Accueil | dMute

Ammo

: The age of terminal irony



sortie : 2000
label : FLYCO
style : Electro / drum n' bass

Tracklist :
01/ Ghost Phalanx
02/ The Sniper Syndrome
03/ An Unexpected Guest
04/ Psychoville
05/ Ghost Phalanx (Panacea mix)
06/ Reptiles in Paradise
07/ Psychoville (Imminent mix)
08/ Yellow Gas (Silk Saw mix)



Ce premier album de AMMO, sorti en 2000 chez FLYCO (une subdivision de ANT-ZEN), restera très longtemps comme une véritable démonstration de ce qui se fait de mieux dans le domaine de la drum n'bass mâtinée d'electro-indus. Un peu comme si John et C-drìk venaient d'inventer le genre.
"Ghost phalanx", qui débute le skeud, met les choses au clair. Longue intro sombre, prémice d'un groove tranchant et soutenu déboulant de nulle part. Le son est chargé jusqu'à l'étouffement, les nappes opaques se disputant l'espace avec des myriades de drones et autres erreurs soniques. "The sniper syndrome" suit exactement la même voie. Groove incisif et entraînant, purement drum n' bass, véritable marée noire de bruits mécanico-organiques et au final, 5 minutes 10 de bonheur. Pas de répit avec "An unexpected guest". Le rythme est toujours constant, l'approche electro-anarchique également. "Psychoville" est sans doute le morceau le plus hypnotique. Grosse basse, tempo imperturbable de régularité déterminée, et ambiance chaotique avec samples et fourmillement de sons rugueux. Vient ensuite le remix de "Ghost phalanx" par PANACEA. Pas de problème, c'est du très beau travail. Le principe de la montée en puissance est conservé, et lorsque le groove débarque, impossible de rester impassible. Du grand art, rien à dire. Si, écoutez ! "Reptiles in paradise" repousse encore plus loin les limites de l'auditivement-orgasmique. Construit et assemblé de façon parfaitement chirurgicale, porté par un rythme intransigeant et saturé, envahi de sonorités métalliques ou fluides, et dispersant une atmosphère malicieuse et glacée. "Psychoville (Imminent mix)" se veux moins frénétique. IMMINENT travaille ici sur le son général, donnant au remix une teinte indus et agressive. Même chose avec le mix de "Yellow gas" par SILK SAW. Peut-être un peu répétitif et ennuyeux, mais après tout, chaque artiste est différent et c'est ça qui fait que la scène electro ne tourne pas désespérement en rond.
Bref, pour un premier essai, c'est un essai réussi. AMMO parvient à obtenir l'alliance parfaite entre puissance, énergie, complexité et originalité. Que vous aimiez la drum n' bass ou pas, que vous appréciez ou non l'electro ne pose aucun problème. "The age of terminal irony" va au-delà. Aucune excuse ne saurait justifier le manque de cette production dans votre discothèque.

Chroniqué par
le 00/00/0000

Partager cet article :


A lire également sur dMute :
Beautiful people
(2001)
Mirex
Abstract-drum n' beats
Kaleinoscope
(2001)
Falling Elevators
Electro-ambient/experimental
The age of terminal irony (GUN MUSIC version)
(2000)
GUN MUSIC
Electro/drum n' bass



0 commentaire
Laissez un commentaire
Nom (obligatoire)
Mail (ne sera pas publié) (obligatoire)
Site web (facultatif) Recopier le code ci-dessous (obligatoire)



mer. 19/09 - Blog
Cyesm - Minorities
ven. 14/09 - Chronique
Low - Double Negative
mar. 11/09 - Chronique
Animal Collective - Tangerine Reef
mer. 15/08 - Chronique
The Necks - Body
jeu. 09/08 - Chronique
Pram - Across the Meridian
jeu. 26/07 - Chronique
Ian Hawgood - 光
jeu. 19/07 - Blog
Dezordr Session : la dixième
lun. 09/07 - Blog
#13 : Jeunesse Sonique
 newsletter : 
ok





Equipe/Contact  |  Partenaires  |  Présentation  |  Crédits  |  Newsletters