfléchir, le premier album avait pris quelques temps pour délivrer ses subtilités et il se trouve qu’en approchant celui-là de la même manière, le résultat n’est pas aussi décevant qu’il n’y parait d’un prime abord. Si le fond reste à peu près le même, la forme a évolué.
Les textes sont moins crades, quelques sujets sont abordés avec justesse, critique acerbe de la vieille France sur Le corbeau, soirée galère qui sent bon le vécu sur Série noire, ou ego trip percutant sur De la came sous le saphir.
Ca n’sert à rien est sans problème l’un des meilleurs morceaux de l’album. Une instru hip-hop très efficace, un texte parfaitement ironique et décalé, un vrai fat beat à l’ancienne et des scratches meurtriers, le tout apparaît comme étant simplement imparable.
Hard Amat fait dans le slip-hop malodorant et l’album se termine sur l’excellent Le plancher m’appelle, réflexion savoureuse sur la vilaine biture qui fait lit de tout bois…
Pour conclure, cet album me semble inférieur au premier, la comparaison est inévitable. Tapis Rouge m’a accompagné dans bon nombre de mes beuveries, combien de douches à la bière sur Réveiller le punk et combien de réveils nauséeux sur Krevard... Toutefois, nous resservir la même sauce aurait été facile, ce nouvel opus est différent, tout simplement. Les Svinks nous rassurent, ils tournent toujours à la piquette et ne sont pas encore prêts de passer à la Star Ac'. Nul doute que leurs nouvelles élucubrations compteront leur nombre de détracteurs. Il convient néanmoins d’apprécier ce disque à sa juste valeur, sans juger à l’emporte-pièce.

Chroniqué par WakMc
le 18/10/2003

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Tapis Rouge
(1999)
Delabel
Hip-hop trashy



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



dim. 28/10 - Blog
Hibernis - Middle of the Meds
mer. 17/10 - Chronique
The Internet - Hive Mind
sam. 13/10 - Blog
FloatingArms - Loud Long Life
mer. 10/10 - Chronique
Zenzile - 5+1 : Zenzile meets JayRee
mer. 03/10 - Chronique
Delgado Jones - Rain Forest
ven. 28/09 - Chronique
Tim Hecker - Konoyo
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters